Red Bull : Mercedes ne profite plus d'une vitesse de pointe "anormale"

Alors que la question des ailerons flexibles a de nouveau ressurgi au Qatar, Red Bull pense que Mercedes ne bénéficie plus d'un avantage "anormal" de vitesse en ligne droite.

Charger le lecteur audio

La bataille que se livrent en piste Mercedes et Red Bull Racing depuis le début de la saison n'a sans doute d'aussi féroce que la lutte hors piste, les deux structures faisant leur possible pour déstabiliser ou jeter le doute sur les performances de leurs rivaux. Récemment, après un GP du Brésil impressionnant pour Lewis Hamilton, les dirigeants de l'écurie autrichienne ont attiré l'attention sur l'aileron arrière de la W12.

Red Bull suspecte en effet que cette pièce soit flexible et explique en partie les vitesses de pointe affichées par Mercedes malgré un niveau d'appui important, le tout en s'appuyant notamment sur des photos montrant ce que Christian Horner a présenté comme des marques démontrant une déformation à haute vitesse et un frottement entre le plan principal de l'aileron et la plaque d'extrémité. En réponse, Mercedes a indiqué que Red Bull voyait "un fantôme".

Dans une fin de saison extrêmement tendue et où les instances sont également au centre des débats en raison de décisions polémiques, la FIA s'est saisie du problème en organisant des tests supplémentaires de flexibilité des ailerons arrière au Qatar après les qualifications, pour savoir s'il fallait aller plus loin sur la question. Bien que cela n'ait pas débouché sur un changement de règle et que Mercedes ait passé tous les tests avec succès, Red Bull affirme que quelque chose a changé.

Pour Horner, le niveau de performance plus resserré entre les deux équipes dans la longue ligne droite de Losail prouve qu'il y a pour la première fois une inversion de la tendance depuis le retour de la trêve. "Je pense que ce que nous avons vu dans les dernières courses est une vitesse en ligne droite anormale", a déclaré le directeur de Red Bull.

"Je pense que Toto [Wolff] a eu du mal à souligner qu'il y a eu des gains de vitesse en ligne droite alors que rien n'a changé, mais il est encourageant de constater que c'est la première course depuis avant Silverstone où nous avons été en mesure d'égaler leur vitesse en ligne droite et son augmentation exponentielle lors des courses."

Quand bien même les tests effectués au Qatar n'ont pas de valeur réglementaire, le dirigeant britannique estime qu'une surveillance de la situation par les instances est positive. "Je suis heureux de voir que c'est bien contrôlé", a-t-il déclaré. "Je suis convaincu que les tests qui ont été mis en place devraient éradiquer toute capacité de contournement [du règlement]."

Toutefois, dans le clan Mercedes, le son de cloche est différent, d'autant que les vitesses de pointe affichées en qualifications demeurent supérieures à celles de la RB16B, comme le démontre ce tableau récapitulatif des cinq derniers Grands Prix en date :

Vitesses de pointe sur la ligne d'arrivée en qualifications (km/h)

Grand Prix Mercedes Red Bull
Qatar 323,9 320,7
São Paulo 327,5 318,8
Mexico 351,1 343,2
États-Unis 323,3 318,3
Turquie 327,6 324,1

Et si la différence à Losail est inférieure aux GP récents, Mercedes estime que cela vient du fort niveau d'appui nécessaire au Qatar, qui a contribué à resserrer les performances. Toto Wolff, le directeur exécutif de l'écurie allemande, a ainsi lancé, ironiquement, en référence aux propos de Horner : "Ont-ils montré des données ou des photos à propos de la performance en ligne droite ?"

Puis il a ajouté : "La piste [de Losail] est bien moins dépendante du moteur, il faut le signaler, et je pense qu'ils ont juste fait du bon boulot. Leur vitesse en ligne droite avec le gros aileron est identique à la nôtre. Donc oui, je suis heureux qu'ils soient heureux."

"On va aller en Arabie saoudite et peut-être qu'on entendra à nouveau des commentaires. D'une certaine manière, les débats qui sont lancés, je ne peux plus les suivre. On a du mal à suivre pour commenter les rumeurs qui sont faites de ce côté-là."

Lewis Hamilton et Valtteri Bottas au GP du Qatar

Lewis Hamilton et Valtteri Bottas au GP du Qatar

Les deux épreuves restantes, sur l'inédit circuit de Djeddah et le tracé modifié d'Abu Dhabi, vont décider de l'attribution des deux couronnes mondiales. Horner juge que le premier devrait pencher en faveur de Mercedes mais que le second pourrait offrir une issue incertaine. "Le prochain circuit devrait sans doute favoriser Mercedes. Abu Dhabi, avec les modifications apportées là-bas, qui sait ?"

"Mais c'est incroyablement serré. Donc, en abordant ces dernières courses, [nous sommes] huit points en tête du championnat des pilotes [et] nous avons réduit l'avance du championnat des constructeurs à cinq points. Ainsi, tous deux sont pleinement en jeu et c'est fantastique parce que nous sommes maintenant à l'apogée de ce championnat du monde."

Lire aussi :
partages
commentaires
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues
Article précédent

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Article suivant

Barcelone accueillera F1 et MotoGP jusqu'en 2026

Barcelone accueillera F1 et MotoGP jusqu'en 2026
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021