Red Bull compte sur une meilleure corrélation pour battre Mercedes

Le manque de corrélation entre la simulation et la piste a coûté cher à Red Bull lors de la saison 2020. L'écurie anglo-autrichienne espère avoir éliminé ses faiblesses pour jouer le titre en 2021.

Red Bull compte sur une meilleure corrélation pour battre Mercedes

Chez Red Bull Racing, le gel des châssis n'empêche pas d'être ambitieux pour la saison de Formule 1 à venir. L'équipe quadruple Championne du monde conserve l'espoir de menacer Mercedes pour le titre mondial malgré la suprématie de la marque à l'étoile depuis sept ans.

Pour ce faire, il sera crucial d'éliminer tout souci de corrélation entre le simulateur et la CFD d'une part et la piste d'autre part ; la RB16 de 2020 en avait souffert du point de vue aérodynamique et souffrait d'un comportement instable.

"Nous avons travaillé très dur pour comprendre pourquoi nous manquions de corrélation en début d'année dernière", déclare Christian Horner, directeur d'équipe, pour Motorsport.com. "Quand [la saison] a enfin commencé, [quelque chose clochait] par rapport à ce que nos outils de simulation nous disaient – notamment la soufflerie. Nous avons donc beaucoup appris en 2020. Et, bien sûr, l'objectif est désormais d'appliquer ça en 2021."

Lire aussi :

Lorsque nous lui demandons si ce problème de corrélation est résolu pour la RB16B, Horner répond : "Je ne sais pas – on verra quand la voiture roulera ! Je pense que nous avons gagné beaucoup de compréhension l'an dernier, notamment quant à la complexité de notre soufflerie, qui a ses limites à certains égards. Bref, je pense que nous ne saurons quels progrès nous avons réalisés qu'une fois que nous courrons à Bahreïn et ailleurs."

En fin d'année dernière, Max Verstappen a exprimé sa frustration vis-à-vis du fait que Red Bull "dépend juste un peu plus du roulage en piste" quant à la validation de nouvelles pièces, ajoutant : "Il nous faut trouver un moyen d'assurer que ce qui sort de la soufflerie fonctionne sur la voiture d'emblée, que ce soit immédiat, et que cela nous mette sur le droit chemin".

Horner a répondu à ces commentaires avec assurance : "Nous avons un taux de réussite relativement élevé. Quand une pièce est mise sur la voiture, elle a tendance à y rester. Bien sûr, on ne peut plus faire d'essais, il faut tester les pièces en week-end de Grand Prix ou dans le monde virtuel. Je pense que nous avons pris une mauvaise direction au début de l'année. Et nous sommes parvenus à nous en remettre au fil de la saison 2020. Bien sûr, nous cherchons à en tirer des leçons en abordant la saison 2021."

Christian Horner, Team Principal, Red Bull Racing en conférence de presse

Et ces leçons pourraient rapprocher Red Bull de Mercedes, après avoir donné du fil à retordre aux Flèches d'Argent en fin de saison dernière, lorsque le développement de la W11 était complètement stoppé depuis Spa-Francorchamps tandis que la marque au taureau persévérait. Max Verstappen a notamment conclu la saison en dominant le Grand Prix d'Abu Dhabi de la tête et des épaules.

"Nous avons vu une écurie être complètement dominatrice lors des sept dernières années", analyse Horner. "Et avec une grande continuité au niveau des voitures et des pilotes cette année, on s'attendrait à ce que Mercedes soit dans une très bonne position à nouveau. Mais j'espère qu'en utilisant les leçons tirées de 2020, nous pouvons les menacer de manière plus soutenue. Ils seront sans aucun doute incroyablement compétitifs, ce seront eux les favoris cette année – surtout en partant d'une voiture que l'on peut considérer comme leur meilleure dans l'ère hybride. Cela va être un grand challenge pour nous, mais nous le savourons."

Horner ne manque pas de souligner que Red Bull évolue aux avant-postes depuis le début de l'ère hybride, ayant remporté 17 victoires en sept ans – autant que Ferrari, quand Mercedes en a 102. "Mercedes est une écurie très complète, qui est solide depuis longtemps maintenant", poursuit-il. "Bravo à eux d'avoir battu ces records avec sept titres consécutifs. Mais je pense que nous avons été leur adversaire le plus constant sur ces sept dernières années. Nous avons réussi à gagner des courses dans six de ces sept années."

"Il est important pour nous de continuer à essayer de nous améliorer dans tous les domaines. Mercedes est une sacrée machine, mais nous avons prouvé qu'il était possible de les battre en travaillant dur, en s'appliquant sur la tâche à réaliser. Je pense que cette dernière course à Abu Dhabi les aura grandement motivés, et je m'attends à ce que Toto [Wolff, directeur d'équipe] et James Allison [directeur technique, ndlr] aient utilisé ça pour concevoir une voiture encore plus compétitive pour cette année. Nous ne sous-estimons donc aucunement la puissance de Mercedes. Mais nous avons toujours été leur concurrent. Nous n'abandonnerons pas notre quête d'un cinquième titre", conclut le directeur de l'écurie couronnée de 2010 à 2013.

Propos recueillis par Alex Kalinauckas

partages
commentaires

Voir aussi :

Alfa : Ferrari va rattraper "une grande partie" du déficit moteur

Article précédent

Alfa : Ferrari va rattraper "une grande partie" du déficit moteur

Article suivant

Red Bull préfère ignorer les rumeurs liant Verstappen à Mercedes

Red Bull préfère ignorer les rumeurs liant Verstappen à Mercedes
Charger les commentaires
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021
Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée Prime

Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée

Les avis sont divisés sur la place du Grand Prix de Monaco au sein du calendrier de la Formule 1. Néanmoins, l'épreuve continue d'offrir un défi unique pour les pilotes et les équipes.

Formule 1
1 juin 2021
Pourquoi les qualifications freinent la progression de Pérez Prime

Pourquoi les qualifications freinent la progression de Pérez

À Monaco, Sergio Pérez a réalisé sa meilleure course depuis qu'il a rejoint Red Bull en s'élançant de la neuvième place sur la grille pour atteindre la quatrième position sous le drapeau à damier.

Formule 1
31 mai 2021