Renault s'est inquiété de l'intervention de commissaires en Hongrie

partages
commentaires
Renault s'est inquiété de l'intervention de commissaires en Hongrie
Par : Fabien Gaillard
6 août 2018 à 15:16

Renault a fait part de ses inquiétudes suite à l’intervention des commissaires sur la monoplace de Nico Hülkenberg lors du dernier Grand Prix de Hongrie.

Lors des premiers essais libres sur le circuit du Hungaroring, l’Allemand a rencontré un souci technique et a dû immobiliser sa monoplace hors piste. Une défaillance de la batterie a entraîné une panne électrique complète qui a empêché l’écurie de savoir si elle présentait toujours une menace pour quiconque allait avoir à la toucher.

Après que Hülkenberg a lui-même sauté de sa voiture pour éviter d’être à la fois en contact avec elle et le sol, et donc une éventuelle électrocution, certains des commissaires ont pris en charge la R.S.18 mais sans être équipés de gants de protection spéciaux.

Lire aussi :

"Les commissaires sont arrivés très vite et ont commencé à pousser la voiture", a déclaré le directeur technique de l’écurie, Nick Chester. "Nous étions à la radio avec Charlie [Whiting] et avons dit : 'Écoute, nous ne savons pas comment est la voiture parce que tout a complètement disparu et nous n’avons aucune donnée'. Mais les commissaires la poussaient déjà. Ils étaient vivants, donc elle n’était pas en fonctionnement…"

Normalement, les commissaires sont censés porter des gants de protection faits pour résister à des charges allant jusqu’à 1000 volts au moment de s’occuper de toute monoplace arrêtée en piste, rappelle Charlie Whiting, directeur de course de la FIA.

"Si une voiture est à l’arrêt, ils ne s’arrêtent pas pour voir ce qui se passe puis mettre leurs gants si nécessaire. Ils devraient les avoir tout le temps, c’est notre instruction. On ne peut jamais être sûr que les systèmes fonctionnent correctement, donc par mesure de précaution, ils devraient toujours les porter."

Véritables bijoux technologiques, les F1 actuelles sont équipées de systèmes électriques et les écuries mettent un point d’honneur à garantir la sécurité de tout le monde face à ces monstres. "Quand les gars ramènent la voiture et mettent tous leurs gants, nous sécurisons la zone afin que d’autres personnes ne puissent s’y trouver, parce que les autres gens ne savent pas ce qu’ils peuvent bien toucher."

"Nous nous assurons que cette zone soit sûre et une fois que nous avons retiré le fond plat, […] nous pouvons commencer à mesurer les choses pour voir ce qui fonctionne, ce qu’il reste dans la batterie, et ensuite on sait quoi faire à partir de là."

Prochain article Formule 1
Norris n'exclut pas de faire une infidélité à McLaren

Article précédent

Norris n'exclut pas de faire une infidélité à McLaren

Article suivant

Bilan mi-saison - McLaren face à ses propres maux

Bilan mi-saison - McLaren face à ses propres maux
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Hongrie
Pilotes Nico Hülkenberg Boutique
Équipes Renault F1 Team
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités