Des réminiscences de Senna dans les accidents de Verstappen, selon Hill

partages
commentaires
Des réminiscences de Senna dans les accidents de Verstappen, selon Hill
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
Co-auteur: Guillaume Navarro
15 nov. 2018 à 08:00

L'accrochage entre Max Verstappen, leader du Grand Prix du Brésil, et Esteban Ocon, qui tentait de passer le Néerlandais pour se dédoubler, dimanche, n'a pas manqué de faire parler.

Accrochage entre Max Verstappen, Red Bull Racing RB14, et Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11
Accrochage entre Max Verstappen, Red Bull Racing RB14, et Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11
Accrochage entre Max Verstappen, Red Bull Racing RB14, et Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11
Accrochage entre Max Verstappen, Red Bull Racing RB14, et Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11
Esteban Ocon, Racing Point Force India F1 Team
Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 percute Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11
Altercation entre Max Verstappen, Red Bull Racing, et Esteban Ocon, Racing Point Force India, après leur accrochage en course

Pour Damon Hill, les erreurs de Max Verstappen offrent des réminiscences du parcours d'Ayrton Senna. Le Champion du monde 1996 estime que le pilote Red Bull apprendra de celles-ci tout comme l'avait fait le Brésilien.

Hill estime que la responsabilité principale de l'accrochage entre les deux pilotes revient essentiellement à Ocon, mais qu'un pilote plus expérimenté que Verstappen aurait laissé plus de marge que ce ne fut le cas, et que le contact aurait été évité. Une suggestion d'ailleurs corroborée par les commentaires directement adressés par Lewis Hamilton à son jeune rival après la course d'Interlagos.

"Il y a eu un autre gars en F1 qui se heurtait occasionnellement contre les gens quand il n'avait pas besoin de le faire", sourit Hill au micro de Motorsport.com. "Je pense bien à Senna. Il y a comme une tendance qui évolue quand ils sont très jeunes. Ils ne comprennent pas. Clairement, Ocon n'aurait pas dû se mettre dans une situation où il s'entremêle avec le leader de la course. Mais Max a lancé les dés contre lui au lieu de dire : 'Qu'est-ce que ce gars est en train de faire ? Il va faire des complications', et d'attendre pour une opportunité légèrement moins risquée."

Lire aussi :

"Je ne veux pas être critique à l'encontre de Max. Cela ne ferait pas de différence de toute façon, car il continuera à prendre des risques et il pilote à sa façon. Mais il apprendra et finira par piloter comme Lewis a désormais appris à le faire. Et je pense que c'est vraiment important. Remporter une course est tellement important et a tellement de valeur, on ne peut pas laisser des choses idiotes mettre ça en péril."

Hill ajoute un peu de second degré pour faire passer une certaine vérité concernant la gestion de situations de course par Verstappen, par ailleurs très enthousiasmant en étant l'un des pilotes les plus aventuriers lorsqu'il s'agit de placer des attaques sur des adversaires pour le gain de positions ou dans l'exercice de la défense de la sienne.

"Il a jusqu'à ses 25 ans avant que ses lobes frontaux ne soient totalement connectés. En gros, actuellement, il n'a pas le contrôle total de ses lobes et il pilote à l'instinct !"

Le droit de dépasser, le devoir de faire attention

Même si l'argumentation d'Ocon pour justifier ses agissements se porte bien plus sur son droit à tenter une manœuvre sur Verstappen que sur l'issue malheureuse et l'appréciation approximative de celle-ci, au point de ne pas s'en excuser, Hill se permet un jugement sur le bien fondé d'une tentative de passage de la Red Bull par le pilote Force India.

"C'est un argument très intéressant, et il est sous pression en termes de temps [en F1] aussi", juge le Britannique. "Mais il faut prendre énormément de précautions lorsque l'on est impliqué dans la bataille pour la tête, peut-être même au point de demander à la radio : 'Pouvez-vous expliquer à Red Bull que j'essaie de me dédoubler ?' Mais il ne l'aurait dépassé que pour quelques tours. Il l'aurait passé puis aurait été repassé quelques tours plus tard."

Lire aussi :

Pour Felipe Massa, qui était présent en tant que consultant TV à Interlagos, Verstappen aurait pu laisser plus d'espace et éviter de grands risques.

"C'est sûr qu'il était un peu étrange de voir Ocon essayer de passer Verstappen à ce moment-là de la course", juge le Brésilien pour Motorsport.com. "J'ai cru comprendre qu'Ocon avait des pneus neufs. Les règles disent que si vous êtes plus rapide, vous pouvez dépasser, mais il faut faire attention et ce n'est pas ce qui s'est passé au final. Mais par ailleurs – et je ne place pas la faute sur Max – peut-être aurait-il pu prendre un peu plus de précautions qu'il ne l'a fait. Ocon a pris trop de risques, mais peut-être que Max aurait pu l'éviter aussi."

Article suivant
14 novembre 2010 : Alonso et Ferrari sombrent, Vettel triomphe

Article précédent

14 novembre 2010 : Alonso et Ferrari sombrent, Vettel triomphe

Article suivant

Un nouveau président pour Renault Sport Racing

Un nouveau président pour Renault Sport Racing
Charger les commentaires