Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
25 sept.
Événement terminé
23 oct.
Prochain événement dans
23 jours
31 oct.
Prochain événement dans
31 jours
13 nov.
Prochain événement dans
44 jours
04 déc.
Prochain événement dans
65 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
72 jours

La signature des Accords Concorde, "une question de jours" selon Horner

partages
commentaires
La signature des Accords Concorde, "une question de jours" selon Horner
Par :

Pour le directeur de Red Bull Racing, Christian Horner, les 10 écuries de Formule 1 vont ratifier les Accords Concorde en dépit de la résistance de Mercedes.

La F1 s'approche du dénouement des discussions sur les nouveaux accords commerciaux qui vont être en place à partir de 2021 et régir un certain nombre d'aspects essentiels de la discipline, comme les questions de revenus accordés aux écuries ou de gouvernance. 

Si un certain nombre de structures ont indiqué être prêtes à parapher ces documents, le directeur exécutif de Mercedes, Toto Wolff, s'est montré bien moins enclin, affirmant que la marque n'était pas prête à s'engager au vu des conditions actuelles. Plus encore, l'Autrichien a déclaré que la plupart des écuries souhaitaient des modifications mais qu'elles ne prenaient pas publiquement la parole sur le sujet préférant être "à la botte" du détenteur des droits commerciaux, Liberty Media, face aux caméras.

Lire aussi :

"Je pense que la plupart des équipes, si ce n'est 90%, sont d'avis qu'il y a du ménage à faire, qu'il y a des clauses essentielles qui doivent être discutées autour de la gouvernance et de certains aspects commerciaux", a ainsi déclaré Wolff sur Sky Sports vendredi. "Mais nous ne sommes pas vraiment en mesure de nous engager."

"Certains de ces gars, quand ils passent devant les caméras, ils sont à la botte du détenteur des droits commerciaux. [Mais] quand nous les avons en réunion, ils sont en pleine forme et ils sont les plus véhéments. Je pense qu'il s'agit de grandir et d'exprimer son opinion. Nous aimons cette discipline, nous avons des objectifs fondamentaux que nous partageons avec Liberty et la FIA. Nous voulons tous rester dans ce championnat pour le meilleur, et il s'agit d'en discuter."

Toutefois, la F1 a fixé une date butoir au 12 août pour que toutes les équipes signent les Accords Concorde et a affirmé vendredi qu'elle ne serait "pas retardée plus longtemps" à la suite des propos de Wolff. Du côté de Christian Horner, la confiance règne concernant le fait que ces contrats vont être signés très prochainement.

"C'est au moins la troisième fois que je suis dans ce processus maintenant. Cette fois-ci, l'expérience est différente de la précédente", a déclaré Horner. "Je pense que l'accord est ce qu'il est. Son contenu est confidentiel entre les équipes et le promoteur."

"Il faut voir les choses dans leur ensemble et les considérer comme un partenariat ; à bien des égards, nous avons besoin que Liberty amène autant de revenus que possible dans la discipline, ainsi qu'un intérêt et une couverture dont les équipes et tous les participants bénéficieront en fin de compte. Il faut avoir une vision globale de ces choses, on n'aura jamais tout ce qu'on veut. Je suis sûr que ce sera conclu dans les prochains jours."

Lire aussi :

Horner s'est tout de même gardé de dire que Red Bull était prêt à apposer sa signature sur les accords, précisant qu'il devait "d'abord voir la version finale", même s'il pense que tout le monde va signer dans les jours qui viennent. "Je pense que c'est seulement une question de jours. Je prévois que toutes les équipes signeront à un moment donné."

Les prochains Accords Concorde, qui régiront la discipline reine entre 2021 et 2026, doivent changer considérablement la redistribution des revenus entre les écuries, de sorte qu'un système plus équitable soit en place pour rendre la discipline plus juste. La structure de gouvernance va aussi grandement être modifiée, même si Ferrari devrait conserver son droit de veto et des bonus financiers avantageux.

Mercedes ne s'oppose pas forcément à ces éléments de reconnaissance historique de l'importance de la Scuderia en F1 en tant que tels, mais souhaiterait, au vu de ses récents succès et de sa contribution à la discipline (comme constructeur et motoriste), une plus grande considération de la part des instances.

Voir aussi :

Hülkenberg était le second choix de Mercedes après Hamilton en 2013

Article précédent

Hülkenberg était le second choix de Mercedes après Hamilton en 2013

Article suivant

Roy Nissany va disputer les EL1 du GP d'Espagne avec Williams

Roy Nissany va disputer les EL1 du GP d'Espagne avec Williams
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , Mercedes
Auteur Fabien Gaillard