Renault veut un plus grand contrôle du salaire des pilotes

Le directeur général de Renault F1, Cyril Abiteboul, affirme qu'il faut une approche plus rationnelle de la question du salaire des pilotes dans le cadre de la discussion visant à rendre la discipline plus viable.

Renault veut un plus grand contrôle du salaire des pilotes

Les équipes de Formule 1 sont actuellement en discussion concernant la mise en place d'un contrôle des coûts plus important que prévu dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et de ses conséquences sur l'économie. Ainsi, un plafond budgétaire de 145 millions de dollars par saison devrait être mis en place dès l'an prochain, contre 175 millions (ou 153 millions d'euros) prévus initialement.

Ce plafond ne couvre malgré tout pas un certain nombre de dépenses, dont les salaires des pilotes. Pour certains dirigeants d'écuries, il faudrait justement les y inclure pour éviter de tomber dans une spirale négative. Ainsi, le responsable de Renault Cyril Abiteboul a confirmé que ce sujet faisait partie des négociations actuelles. Même s'il reconnaît des complications en raison de l'aspect légal des contrats qui lient chaque pilote à son écurie, il estime qu'il est important pour l'avenir de la discipline reine de pouvoir faire entrer ce poste de dépenses dans le cadre de ce qui est contrôlé.

Lire aussi :

"Cela fait partie du débat, de ce qui est sur la table, [mais] il y a une complexité supplémentaire au niveau juridique, parce que nous devons nous assurer que c'est légal, dans le sens où nous devons nous assurer que c'est applicable", a déclaré Abiteboul sur Sky Sports F1, dans un entretien effectué avant la série d'annonces de transferts de pilotes. "Et aussi la complexité supplémentaire [est] que vous avez certains pilotes qui ont déjà des contrats à très long terme ; donc félicitations à Max [Verstappen, dont le contrat court jusqu'en 2023] à cet égard."

"Mais si nous devons faire des exceptions pour des systèmes qui seront sains et importants pour la durabilité du sport, je crois quand même qu'il faut le faire. Nous ne devrions pas avoir un individu donné, une situation donnée – dans le cas présent, le contrat de Max ou le contrat de Charles [Leclerc, dont le contrat court jusqu'en 2024] avec Ferrari – qui bloque un processus si c'est un bon processus. Nous pensons qu'il serait logique de rationaliser un peu le salaire des pilotes lorsqu'un certain nombre de personnes vont être licenciées en raison du plafond budgétaire."

Daniel Ricciardo, qui quittera Renault pour McLaren en fin de saison, est semble-t-il l'un des pilotes les mieux payés de la grille. Le nom du remplaçant éventuel de l'Australien aux côtés d'Esteban Ocon en 2021 n'est pas connu. La rumeur fait de Fernando Alonso le favori à cette place.

partages
commentaires
Ce que les ailerons avant 2020 disent sur chaque équipe - 2e partie
Article précédent

Ce que les ailerons avant 2020 disent sur chaque équipe - 2e partie

Article suivant

GP de Pau 1992 : dans l'antichambre de la F1

GP de Pau 1992 : dans l'antichambre de la F1
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021