Renault croit toujours à la troisième place mais se méfie de Ferrari

Daniel Ricciardo et Esteban Ocon font toujours de la troisième place du championnat constructeurs un objectif pour Renault, malgré le retard pris en Turquie.

Renault croit toujours à la troisième place mais se méfie de Ferrari

Daniel Ricciardo le martèle depuis l'arrivée du Grand Prix de Turquie : Renault est désormais en position d'outsider dans la lutte pour la troisième place du championnat constructeurs. L'Australien précise toutefois sa pensée avant la reprise des hostilités, soulignant qu'il n'établit pas ce constat "de manière pessimiste". Renault a pris une petite claque à Istanbul par rapport à Racing Point et McLaren, accusant désormais 18 points de retard au classement. La dernière ligne droite de la saison, constituée de deux Grands Prix à Bahreïn puis de la finale à Abu Dhabi, débute ce week-end sur le circuit de Sakhir. Et malgré le retard accumulé, les deux pilotes Renault veulent jouer leur carte à fond.

"C'était probablement en pensant à Racing Point, car ils ont plus souvent eu la voiture la plus rapide cette saison", explique Ricciardo quant à ses propos plaçant Renault en position d'outsider. "Dans cette bataille, je dirais que nous sommes les outsiders. J'imagine qu'avec McLaren, ça a été plus équilibré. Je pense que McLaren et nous sommes les outsiders par rapport à Racing Point. Après la Turquie, nous le sommes clairement. Je ne le dis pas de manière pessimiste. Nous avons des points à rattraper, mais il y en a encore beaucoup à prendre sur les trois prochains Grands Prix, donc je ne considère pas que ce soit hors d'atteinte. La Turquie a clairement été un revers pour nous, mais nous ne sommes pas encore trop loin. J'ai hâte d'y être. Nous avons une belle bataille à livrer."

Lire aussi :

Une bataille qui pourrait ne plus se jouer à trois mais à quatre, compte tenu du regain de forme de Ferrari. Après le podium de Sebastian Vettel et la quatrième place de Charles Leclerc en Turquie, la Scuderia ne pointe plus qu'à 24 longueurs de la troisième position au championnat, ce qui pourrait aiguiser son appétit au terme d'une saison bien morose pour les Tifosi… Esteban Ocon en a bien conscience.

"C'est très serré entre nous tous, et nous avons vu que Ferrari revenait dans une forme beaucoup plus forte récemment, avec le retour d'un excellent rythme", prévient le Français. "Racing Point a été rapide toute l'année. Ils n'ont parfois pas inscrit autant de points qu'ils le pouvaient, mais comme nous l'avons vu dernièrement, ils sont là et ils sont un peu plus rapides que nous. C'est difficile de tirer des conclusions après des week-ends particuliers comme Portimão ou en Turquie. Je pense que ce sera un peu un retour à la normale et nous verrons le véritable rythme de chaque équipe."

Un retour à la normale mais pour lequel Renault espère également ne pas connaître d'événement contraire. Victime de plusieurs problèmes techniques ces dernières semaines, Ocon sait que des points précieux se sont envolés de la sorte. "Comme d'habitude, il faudra essayer d'extraire le maximum du package, avoir une bonne fiabilité", insiste-t-il. "Ce sera important pour les deux voitures et nous donnerons notre maximum pour marquer des points et, je l'espère, décrocher cette troisième place au championnat. C'est notre objectif."

À éviter aussi, un contact entre les deux pilotes, tel que cela a pu survenir au départ du Grand Prix de Turquie, dans des circonstances malchanceuses déjà rangées au rayon des mauvais souvenirs. "Daniel est venu s'excuser", précise Ocon. "En fait, je ne savais même pas que c'était Daniel qui m'avait touché. Je pensais que Valtteri [Bottas] m'avait touché à deux reprises, vu mon tête-à-queue et celui de Valtteri au premier virage. Et plus tard, Valtteri m'a à nouveau touché donc j'ai cru que c'était lui les deux fois. Daniel a présenté ses excuses, naturellement. Il n'avait nulle part où aller. Il est clair que ce n'était pas sa faute. C'était juste le mauvais endroit au mauvais moment."

partages
commentaires
Pour Sergio Pérez, c'est Red Bull ou rien en 2021
Article précédent

Pour Sergio Pérez, c'est Red Bull ou rien en 2021

Article suivant

Le peu d'essais avec Aston Martin n'inquiète pas Vettel

Le peu d'essais avec Aston Martin n'inquiète pas Vettel
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021