Red Bull ravi de ne pas avoir donné de consignes d'équipe

Directeur de l'écurie Red Bull, Christian Horner est satisfait d'avoir vu ses pilotes se battre de manière fair-play à Sepang, sans avoir eu besoin de recourir à des consignes d'équipe.

Red Bull ravi de ne pas avoir donné de consignes d'équipe
Le vainqueur Daniel Ricciardo, Red Bull Racing lors de la conférence de presse de la FIA avec son équipier Max Verstappen, Red Bull Racing
Le vainqueur Daniel Ricciardo, Red Bull Racing lors de la conférence de presse de la FIA avec son équipier Max Verstappen, Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing lors de la conférence de presse de la FIA
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 devant son équipier Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 devant son équipier Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Le vainqueur Daniel Ricciardo, Red Bull Racing fête sa victoire avec son équipier, le deuxième, Max Verstappen, Red Bull Racing dans le Parc Fermé
Le vainqueur Daniel Ricciardo, Red Bull Racing fête sa victoire avec son équipier, le deuxième, Max Verstappen, Red Bull Racing dans le Parc Fermé
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 devant son équipier Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Valtteri Bottas, Williams FW38
Podium : le vainqueur Daniel Ricciardo, Red Bull Racing, le deuxième, Max Verstappen, Red Bull Racing, le troisième, Nico Rosberg, Mercedes AMG F1
Podium : le vainqueur Daniel Ricciardo, Red Bull Racing
Charger le lecteur audio

Sur le muret des stands de Sepang, Christian Horner a dû affronter des moments de stress intense alors que les deux pilotes Red Bull, Daniel Ricciardo et Max Verstappen, se sont affrontés en piste avec des stratégies décalées. À deux reprises, le directeur de l'écurie autrichienne aurait pu être tenté de transmettre des consignes d'équipe, mais il a privilégié l'équité entre les deux pilotes. 

Le premier affrontement direct a lieu juste avant l'abandon de Lewis Hamilton, et à ce moment précis, une consigne d'équipe donnée à Ricciardo pour laisser passer un Verstappen plus rapide car sur une stratégie différente aurait pu se justifier. Il n'en fut rien car Red Bull a considéré à cet instant que la bataille face à Hamilton était déjà perdue. 

"À ce moment-là, il était clair que Max irait au bout de la course avec les pneus durs", explique Horner. "Avec Daniel qui s'était arrêté au 21e ou 22e tour, nous avons eu des discussions pour savoir s'il pensait pouvoir aller au bout. Sa réponse initiale, après six ou sept tours, était positive, il pensait pouvoir le faire. Alors, à ce moment précis, ils se battaient pour leur position en piste."

"C'est pourquoi il n'y a pas eu d'interférence, et la consigne était : courez l'un contre l'autre, respectez-vous. C'est ce dont nous avions discuté le matin, simplement donner de l'espace à l'autre. Il y a eu une belle bataille roue contre roue entre eux, mais ils ont toujours respecté les centaines d'employés qu'ils représentent."

Respecter l'équipe

Une fois Hamilton contraint à l'abandon, l'avantage en piste de Ricciardo était déterminant puisqu'il s'est retrouvé en tête, et Red Bull a pu assurer la victoire en effectuant un deuxième arrêt pour les deux pilotes, simultanément, en profitant de la procédure de Voiture de Sécurité Virtuelle. 

Là encore, Red Bull aurait pu être tenté de demander aux pilotes de conserver leurs positions jusqu'au drapeau à damier. Néanmoins, Verstappen a eu la liberté de mener la chasse derrière Ricciardo. 

"J'ai indiqué aux deux ingénieurs de course qu'ils étaient libres de courir mais devaient s'assurer de donner la priorité aux 43 points. Ils devaient donc demander aux pilotes de respecter ça", souligne Horner. 

"Ils l'ont fait, et je crois que, de notre point de vue, c'était bien de les y autoriser. Ils étaient tous les deux sur le même mode moteur, tous les deux avec la même puissance, donc il n'y avait pas de réel avantage pour l'un ou l'autre."

Après la course, Verstappen a pu sembler légèrement frustré d'avoir manqué une occasion de l'emporter, mais Horner assure que son jeune pilote était loin d'être déçu de la manière dont son équipe avait géré la course. 

"Il est totalement calme. Évidemment, il a donné tout ce qu'il pouvait et a essayé de gagner la course. Le moment crucial de la course est quand ils se sont retrouvés côte à côte aux virages 5-6. C'était une belle course, loyale. Ils étaient tous les deux plus qu'heureux lors du débrief. C'est une longue course, difficile, chaude, et tout s'est bien passé."

partages
commentaires
Räikkönen perdait 3 dixièmes au tour à cause de Rosberg
Article précédent

Räikkönen perdait 3 dixièmes au tour à cause de Rosberg

Article suivant

Comment les équipes ont développé l'idée de Toro Rosso

Comment les équipes ont développé l'idée de Toro Rosso
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021