Le déficit de Red Bull sur Mercedes lié à un seul virage au Qatar ?

Le directeur de Red Bull, Christian Horner, pense que la faiblesse de son écurie sur un virage du circuit de Losail explique le déficit de rythme avec Mercedes lors du Grand Prix du Qatar.

Le déficit de Red Bull sur Mercedes lié à un seul virage au Qatar ?

Lewis Hamilton a dominé le tout premier Grand Prix du Qatar de F1, y remportant sa 102e victoire en carrière et la septième de la saison 2021, revenant à huit unités de Max Verstappen au championnat pilotes. Red Bull Racing n'a jamais vraiment semblé en position d'inquiéter le septuple Champion du monde, que ce soit en qualifications et en course.

Interrogé sur ce qui expliquait une telle différence alors que la saison a par ailleurs été jusqu'ici très disputée et que Mercedes n'utilisait pas le moteur installé récemment à Interlagos, Christian Horner estime pour sa part que c'est la faiblesse de la RB16B dans le virage 6 de la piste de Losail qui a été le principal problème et qui devra être compris d'ici le GP d'Arabie saoudite en fin de semaine prochaine.

"Je pense qu'il y a un virage qui nous a différenciés tout le week-end et c'est le virage 6", a déclaré le directeur de Red Bull à propos du virage le plus lent de Losail, un virage serré à gauche. "Nous avons perdu deux dixièmes par tour à chaque tour de vendredi à dimanche dans ce virage et je pense que c'est l'une des choses que nous devons comprendre et où nous devons nous améliorer."

Le responsable de l'ingénierie de piste de Mercedes, Andrew Shovlin, a pour sa part indiqué, dans la vidéo de débriefing de l'épreuve qatarie publiée par l'écurie allemande : "Sur certains circuits récents, nous avons égalé Red Bull dans les virages et extrait un avantage en ligne droite, mais au Qatar, ça a fini par être l'inverse. Nous les égalions en ligne droite et nous trouvions tout notre temps dans les virages."

"D'où vient cet avantage ? Eh bien, il y a vraiment deux domaines. L'un est l'appui que vous pouvez avoir sur la voiture et clairement, notre package fonctionnait assez bien ici, nous aidant à générer beaucoup de vitesse à la corde [des virages]."

Lewis Hamilton emmène le peloton au départ du GP du Qatar

Lewis Hamilton emmène le peloton au départ du GP du Qatar

"Mais il y a aussi l'équilibre de la voiture et c'est ce que nous réglons avec les paramètres mécaniques, les ressorts et les barres, ainsi que l'aileron avant. Nos pilotes avaient un équilibre dont ils étaient très satisfaits, ils avaient de la stabilité en entrée, ils pouvaient attaquer le virage, emmener de la vitesse et finalement vous en avez vu la démonstration avec ce tour fantastique de Lewis pour la pole position."

Après une victoire déjà impressionnante au Brésil, beaucoup estiment que la dynamique de cette fin de saison penche clairement du côté de Mercedes et le tracé de Djeddah, qui devrait être très rapide, avec de nombreuses sections de pleine charge, est attendu comme un avantage pour Mercedes. Surtout que la structure basée à Brackley va y retrouver le moteur monté à Interlagos et devrait encore profiter d'un avantage de puissance.

S'il reconnaît cela, Christian Horner juge que la dernière épreuve, à Abu Dhabi, où certaines portions du tracé ont été modifiées, pourrait réserver des surprises. "Le prochain circuit devrait sans doute favoriser Mercedes. Abu Dhabi, avec les modifications apportées là-bas, qui sait ?"

"Mais c'est incroyablement serré. Donc, en abordant ces dernières courses, huit points en tête du championnat des pilotes, nous avons réduit l'avance du championnat des constructeurs à cinq points. Ainsi, les deux sont pleinement en jeu et c'est fantastique parce que nous sommes maintenant à l'apogée de ce championnat du monde."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Wolff craint des pilotes "plus sales" après la décision sur Verstappen
Article précédent

Wolff craint des pilotes "plus sales" après la décision sur Verstappen

Article suivant

Robert Shwartzman en essais avec Haas à Abu Dhabi

Robert Shwartzman en essais avec Haas à Abu Dhabi
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021