Renault F1 ne se sent pas menacé par l'affaire Ghosn

partages
commentaires
Renault F1 ne se sent pas menacé par l'affaire Ghosn
Par : Basile Davoine
24 nov. 2018 à 09:00

Cyril Abiteboul a tenu à se montrer rassurant sur l'engagement de Renault en Formule 1, alors que le PDG du groupe, Carlos Ghosn, est au centre d'une affaire judiciaire au Japon.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Préparation d'une Renault R.S. 18
Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Renault RS 01 et Renault R.S. 18
Préparation d'une Renault R.S. 18
Jérôme Stoll, directeur de Renault Sport F1 et Carlos Ghosn, président de Renault
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18

La semaine est mouvementée pour le constructeur français, dont le PDG Carlos Ghosn a été arrêté et placé en garde à vue au Japon. D'ores et déjà révoqué de la présidence de Nissan, le grand patron de l'alliance Renault-Nissan est soupçonné de malversations financières. En revanche, au titre de la présomption d'innocence, le conseil d'administration de Renault ne l'a pas encore écarté, mais a confié provisoirement la direction exécutive du groupe à Thierry Bolloré.

Le séisme provoqué par l'affaire Ghosn pourrait avoir des retentissements jusque dans les branches sportives du groupe, mais dans le paddock d'Abu Dhabi, Cyril Abiteboul a tenu à se montrer rassurant.

Lire aussi :

"C'est une affaire très importante dans le développement du groupe Renault", admet le directeur général de Renault Sport Racing. "Mon message, c'est simplement qu'il y a un plan de continuité pour toutes les opérations du groupe Renault, ainsi que pour Nissan et Mitsubishi. La F1 fait partie de ces opérations. Ce sont un projet et une activité bien connus, très visibles, qui génèrent énormément d'exposition avec des attentes claires quant à un retour sur investissement et à la contribution au business."

"Je pense que les raisons pour lesquelles nous avons rejoint la F1 fin 2015 sont toujours valables aujourd'hui, pour l'exposition... et pour le développement technologique. Il n'y a aucune raison que ces facteurs disparaissent soudainement dans le cas d'une évolution de la situation sur laquelle je ne veux pas spéculer pour l'instant." 

"Si la F1 était toujours une bonne proposition avant, il y a une raison pour qu'elle le reste à l'avenir. C'est à nous de signer les meilleurs résultats possibles pour le bien de la compagnie. Je n'ai aucune indication selon laquelle Thierry Bolloré n'aime pas la F1. Encore une fois, le directeur de notre compagnie a une très bonne connaissance de ce que nous faisons, alors pas de scepticisme, juste de la concentration sur les faits et sur ce que nous avons à faire." 

Historiquement, Carlos Ghosn a toujours poussé Renault vers la Formule 1 et n'a pas été étranger au développement du Losange dans la catégorie reine, mais les investissements mis en place n'ont jamais été liés à sa seule vision.

"Il est juste de dire que Carlos Ghosn a joué un rôle important dans la décision de revenir fin 2015, mais ce n'est évidemment pas la décision d'un seul homme", précise Cyril Abiteboul. "La décision a été longuement discutée au sein des comités exécutifs, et c'était une décision de l'entreprise."

"Nous courons en F1 depuis plus de 40 ans. Nous sommes dans un projet à long terme de six ans, six années pour construire l'équipe et six années pour espérer défier les autres, et c'est ce sur quoi nous nous concentrons actuellement. Il y a une continuité claire de toutes les opérations, et la F1 n'est pas étrangère à Thierry Bolloré, car il est administrateur de l'équipe depuis 2016. C'est donc là-dessus que nous devons placer nos efforts et soutenir Renault."

Article suivant
Lauda s'exprime et sera "bientôt" de retour

Article précédent

Lauda s'exprime et sera "bientôt" de retour

Article suivant

Affaire Haas/Force India : le verdict est tombé

Affaire Haas/Force India : le verdict est tombé
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Basile Davoine