Red Bull n'a pas peur du plafonnement budgétaire

Bien que la mesure affecte les plus grosses écuries, Red Bull affiche son optimisme quant aux bienfaits du plafonnement budgétaire qui sera introduit l'année prochaine en F1.

Red Bull n'a pas peur du plafonnement budgétaire

Longtemps serpent de mer, le plafonnement des budgets entrera en vigueur en Formule 1 en 2021. Crise du coronavirus oblige, il a même fait l'objet de débats animés jusqu'à être abaissé davantage que prévu. Ainsi, dès l'an prochain, chaque écurie devra respecter une limite de 145 millions de dollars par an. Bien que celle-ci n'inclut pas la totalité des dépenses, elle forcera les plus grosses écuries à diminuer leurs ressources et à désengager du personnel qui opérait jusqu'à présent en F1. C'est la probablement l'aspect le plus douloureux du processus, qui a néanmoins fait l'unanimité sur son principe. Parmi les trois top teams, Red Bull Racing assume son soutien à une telle mesure et ne la perçoit pas comme un élément qu'il faudrait redouter.

"Je pense qu'il faut regarder ce qui est bon pour les affaires, et parfois l'intérêt personnel l'emporte sur les intérêts de la F1", explique son directeur Christian Horner à Motorsport.com. "J'ai adopté une vision d'ensemble sur ce sujet, et je crois qu'au bout du compte, les meilleurs seront toujours au sommet. Peu importe quelles sont les règles, c'est à nous de nous adapter pour faire en sorte d'être aussi compétitifs que possible. Nous avons réussi à le faire durant des années et nous devrons le faire avec cet ensemble de règles sportives et financières."

Lire aussi :

Inévitablement, l'écurie de Milton Keynes devra réduire ses effectifs. Néanmoins, appartenant à un groupe qui exerce des activités bien au-delà de la discipline, les licenciements devrait être limités en déployant du personnel vers d'autres projets portés par Red Bull Advanced Technologies. "Inévitablement, cela affectera la constitution de l'équipe, mais nous avons d'autres activités", confirme Christian Horner. "Nous avons aussi d'autres projets avec des synergies, nous avons Advanced Technologies qui voit ses activités croître. Nos employés sont notre meilleur atout et nous chercherons à préserver autant d'emplois que possible."

"Cela protège les dépenses des équipes", insiste le Britannique au sujet du futur plafonnement budgétaire. "Nous avons encore la partie qui concerne les revenus à régler, mais je crois que les coûts sont significativement réduits et qu'ils sont sous contrôle. Les projets pour les cinq prochaines années placent la F1 dans une position plus attractive pour des investissements extérieurs et pour des sponsors. Cela contribuera, je l'espère, à protéger certaines des plus petites équipes, et il faut espérer que cette nouvelle réglementation favorisera également une compétition plus serrée. C'est l'intention et l'objectif."

Propos recueillis par Jonathan Noble  

partages
commentaires
C'était un 8 juin : quand Hamilton n'a pas vu le feu rouge

Article précédent

C'était un 8 juin : quand Hamilton n'a pas vu le feu rouge

Article suivant

Mercedes redémarre ses moteurs et teste les nouvelles normes

Mercedes redémarre ses moteurs et teste les nouvelles normes
Charger les commentaires
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021
Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée Prime

Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée

Les avis sont divisés sur la place du Grand Prix de Monaco au sein du calendrier de la Formule 1. Néanmoins, l'épreuve continue d'offrir un défi unique pour les pilotes et les équipes.

Formule 1
1 juin 2021