Une deuxième place "comme une victoire" pour Red Bull et Verstappen

Max Verstappen deuxième juste derrière Lewis Hamilton à Sotchi : Red Bull n'en espérait pas tant avant le début du week-end russe !

Une deuxième place "comme une victoire" pour Red Bull et Verstappen
Charger le lecteur audio

Condamné à un départ depuis le fond de la grille au Grand Prix de Russie, Max Verstappen s'attendait à une remontée compliquée pour sauver des points importants au championnat. Le Néerlandais avait vu juste, car sa course n'a pas été de tout repos, bien que très solide. Alors qu'il semblait devoir se contenter d'une sixième ou septième place à cause d'un deuxième relais assez long en pneus mediums, l'averse qui a douché les derniers tours de course à Sotchi lui a offert une opportunité en or, parfaitement exploitée par Red Bull Racing.

Certes, Lewis Hamilton s'est imposé et a repris sept points à Max Verstappen, heureux deuxième de la course, pour le devancer désormais de deux longueurs en tête du championnat, mais dans les rangs de l'écurie autrichienne, on aurait signé les yeux fermés pour un tel bilan comptable avant l'épreuve russe.

"Je crois que c'est comme une victoire pour nous", souffle Christian Horner, directeur de Red Bull Racing. "Passer de 20e sur la grille à la deuxième place, je crois que si quiconque nous avait proposé ça avant le week-end, on se serait pincé pour le croire. Alors avoir accompli ça, quitter deux bastions de Mercedes [Monza et Sotchi] avec seulement deux points de retard au championnat pilotes, c'est extrêmement encourageant. Avec encore sept Grands Prix, tout reste à jouer."

Avant la course, Red Bull avait bien sûr procédé à des simulations, qui avaient livré pour meilleur scénario possible une remontée dans le top 5 pour Max Verstappen, sans circonstances de course imprévues.

"Avant la course, la cinquième place était probablement ce qu'il y avait de plus optimal", confirme Christian Horner. "Alors repartir avec une deuxième place, qui naturellement avant la fin semblait plutôt être une sixième place… Max a eu raison de demander les intermédiaires, et ça a bien fonctionné pour lui. Décrocher cette deuxième place et avoir purgé la pénalité moteur, c'est plus ce que nous espérions avant le week-end."

Avant que la pluie ne s'en mêle en fin de Grand Prix, Max Verstappen était plutôt rapide lorsqu'il avait la piste dégagée mais beaucoup plus en difficulté dans le trafic. Il avait ainsi perdu gros face à Fernando Alonso dans un premier temps.

"Je crois qu'il avait du graining sur les pneus avant", explique Christian Horner. "Les pneus sont passés par une phase que l'on a aussi pu voir chez ceux de devant. Il a eu quelques tours avec la piste libre mais son vrai rythme, comme on l'a vu durant le premier relais dès qu'il était dans l'air propre, était très, très rapide. Mais en suivant les autres de très près, particulièrement dans le long virage 3, ça a commencé à pomper de l'énergie sur les pneus avant. Ils [les pneus] se nettoient puis reviennent bien, et c'est pour ça qu'il remontait sur Fernando, mais franchement, la pluie dans les cinq derniers tours est tombée au bon moment."

Lire aussi :

partages
commentaires
Alonso : "Nous aurions dû finir sur le podium"
Article précédent

Alonso : "Nous aurions dû finir sur le podium"

Article suivant

Une course infernale pour Giovinazzi, privé de radio

Une course infernale pour Giovinazzi, privé de radio
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021