Renault de retour en F1 - "Trois ans pour être compétitif"

partages
commentaires
Renault de retour en F1 -
Par : Basile Davoine
4 déc. 2015 à 08:58

Au lendemain de l’annonce officielle du retour de Renault en Formule 1 comme constructeur à part entière, Carlos Ghosn a détaillé davantage les raisons pour lesquelles il a donné son feu vert au rachat de Lotus F1.

Carlos Ghosn, Président de Renault
Logo Renault Sport
Pastor Maldonado, Lotus F1 E23 devant un panneau publicitaire Renault
Le logo Renault
Jolyon Palmer, Lotus F1 E23
Le logo Renault sur une voiture du Lotus F1 Team
Romain Grosjean, Lotus F1 E23
Jolyon Palmer, Lotus F1 E23
Logos Renault et Red Bull Racing

Dans une interview accordée au Figaro, le PDG du constructeur français précise de nouveau que Renault n’avait que deux options concernant son avenir en F1, à savoir se retirer ou s’engager pleinement. "La position de motoriste ne permet pas un retour sur investissement suffisant", rappelle-t-il ainsi, alors qu'il s'agissait justement de la politique du Losange depuis 2010 et la fin de son équipe d’usine. 

Histoire et stratégie économique

Une équipe d’usine aujourd’hui relancée après une longue et mûre réflexion. Les enjeux économiques ont évidemment pesé en priorité, mais Ghosn explique que le volet historique a lui aussi joué un rôle. 

"Il y a eu également une réflexion liée à l’histoire de Renault", assure-t-il. "Renault a associé son nom à la Formule 1 depuis 40 ans. Nous sommes le deuxième constructeur qui a gagné le plus de courses et de titres en Formule 1, derrière Ferrari et devant Mercedes. Il y a un attachement à cette compétition en interne et j’ai pu aussi mesurer combien il y avait un attachement à Renault de la part des membres du monde de la Formule 1, aussi bien de la FIA, de la FOM, voire même d’un certain nombre de concurrents."

L’allusion à l’attachement de la FOM n’est pas anodin, quand on sait que les négociations ont été difficiles avec Bernie Ecclestone pour que Renault s’assure de pouvoir toucher une part suffisamment intéressante des revenus commerciaux de la F1 pour justifier son engagement. "La répartition des gains provenant des droits TV est aujourd’hui plus favorable à ce qu’elle était en 2009", rappelle d’ailleurs Ghosn dans son interview. 

De manière plus large, la stratégie de Renault est pensée autour de deux axes essentiels pour l’image de la marque : la technologie mise en valeur par une discipline comme la F1, et le choix de valoriser les modèles sportifs de la gamme Renault Sport. 

"La Formule 1 est une compétition qui stimule le développement technologique et l’innovation", insiste Ghosn. "Ensuite, nous avons décidé de mettre en avant nos modèles sport en doublant les investissements sur Renault Sport. Il y a une liaison claire entre notre engagement de long terme en Formule 1 et le développement commercial et l’image des modèles sport, Mégane RS, Clio RS, et vous en aurez d’autres."

Trois ans pour gagner

Conformément à l’annonce officielle faite jeudi soir, le PDG de Renault demande encore un peu de patience pour que le grand public puisse connaître les contours réels de l’écurie Renault F1 pour 2016 en matière de management, d’organisation, ou de line-up de pilotes. C’est en janvier que les annonces seront faites. 

Quant aux objectifs, ils sont lucides et réalistes : "Je pense que, compte tenu de l’envie de nos équipes, cela va prendre trois ans pour être compétitif. Nous continuerons d’ailleurs de développer notre activité motoriste, mais en fonction de l’intérêt de notre propre écurie. Nous discutons notamment avec Red Bull."

Prochain article Formule 1
Officiel - Red Bull avec des moteurs Renault badgés Tag Heuer

Article précédent

Officiel - Red Bull avec des moteurs Renault badgés Tag Heuer

Article suivant

Hamilton va continuer à "faire la fête" et "gagner des courses"

Hamilton va continuer à "faire la fête" et "gagner des courses"

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Lotus F1 , Renault F1 Team
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités