Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Renault : "Les conditions sont très claires" pour rester en F1

partages
commentaires
Renault : "Les conditions sont très claires" pour rester en F1
Par :
6 mai 2019 à 08:47

Tout en affichant son optimisme quant au dénouement des discussions cruciales qui ont lieu actuellement, Renault rappelle les piliers incontournables de son engagement en Formule 1 à long terme, sans lesquels le programme serait inévitablement remis en cause. La tendance est heureusement positive sur tous les points négociés.

À l'heure où les négociations des nouveaux Accords Concorde semblent enfin prendre le bon chemin entre Liberty Media et les écuries, Renault a rappelé les conditions essentielles à son engagement en Formule 1 au-delà de l'horizon 2020. Du côté du Losange, rien n'a changé, mais il est toujours de bon ton de réaffirmer la position du groupe, revenu avec son écurie d'usine à l'aube de la saison 2016.

"Les conditions sont très claires", martèle Jérôme Stoll dans un entretien avec Motorsport.com. "C'est que l'on revienne dans la mesure des dépenses, et d'avoir une meilleure redistribution des droits. Non pas parce que l'on veut avoir plus d'argent – bien sûr ça fait partie du sujet – mais parce que l'on pense que l'on est revenus en F1 non pas pour participer, mais pour être sur le podium. Et les conditions actuelles ne nous permettent pas d'aller sur le podium en fin de saison. Les écarts de revenus et de moyens sont tels que les deux grandes équipes resteront toujours devant et les autres seront toujours derrière. Si les conditions des nouveaux Accord Concorde font perdurer cette situation, on sera moins intéressé, très clairement."

Lire aussi :

Le président de Renault Sport se plaît à rappeler que Renault partage depuis un bon moment déjà la position de Liberty Media, propriétaire de la F1 qui cherche à infléchir la tendance auprès des top teams. "Je pense que l'on est assez aligné avec Liberty Media sur les principes sous-jacents aux nouveaux Accords Concorde", insiste-t-il avant de rentrer dans le détail des trois orientations majeures qui sont aujourd'hui au cœur des pourparlers.  

Budgets, redistribution et gouvernance

Sean Bratches, directeur commercial de la F1, et Jérôme Stoll, président de Renault Sport F1

Sean Bratches, directeur commercial de la F1, et Jérôme Stoll, président de Renault Sport F1

Le premier point concerne le fameux plafonnement des budgets, pensé pour mettre un terme aux dépenses illimitées. L'idée a fait son chemin dans le paddock, et la question ne semble plus de savoir s'il faut la mettre en place, mais plutôt jusqu'où elle doit aller. "On est très aligné avec Liberty Media, les top teams étaient assez réticents au départ, mais ils sont en train de venir sur ce terrain aussi, car je pense que leurs actionnaires doivent avoir le même discours que nous", précise Jérôme Stoll. "Sur le principe, je pense que c'est acquis, mais sur les niveaux il y a encore des discussions. Globalement, on est assez encouragé par cette évolution."

Lire aussi :

Le second volet des discussions, toujours économique, est celui non moins épineux de la redistribution des revenus entre les équipes. Renault n'oublie pas que son retour relativement récent prive son écurie d'une part du gâteau qui aurait pu et dû être plus importante, et qu'il est inconcevable de ne pas rétablir l'équilibre sur ce point.

"La redistribution qui existe aujourd'hui a été décidée par Bernie Ecclestone à un moment où Renault n'était pas une équipe", fait remarquer Jérôme Stoll. "Nous avons été particulièrement pénalisés par cette redistribution. Tout le monde est conscient que ça ne peut pas être le cas. Si l'on veut réactiver le show, redonner de l'attractivité autour de cette compétition qui le mérite, il faut limiter les écarts entre les grands et les petits, et faire en sorte que l'incertitude sur le résultat soit totale au début de la course, ou en tout cas bien amplifiée par rapport à aujourd'hui. Nous avons dit qu'il fallait remettre des niveaux de redistribution qui soient normaux compte tenu de notre histoire, de notre présence et de la volonté de réduire les écarts. Je pense que l'on y arrive, les discussions sont plutôt positives et c'est une bonne chose."

Daniel Ricciardo, Renault R.S.19, devant Charles Leclerc, Ferrari SF90, et Lance Stroll, Racing Point RP19

Enfin, Renault veut par-dessus tout que la place des équipes, et plus particulièrement de la sienne, permette d'avoir clairement voix au chapitre quant aux discussions clés pour l'avenir de la Formule 1. C'est ici la gouvernance souvent complexe et déséquilibrée de la discipline qui est en jeu, pour "savoir qui et comment on décide les nouvelles orientations sur la technologie, les évolutions, la compétition". Jérôme Stoll ne cache pas que ce dossier nécessite "encore un peu de débat sur la manière de faire valoir notre voix au même niveau que d'autres", et insiste sur son importance : "Nous, nous sommes partisans de tout ce qui va vers le développement, mais pas à n'importe quel prix et pas avec n'importe quels moyens. Il faut donc que la gouvernance fasse en sorte que l'on tienne compte de nos propres préoccupations et de nos propres contraintes".

Confirmant la confiance évoquée dernièrement par d'autres écuries, Jérôme Stoll "espère que d'ici le mois de juin ce sera à peu près clair" sur tous ces sujets chauds qui concernent les Accords Concorde. Et auxquels il faudra ajouter la problématique des futurs règlements technique et sportif, pour lesquels l'échéance devrait finalement être fixée au mois d'octobre.

Propos recueillis par Ayrton Lemaire  

Article suivant
L'évolution de Barcelone, premier aperçu du potentiel de Racing Point

Article précédent

L'évolution de Barcelone, premier aperçu du potentiel de Racing Point

Article suivant

Grosjean : La Haas est "la meilleure base" du peloton F1

Grosjean : La Haas est "la meilleure base" du peloton F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Basile Davoine