Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Contenu spécial
Dossier

Contenu spécial

Red Bull est-il tombé dans le piège de McLaren-Honda ?

partages
commentaires
Red Bull est-il tombé dans le piège de McLaren-Honda ?
Par :
2 févr. 2019 à 08:08

Red Bull n'a pas fait preuve de timidité au sujet des attentes énormes liées au passage à un moteur Honda. McLaren ne l'avait pas été non plus il y a quatre ans, et l'histoire s'est mal terminée. Red Bull est-il sur le point de faire la même erreur ?

Promettez beaucoup et accomplissez peu en Formule 1, et vous aurez la recette d'un cauchemar des relations publiques. Il s'agit du seul véritable héritage de la seconde version du partenariat McLaren-Honda. McLaren avait confiance dans le fait que Honda le ramènerait aux avant-postes, que l'alliance serait victorieuse à nouveau et que Honda se battrait avec Mercedes et Ferrari.

La douleur d'échouer à combler les attentes est une partie des raisons pour lesquelles Honda se montre désormais si prudent au moment d'évoquer ses perspectives. Travailler pour reconstruire sa réputation avec Toro Rosso la saison passée, toujours avec des attentes importantes et de la pression mais loin des projecteurs, a été un changement de rythme bienvenu.

En 2019, cela va changer. Honda fait équipe avec Red Bull, ainsi que son junior team, et qu'ils le veuillent ou non cela s'accompagne d'un intérêt public bien plus important. Surtout quand parmi les dirigeants de Red Bull il y a un homme aux opinions très arrêtées, véhément et à l'honnêteté sans réserve, à savoir le Dr. Helmut Marko.

Lire aussi :

D'une certaine manière, il y a une impression de plus en plus importante de déjà-vu. Si vous souscrivez au point de vue selon lequel, même si elle devrait être encouragée par les progrès de Honda en 2018 avec Toro Rosso, l'écurie Red Bull a tout intérêt à garder son calme avant d'en avoir des preuves concrètes en essais, alors il est facile de penser qu'elle est peut-être tombée dans le même piège que McLaren auparavant : se laisser aller à des prédictions confiantes avant que le partenariat ne prenne la piste.

Se référant à une fanfaronnade de Lewis Hamilton début 2018, sur les réglages moteur les plus puissants de Mercedes pour les qualifications, Marko a déclaré qu'il avait confiance dans le fait que Red Bull disposerait d'un "mode fête" pour la première fois avec Honda. "Le moteur Honda est déjà légèrement au-dessus du moteur Renault", avait-il insisté. "Si l'on combine nos données GPS avec les données fournies par Honda, nous serons dans la zone de Mercedes et Ferrari."

C'est son affirmation la plus forte, même si l'an passé il était catégorique – tout comme Max Verstappen – sur le fait que Honda avait surpassé Renault, le partenaire moteur de Red Bull jusqu'alors, pour la première fois. Marko a depuis déclaré que Red Bull était dans une "catégorie B" par rapport à Mercedes et Ferrari avec son unité de puissance Renault.

Si l'on suppose que Red Bull met immédiatement trop de pression sur Honda, on peut arguer que c'est même encore pire que ce que McLaren a fait. Au moins, l'optimisme (débordant) de McLaren était lié à une histoire phénoménale avec le constructeur japonais et l'ignorance béate de n'avoir aucune véritable donnée suggérant que Honda allait si mal aborder son entrée dans le monde des V6 turbo hybrides.

Fernando Alonso, McLaren MP4-30 Honda

Indépendamment des performances et de la fiabilité intéressantes de Honda en 2018, Red Bull a également assisté à trois années de crise chez McLaren-Honda, pour essayer de tempérer ses ardeurs au moment d'évoquer ce qui pourra être fait quand Honda sera à fond.

Il y a peu de doute sur le fait que, si Honda avait un contrôle total sur le message envoyé au public concernant les perspectives pour 2019, les choses seraient légèrement différentes. La ligne de Honda est plus réservée et basée sur l'objectif de démarrer la saison avec le troisième meilleur moteur, en confortant sa place devant Renault, avant d'accélérer le développement.

Cependant, et cela pourrait sonner comme les mots d'un défenseur de Red Bull-Honda, quand on examine les commentaires de Marko dans le contexte des progrès nippons, de son projet de développement et de ce que Red Bull apporte à la table, le tableau semble assez différent.

Même s'il est vrai que les mots de Marko et de Verstappen renforcent l'attente envers Honda et ce que Red Bull peut accomplir, souvenez-vous que cela intervient après un accès total aux données du moteur et à son utilisation en conditions réelles avec Toro Rosso, pas seulement sur des chiffres issus du banc d'essai depuis Abu Dhabi.

Lire aussi :

Plus important encore, Honda va forcément avoir de plus grandes attentes cette année. C'est un constructeur important avec une ambition immense et une grande fierté. Étant donnée la perception du public selon laquelle il est devenu en 2018 le troisième motoriste, rien de moins qu'être devant Renault en 2019 et réduire l'écart avec Mercedes et Ferrari représenterait un pas en arrière. Tout ce que peut dire Red Bull en public n'a pas vraiment d'impact sur cela, c'est pourquoi même Honda était heureux d'expliquer revoir ses ambitions à la hausse.

"Nous ne souhaitons pas vraiment donner un délai en particulier, mais Mercedes et Ferrari connaissent extrêmement bien les zones d'ombre de la réglementation, donc ils restent devant nous", déclarait le responsable de la compétition de Honda, Masashi Yamamoto, à Abu Dhabi en novembre dernier. "Mais après quatre années de développement et d'efforts, je pense que nous sommes enfin en train de trouver la bonne direction – c'est bien plus clair que l'an dernier ou qu'il y a deux ans. Je pense donc que nous pouvons accélérer notre développement."

Un autre point est que même si Red Bull et Honda s'attendent à de bons niveaux de performance en 2019, ce ne sera pas une immense surprise de voir des problèmes de fiabilité et des pénalités tactiques sur la grille. Cela ne représenterait pas non plus une diversion par rapport aux déclarations optimistes de Marko. En fait, sa position est extrêmement claire.

"Nous sommes conscients que ce sera probablement difficile avec la fiabilité", a-t-il déclaré. "Il est très probable que nous ne pourrons pas faire toute la saison avec trois moteurs. Mais si l'on choisit les bons circuits, on peut être de retour aux avant-postes en quelques tours. Ce sera le concept : accepter sciemment des pénalités moteur si nécessaire."

Pierre Gasly, Toro Rosso STR13 stops on track in Q1

Honda reste optimiste quant au fait qu'il va trouver de la performance supplémentaire à temps pour le début de la saison 2019, même s'il essaie également toujours d'améliorer sa fiabilité. Les rumeurs du début d'année suggèrent que Honda a découvert un nouveau problème de vibration en testant son moteur, mais il semble que cela soit incorrect et que le constructeur n'ait pas rencontré de souci majeur.

Une autre difficulté a émergé suite à l'information selon laquelle Honda était en discussion avec l'entreprise d'ingénierie et de conseil autrichienne AVL au sujet d'une possible collaboration, avant de décider de ne pas aller plus loin. Mais il semble que cela était lié à un projet de long terme plutôt qu'avec le moteur 2019. Donc cela ne doit pas être interprété comme un nouvel effondrement du château de cartes Honda.

Cela ne veut pas dire que Red Bull-Honda peut aborder 2019 sans aucune réserve. Ce qui était clair en fin de saison 2018 est qu'il n'y avait pas de preuve décisive que son produit était capable de réaliser sept Grands Prix sans problème. Il y a eu tellement de changements lors du dernier tiers de la saison que chaque moteur faisait à peine le tiers de cela.

Il s'agira d'un territoire inconnu pour Honda, même si des progrès auront été faits durant l'intersaison. Red Bull devra peut-être attendre la fin d'année, voire 2020, pour une meilleure fiabilité.

Lire aussi :

Marko et le directeur de l'écurie, Christian Horner, ont également clairement exprimé que Renault ne représentait pas vraiment une référence en termes de fiabilité, car même si Red Bull a connu le succès avec la Spec C en fin d'année, il a fallu revenir à la Spec B pour les courses de haute altitude face aux craintes sur la tenue des blocs turbo hybrides.

Honda a introduit deux évolutions moteur en 2018, lesquelles ont offert une meilleure performance, mais la seconde a été initialement introduite au prix de la fiabilité, en raison d'oscillations de la boîte de vitesses. Pierre Gasly a ensuite subi une fuite d'huile lors de la dernière manche de la saison à Abu Dhabi. Il sera donc assez juste de conclure que Honda ne s'est pas couvert de gloire sur le plan de la fiabilité en fin de saison.

L'évolution du design moteur avec lequel Honda a l'intention de débuter la campagne 2019 ne devrait pas voir la répétition de ces problèmes. Quand Honda a rejoint la grille en 2015, il a connu une saison épouvantable et même si 2016 n'a pas été formidable, des progrès plus solides ont été faits.

Le gros problème est intervenu quand le package a été remanié pour 2017 et a connu un grand recul sur le plan de la fiabilité, entraînant une série d'événements qui ont conduit au divorce avec McLaren.

Fernando Alonso, McLaren MCL32 stops on track in FP1

Avec Red Bull, Honda se prépare à conserver le même concept moteur pour la première fois de cette ère, en utilisant une évolution du design dont il croit qu'il a encore du potentiel, tout en garantissant une meilleure fiabilité. C'est une raison supplémentaire d'avoir confiance dans le fait que les attentes de Red Bull envers Honda sont réalistes malgré ce qui s'est passé auparavant.

"Nous pouvons conserver le design ou concept actuel de l'unité de puissance", déclarait Toyoharu Tanabe, directeur technique de Honda F1, en fin de saison dernière. "Nous ne savons pas exactement [quelle est la limite du concept] car nous n'avons pas atteint un niveau élevé, mais nous avons commencé avec un autre concept modifié pour 2017."

"Pour le moment, nous pensons que cette modification de concept n'est pas une erreur. C'est approprié. Lorsque l'on change énormément le concept du design, c'est très dur d'obtenir la fiabilité. Cela dépend du niveau de design, mais je suis à l'aise avec l'idée de maintenir notre concept actuel."

Lire aussi :

Il y a un an, lors des tests de pré-saison, des rumeurs indiquaient que Honda changeait chaque jour les moteurs des Toro Rosso. C'était la seule raison pour laquelle, disaient les critiques et les sceptiques, l'équipe accumulait autant de roulage.

Aussi, alors que les progrès de Honda devenaient de plus en plus clairs au fil de la saison, le récit a changé pour déclarer que cela n'était possible que parce que Toro Rosso sacrifiait certains week-ends.

Aucune de ces accusations n'était très vraie. Honda a toujours insisté sur le fait qu'il n'avait pas mis en place une telle stratégie moteur lors des essais hivernaux, et les tentatives pour minorer ses progrès en 2018 ignorent commodément le fait que changer beaucoup de moteurs est déjà ce que Honda a dû faire avec McLaren de 2015 à 2017.

Si Red Bull promet le monde et que Honda ne tient pas ses promesses, alors oui, ça sera le "Jour de la marmotte". McLaren pourra même avoir du mal à cacher un sourire ironique. Mais n'oubliez pas les différences cruciales entre aujourd'hui et le moment où Honda a été humilié par McLaren, et présenté comme un maillon faible.

La confiance de Red Bull s'enracine dans la réalité, l'écurie s'enorgueillit d'avoir compris que tout ne sera pas parfait tout de suite, et la maison Red Bull est en meilleure forme que la maison McLaren. Personne n'empêchera jamais Marko de dire ce qu'il pense, mais cela ne veut pas dire qu'il poussera Red Bull dans le piège qui a été sans pitié avec McLaren.

Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33 and Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Article suivant
C'était un 1er février : les essais de Rossi avec Ferrari à Valence

Article précédent

C'était un 1er février : les essais de Rossi avec Ferrari à Valence

Article suivant

Giovinazzi ne veut pas être comparé à Leclerc

Giovinazzi ne veut pas être comparé à Leclerc
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing Boutique , McLaren Boutique
Auteur Scott Mitchell