Formule 1 GP d'Azerbaïdjan

Red Bull se félicite du niveau de Pérez face à Verstappen

Paul Monaghan, ingénieur en chef chez Red Bull, estime que Sergio Pérez est autant à l'aise au volant de la RB18 que Max Verstappen.

Sergio Perez, Red Bull Racing RB18

Alors que Sergio Pérez semblait proche de la touche à la fin de la saison 2020 (puisque sans contrat), le Mexicain avait été appelé par Red Bull pour remplacer un Alex Albon en manque de performance. En 2021, le récent vainqueur du Grand Prix de Monaco a d'abord eu besoin de temps pour s'adapter à la Red Bull de 2021, qui a été largement développée autour du leader de l'équipe, Max Verstappen. Pérez a conclu l'exercice précédent avec une victoire et cinq podiums, tandis que Verstappen a remporté le titre mondial. Un bilan tout de même suffisant (et meilleur que ceux de ses prédécesseurs), qui a convaincu l'équipe de le garder pour 2022.

Avec la toute nouvelle RB18, Verstappen et Pérez sont partis sur un pied d'égalité et si le Néerlandais a toujours le dessus sur son coéquipier expérimenté, le Mexicain a atteint son meilleur niveau lors des dernières courses, en témoigne son succès sur le Rocher après avoir surclassé le Champion du monde en titre. Sa première victoire de la saison lui permet d'ailleurs de se hisser à la troisième place du championnat des pilotes, avec 110 points en sept courses, contre 84 au même stade en 2021.

Avant même sa victoire à Monaco, les performances de Pérez avaient suffisamment impressionné l'équipe de Milton Keynes pour lui confier un nouveau contrat de deux ans, qui le mènera jusqu'à la fin de la saison 2024. Interrogé sur les différences entre ses deux pilotes, Paul Monaghan, ingénieur en chef de Red Bull, affirme que la voiture de 2022 convient mieux à Pérez que celle de l'an dernier.

"Checo pilote extrêmement bien cette année, il trouve que la voiture n'est pas toujours à son goût, mais c'est une voiture qu'il peut piloter", explique Monaghan. "Je trouve ça intéressant que Max... il peut piloter cette voiture. Bonté divine, il le fait bien. Et les sensations des pilotes, ce sont des aléas typiques que vous verrez entre coéquipiers. Par rapport à la voiture de l'année dernière, n'oubliez pas que nous arrivions à la fin d'un ensemble de règlements qui avaient évolué, et nous l'avions développée avec Max. Et puis Checo est arrivé et, en tant que coéquipier de Max, nous ne pouvions pas demander mieux, n'est-ce pas ?"

Monaghan suggère que Pérez est maintenant en pleine maîtrise de la voiture et est au moins aussi rapide que Verstappen pendant un week-end de Grand Prix, mais que le Néerlandais performe à son meilleur niveau pour trouver un avantage dans les derniers instants des qualifications.

"Je ne dirais pas que c'est une voiture particulièrement difficile, je ne dirais pas que c'est une voiture facile. Et en ce moment, le ressenti, c'est que Checo est très bien avec elle et l'aime bien. Est-ce que Max pourrait atteindre le même niveau d'aisance ? Oui, un peu plus tard dans le week-end. Va-t-il se plaindre après la course, qu'il ait gagné ou perdu ? Se plaindre n'est pas le bon mot, aura-t-il sa critique constructive habituelle ? Oui, bien sûr qu'il le fera. Je pense que nous devons nous attendre à ça de la part des deux. Je ne sais pas si l'un est plus à l'aise que l'autre. Je pense que Max pilote aussi bien que je ne l'ai jamais vu piloter. Nous verrons ce qui se passera vers la fin de l'année."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Vettel : La F1 ne doit pas boycotter les pays moins tolérants
Article suivant Tsunoda "ne fait pas confiance" à la FIA sur la constance des pénalités

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France