Renault - "La confiance est de retour" à Viry-Châtillon

Après avoir bien mal débuté l'ère turbo hybride, Renault a affiché de réels progrès avec son unité de puissance l'an dernier.

Red Bull a ainsi pu goûter à la victoire par deux fois, alors que les relations s'étaient sérieusement détériorées entre l'écurie de Milton Keynes et le motoriste français en 2015. La réorientation de Renault, la nouvelle entente mise en place avec l'équipe autrichienne, ainsi que le retour du Losange avec sa propre structure d'usine ont remis les choses dans le droit chemin.

Renault a convaincu en proposant une évolution réussie de son unité de puissance l'an passé, à tel point que l'accord avec Red Bull a été prolongé pour 2017 et 2018, tandis que Toro Rosso disposera à nouveau du bloc conçu à Viry-Châtillon lors des deux saisons à venir. Viry-Châtillon, un lieu où tout se passe pour Renault F1 en termes de motorisation, et symbole d'une confiance collective retrouvée selon Rémi Taffin.

"Nous sommes un peu surpris que les choses aient changé, mais nous sommes désormais dans une situation normale, donc nous ne devrions pas être étonnés", explique à Autosport le responsable du département moteur de Renault F1. "Nous avons réellement amélioré le produit, il est fiable et nous pouvons travailler dessus et en tirer le meilleur."

"Ça a permis à l'essentiel du personnel à Viry d'avoir un esprit libéré, d'être créatif et d'aller de l'avant. Ce n'est pas comme regarder ce qui va se passer demain, nous pouvons regarder un peu plus loin. Quand on dresse un projet pendant l'hiver, on veut juste suivre le plan de marche et essayer d'être aussi performant que possible. Nous sommes contents de cette année [2016]. Nous savons que nous avons encore du travail à faire, et nous avons maintenant une base solide."

"Nous n'avons jamais cessé de travailler tous ensemble, mais on peut dire que la confiance est de retour. Quand on dit 'oui, nous amènerons de la puissance', et que l'on fait ce que l'on attend de nous en piste, que l'on peut mesurer la puissance, le travail est accompli. Il n'y a plus de points d'interrogation sous forme de 'allons-nous y parvenir ?' C'est encourageant, et c'est le genre de choses dont nous avons besoin pour continuer à travailler et tirer le meilleur du groupe."

Monza, juge de paix des progrès

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12

Les progrès de Renault ont été significatifs ces douze derniers mois, et se traduisent par des chiffres éloquents. Le comparatif établi à Monza entre les éditions 2015 et 2016 du Grand Prix d'Italie permettent de les mettre en relief, en confrontant les performances de la meilleure monoplace dotée du bloc tricolore dans plusieurs domaines.

 Monza Écart avec la pole position en qualifications
2015 Mercedes (Hamilton) +2"249 Renault (Sainz - Toro Rosso)
2016 Mercedes (Hamilton) +1"254

Renault (Ricciardo - Red Bull)

 

  Écart avec le vainqueur en course
2015 Mercedes (Hamilton) 8e à 1 tour Renault (Ricciardo - Red Bull)
2016  Mercedes (Rosberg) 5e à 45"295

Renault (Ricciardo - Red Bull)

 

  Vitesse de pointe en qualifications
2015 Kvyat (Red Bull) : 340,9 km/h
2016

Magnussen (Renault) : 352,2 km/h

 

  Vitesse de pointe en course
2015 Verstappen (Toro Rosso) : 347,9 km/h
2016 Ricciardo (Red Bull) : 356,4 km/h

Pour cette saison 2017, Renault s'estime suffisamment fort et à l'aise avec la technologie développée ces trois dernières années pour proposer une unité de puissance au concept entièrement revu. Un pari choisi pour le long terme, mais qui nécessitera aussi une certaine prudence, notamment en matière de fiabilité pour le début de saison.

"Nous nous investissons pour avoir le meilleur moteur de la grille", a déjà promis Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "Et comme je l'ai dit, nous pensons avoir un certain nombre d'idées de concepts technologiques qui peuvent nous permettre d'être meilleurs que Mercedes à l'avenir."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team , Red Bull Racing
Type d'article Actualités
Tags moteur, remi taffin, unité de puissance