Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Red Bull : Le règlement 2019 est une erreur "naïve et coûteuse"

partages
commentaires
Red Bull : Le règlement 2019 est une erreur "naïve et coûteuse"
Par :
6 févr. 2019 à 08:29

Red Bull Racing déplore l'approche précipitée des dirigeants de la F1 pour la mise en place d'une réglementation 2019 qui ne résoudra peut-être pas la problématique des dépassements, et qui aura généré des dépenses inutiles pour les écuries.

Dès les premières discussions sur l'évolution du Règlement Technique pour 2019, Red Bull Racing a manifesté son opposition. Alors que la nouvelle saison n'a pas encore débuté, et que les premiers essais hivernaux auront lieu dans deux semaines, l'écurie autrichienne se dit déjà confortée dans sa position.

Red Bull a récemment chiffré à 15 millions d'euros les dépenses engendrées par ce changement de réglementation, tandis que ses simulations et ses observations mènent toutes à un échec de l'objectif poursuivi. Pour mémoire, l'élargissement de l'aileron avant et sa simplification, ainsi que celle des déflecteurs latéraux, ont été imaginés dans le but de faciliter la course en peloton et, par voie de fait, augmenter le nombre de dépassements en course.

Lire aussi :

"Je ne pense pas du tout que ça changera", prévient d'emblée Christian Horner, interrogé ce mardi à Londres par Motorsport.com. "D'après ce que nous constatons, les caractéristiques de la voiture sont légèrement différentes selon les secteurs de la piste, mais en ce qui concerne le fait de se suivre de près, je ne crois pas que cela changera quoi que ce soit. Selon moi, ce qui se passera en début d'année, c'est que certains auront fait ce qu'il faut correctement et d'autres non. Puis la courbe de développement et d'évolution sera probablement assez raide durant les trois premiers mois de l'année."

Ces changements réglementaires se sont pourtant appuyés sur un travail d'analyse auquel ont contribué huit des dix écuries du plateau en 2018, et il est censé servir de point de départ à la réflexion de plus en plus urgente devant conduire à l'élaboration du règlement 2021. Christian Horner estime qu'en cas d'échec avéré, les dirigeants de la F1 seront dans l'obligation d'admettre "que c'était probablement une erreur de précipiter ce changement d'aileron avant pour cette année".

L'aileron avant 2018 de la Red Bull RB14

L'aileron avant 2018 de la Red Bull RB14

Photo de: Giorgio Piola

Pour le directeur de Red Bull, l'approche adoptée et la sur-réaction autour de la problématique du manque de dépassements ont conduit Liberty Media et la FIA sur le mauvais chemin. "Ils ont pris un cas isolé sur un concept pour 2021, et ils l'ont traduit à la hâte sur les monoplaces actuelles", déplore-t-il. "Pour toutes ces choses-là, il n'y a pas de baguette magique. Il faut que tout fonctionne en harmonie avec le reste. Prendre seulement un aileron avant et dire que ça améliorera les courses, c'est une approche plutôt naïve, et au bout du compte coûteuse. Et bien sûr, c'est aux équipes d'assumer ces dépenses."

Melbourne, bis repetita ?

L'an passé, le premier Grand Prix de la saison avait concentré les critiques et précipité le constat général teinté de pessimisme, bien que biaisé par les particularités du tracé de l'Albert Park. D'ailleurs, Christian Horner ne s'attend à rien de différent à Melbourne le mois prochain, et ce premier circuit visité ne doit pas être pris comme référence pour juger des progrès ou non apportés par la réglementation 2019.

"Je pense que le Grand Prix d'Australie sera exactement pareil", avance Horner. "Le problème n'est pas tellement la voiture en Australie, c'est le circuit. Il n'y a pas de grosse zone de freinage avant un virage lent, alors à moins d'avoir un différentiel de vitesse significatif entre les voitures, y dépasser est presque impossible. C'est la même chose depuis des années. Ce n'est pas spécifique à cette réglementation. C'est un formidable endroit où aller, un site génial, mais le circuit a ses limites pour offrir une belle course."

Propos recueillis par Jonathan Noble  

Article suivant
C'était un 6 février : l'ultime Benetton de l'Histoire dévoilée

Article précédent

C'était un 6 février : l'ultime Benetton de l'Histoire dévoilée

Article suivant

Alfa Romeo Racing aura un châssis à son nom

Alfa Romeo Racing aura un châssis à son nom
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing Boutique
Auteur Basile Davoine