Red Bull à sa place après la "partie la plus difficile du week-end"

Troisième force du plateau dans l'exercice du tour rapide à Interlagos, Red Bull Racing se positionne là où l'équipe s'attendait à être.

Red Bull à sa place après la "partie la plus difficile du week-end"
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13 dans le Parc Fermé
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13 et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Charger le lecteur audio

Max Verstappen et Daniel Ricciardo n'ont pas fait de miracle en qualifications face à Mercedes et Ferrari, alors que le "bouton magique" manque toujours à l'appel en Q3 avec le moteur Renault. L'écurie autrichienne a donc déroulé son programme, avec une stratégie décalée pour Daniel Ricciardo puisque celui-ci doit composer avec une pénalité moteur de dix places sur la grille de départ.

 "C'est ce à quoi nous nous attendions", confirme à Sky Sports le directeur d'équipe Christian Horner. "Nous savions que cela allait être la partie la plus difficile du week-end. Espérons faire une course solide depuis la deuxième ligne avec Max. On dirait que Daniel va partir 14e avec les pneus plus durs, nous devrions être en bonne forme. Il devrait faire assez chaud, et si c'est le cas, Mercedes a tendance à être en difficulté sous la chaleur. La course devrait être passionnante, Max est très motivé. Ce sera intéressant !" 

Verstappen aura besoin de chance

Motivé, Max Verstappen peut l'être alors qu'il se montre irrésistible en cette fin de saison. Vainqueur incontestable à Mexico, le Néerlandais s'attend toutefois à un autre scénario, et admet qu'il lui faudra "un peu de chance" s'il veut se hisser devant les deux Ferrari et devant Valtteri Bottas.

"Je pense que nous avons maximisé le résultat", estime-t-il. "Satisfait, pas vraiment. Nous n'avons pas vraiment trouvé le bon équilibre. Je ne m'attendais pas à battre Ferrari ou Mercedes sur ce circuit, ce n'est pas un circuit pour nous avec les longues lignes droites. Nous ne pouvions pas faire mieux, mais ce n'est pas suffisant. Le rythme sur les longs relais n'est pas suffisant, mais on ne sait pas ce qui peut se passer à l'avant."

De l'autre côté du garage, Daniel Ricciardo aura quant à lui une course d'attaque à mener. Qualifié avec les gommes tendres en Q2, l'Australien s'élancera avec les gommes jaunes depuis le 14e rang.

"C'était tout ce que nous pouvions faire", confie-t-il. "Je suis content de prendre le départ en tendres, nous pouvons être plus compétitifs à la fin en supertendres neufs. Tout le monde a fait cinq runs en supertendres, nous trois. Je me sens mieux en tendres, je regrette presque de ne pas avoir eu les tendres pour la Q3. J'avais des vibrations sur le dernier train de pneus, je n'avais pas d'adhérence à l'avant gauche. C'est frustrant, nous n'avons pas beaucoup de réponses, mais nous allons essayer de comprendre ça. Je suis toujours honnête quand je fais un blocage de roue ou que je pilote comme un idiot, mais là, je n'ai pas ressenti ça."

partages
commentaires
Magnussen : "Grosjean a tiré le meilleur de la voiture"
Article précédent

Magnussen : "Grosjean a tiré le meilleur de la voiture"

Article suivant

Protection policière renforcée mais nouvel incident à São Paulo

Protection policière renforcée mais nouvel incident à São Paulo
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021