Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Les petits ajustements de Red Bull sur ses écopes

Red Bull n'a pas chômé tout au long de la première partie de saison 2021, apportant des évolutions quasiment à chaque Grand Prix.

Les petits ajustements de Red Bull sur ses écopes

Alors que parfois les améliorations apportées par Red Bull Racing étaient assez importantes et évidentes, sur d'autres courses les changements semblaient négligeables. Cependant, une écurie de F1 n'introduit jamais de nouveauté s'il n'y a pas de performance à gagner, et il est donc important de s'attarder sur la moindre amélioration. 

Nous avons déjà parlé cette saison des modifications introduites par Red Bull au niveau de ses écopes de freins course après course, dans le but de disposer d'un meilleur refroidissement tout en améliorant l'efficacité aérodynamique. Toutefois, pour le Grand Prix de Hongrie, l'écurie est arrivée avec une écope d'admission élargie. 

Comparaison des écopes de freins sur la Red Bull RB16B.

Comparaison des écopes de freins sur la Red Bull RB16B.

C'était la première fois qu'une nouvelle spécification de cet élément faisait son apparition depuis la dernière version datant du Grand Prix d'Espagne. Cette dernière a ensuite été utilisée à Bakou, en France, au Red Bull Ring et à Silverstone, tandis que la version vue à Portimão a été choisie pour Monaco (voir ci-dessus). 

L'évolution de Budapest (photo ci-dessous) est basée sur celle de Barcelone, avec une écope élargie pour mieux alimenter en air le canal inférieur et extérieur. La conclusion la plus évidente est que ce design sera utilisé uniquement lorsque les exigences en refroidissement seront élevées, car il induit une perte aérodynamique significative. 

 

À Budapest, Red Bull a également fait un choix intéressant au niveau de son aileron arrière, privilégiant une version avec moins d'appui pour les qualifications et la course. 

Il faut aussi noter que, tandis que tous les autres concurrents sur la grille avaient choisi une configuration avec un maximum d'appui en conservant les T-Wings, Red Bull n'en a pas monté sur la RB16B (photo ci-dessous).

 

Et les autres ?

Vainqueur surprise en Hongrie, Alpine avait modifié son aileron arrière pour la course, optant pour sa traditionnelle version avec de gros appuis, complétée par des longerons supplémentaires. 

Ces longerons espacés (voir ci-dessous), qui n'étaient pas présents lorsque cet aileron avait été utilisé à Monaco, ont probablement été installés pour répondre aux tests de flexibilité renforcés que la FIA a mis en place à partir du mois de juin. 

 

Chez Mercedes, le regain de performance lors des derniers Grands Prix coïncide avec un certain nombre de changements apportés par l'équipe au niveau de son approche et de ses réglages. De plus, son dernier package aérodynamique est sans doute arrivé à point nommé, au même moment que les pneus Pirelli renforcés à l'arrière. 

 

Les évolutions se sont concentrées sur la partie centrale de la voiture (ci-dessus), touchant aussi bien les bargeboards, les déflecteurs latéraux et le fond plat. 

Le principal déflecteur vertical a été raccourci, avec les lamelles de l'élément en forme de store vénitien rallongées vers l'avant afin d'avancer le point de rencontre avec le flux d'air. 

Les deux éléments en forme de R à la base du déflecteur du ponton ont été complétés par un troisième, plus long, situé sous le principal déflecteur vertical. Ce dernier a été déconnecté de l'ailette du ponton. Il s'agit d'un procédé vu sur d'autres monoplaces du plateau. 

En lien avec ces modifications, Mercedes a également optimisé la zone située juste derrière, où l'on trouve désormais quatre ailettes montées sur le bord du fond plat et du ponton, orientées vers l'extérieur.

La partie ondulée du bord du fond plat a également été simplifiée, et le flap monté juste derrière est maintenant constitué de deux éléments. 

Lire aussi :

partages
commentaires
Ces chiffres qui sont le juge de paix de Ferrari en 2021
Article précédent

Ces chiffres qui sont le juge de paix de Ferrari en 2021

Article suivant

De Vries tempère la rumeur qui l'envoie chez Williams

De Vries tempère la rumeur qui l'envoie chez Williams
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Formule 1
27 oct. 2021
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021