Red Bull assure qu'il n'est pas trop tard ; discussions relancées avec Mercedes ?

partages
commentaires
Red Bull assure qu'il n'est pas trop tard ; discussions relancées avec Mercedes ?
Par : Basile Davoine
6 oct. 2015 à 10:17

Alors que la situation devient de plus en plus préoccupante pour Red Bull, toujours en quête d’un partenaire moteur, les discussions pourraient avoir été relancées avec Mercedes. 

Christian Horner, Red Bull Racing, Team Principal
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Christian Horner, Team Principal Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Une mante religieuse s'invite dans le garage Red Bull
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11

Il y a quelques semaines, le constructeur allemand a fait part de son refus de motoriser Red Bull en 2016, mais les discussions entre l’équipe autrichienne et Ferrari, dernière alternative, ne se passent pas comme prévu. La firme au Cheval Cabré a ainsi proposé des V6 de spécification 2015 pour la saison prochaine, ce qui a profondément vexé les dirigeants de Red Bull. 

Dans le même temps, les négociations avec Mercedes auraient repris puisque Christian Horner affirme qu’"il y a des discussions avec deux motoristes". On sait que le divorce avec Renault est consommé, tandis que Honda maintient son exclusivité auprès de McLaren au moins jusqu’en 2017. 

"Au final, Dietrich Mateschitz est le seul à prendre la décision", ajoute Horner sur Servus TV. "Néanmoins, c’est mon travail de faire en sorte que ça fonctionne quand nous saurons quel moteur nous aurons. Mais pour le moment, nous ne savons pas encore."

Newey veut savoir

Quoi qu’il en soit, chaque jour qui passe place Red Bull dans une situation de plus en plus critique, tandis que la menace d’un retrait de la F1 est brandie. Mais Horner ne désespère pas, et estime qu’une fois la solution trouvée pour le partenariat moteur, son équipe pourra s’en remettre.

"Il est clair qu’actuellement les autres équipes ont un avantage sur nous", admet le directeur de l’écurie. "Mais la qualité chez Red Bull est tellement grande que nous serions capables de faire avec. Tout le monde est extrêmement motivé et nous voulons gagner à nouveau. Mais nous ne voulons pas non plus continuer dans les mêmes conditions que depuis un an et demi."

"Nous sommes déjà en octobre. Nos ingénieurs à Milton Keynes veulent et ont besoin de savoir ce qui va se passer avec la RB12. Quand est-ce que je veux avoir une solution ? Il y a deux semaines  !"

"Adrian Newey m’a dit : "Christian, nous avons besoin d’une réponse bientôt. Je sais ce qui se passe à l’avant et à l’arrière de la voiture. Mais nous devons savoir ce qui va se passer entre." Il faut garder cela à l’esprit : ce n’est pas seulement une question de moteur. Nous devons aussi réfléchir au refroidissement et cela a une influence sur le design des pontons, par exemple, et sur l’arrière avec la boîte de vitesses."

Des alternatives sans la F1

Si le scénario du pire venait à se produire, Red Bull serait contraint de chercher comment poursuivre ses activités dans d’autres secteurs et sous d’autres formes. 

"Si nous faisions face à une situation qui nous empêche de continuer en Grand Prix, nous devrions regarder pour trouver des activités alternatives", confirme Horner. "A Milton Keynes, nous avons beaucoup de gens talentueux. Nous devrions trouver une manière d’exploiter leurs talents ailleurs. Bien sûr, mon staff s’inquiète pour l’avenir. Mais je continue à leur dire : S’il vous plait, continuons à travailler et ne nous préoccupons pas de ce qui ne peut pas être sous notre contrôle."

Prochain article Formule 1
Les travaux ont débuté sur le Hungaroring

Article précédent

Les travaux ont débuté sur le Hungaroring

Article suivant

Mercedes a un titre mondial à assurer à Sotchi

Mercedes a un titre mondial à assurer à Sotchi

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités