Renault doit revenir sur les leaders

Alan Permane, l’équipe a décroché son meilleur résultat de la saison jusque là à Monaco

Alan Permane, l’équipe a décroché son meilleur résultat de la saison jusque là à Monaco. Vous avez dû être satisfait ?
Oui et non à vrai dire. Tout le monde dans l’équipe a travaillé très dur ces derniers mois pour inverser la tendance et, à Monaco, nous avons eu la première vraie confirmation en piste que cela commençait à porter ses fruits. Monaco est un circuit qui nous a toujours plutôt bien réussi et les récentes améliorations apportées à la voiture se sont révélées efficaces samedi et dimanche. Mais malgré cela, nous terminons quatrième, à un tour des leaders. Cela montre bien qu’il y a encore un peu de travail en perspective.

Comment évaluez-vous l’impact des récentes améliorations sur le niveau de performance de la voiture sur ce circuit atypique ?
C’est toujours difficile de savoir vraiment de combien nous avons progressé et ce qu’il faut mettre en perspective compte tenu du circuit qui à Monaco est très particulier. Il suffit de comparer la situation entre Ferrari et McLaren : après avoir remporté le Grand Prix de Bahreïn et d’Espagne, Massa a terminé à plus d’une minute d’Alonso en Principauté. Le circuit de Monaco convenait donc vraisemblablement mieux à certaines monoplaces qu’à d’autres. Nous savons que nous sommes généralement à l’aise en Principauté mais les derniers essais menés avant la course nous laissent croire que nous pouvons nous montrer optimistes aussi en ce qui concerne les prochaines courses et que nos progrès ne s’arrêteront pas à Monaco.

En termes de compétitivité, quelle est selon vous la place de ING Renault F1 Team à l’heure actuelle ?
Je crois que sur un circuit plus traditionnel, notre place est aux côtés de BMW. Jusqu’à maintenant, nous avions tendance à surveiller dans nos rétros les équipes de milieu de peloton qui sont Williams, Toyota et Red Bull Racing. Grâce aux développements que nous avons mis en place à Monaco et ceux que nous prévoyons pour les courses à venir, je crois que nous devrions avoir un peu plus d’avance par rapport au milieu de peloton et un niveau de performance accru qui devrait nous permettre de mener des courses agressives pour espérer revenir sur les équipes leaders.

Giancarlo a fait un sans faute en Principauté ?
C’est un circuit qu’il apprécie. Il a fait appel à son talent naturel et a fait un travail remarquable à Monaco. En ce moment, Giancarlo pilote très bien. Les circonstances ont compliqué les choses pour nous mais il s’est efforcé d’exploiter la monoplace au maximum de son potentiel, il a attaqué à chaque tour et a su tirer profit de chaque petit gain de performance. Il est très confiant en ce moment et les deux prochains Grand Prix se déroulent sur des circuits où il a toujours fait de belles courses !

Heikki a eu un week-end plus compliqué. Y a-t-il toujours des choses positives à retenir d’une telle expérience ?
C’était un week-end difficile sur le plan psychologique car il ne pourra pas en retenir grand-chose pour enrichir son expérience. Il a été gêné en qualifications et cela a plus ou moins compromis et déterminé sa course de dimanche. Mais Heikki a déjà prouvé cette saison qu’il avait du caractère et qu’il était en mesure de rebondir après une telle déception. Il est encore en train d’apprendre et de progresser ; son attitude a été exemplaire et je crois que les améliorations que nous avons apportées à la monoplace vont faciliter son pilotage, ce qui l’aidera nécessairement à montrer de quoi il est réellement capable.

L’équipe n’a pas fait de séance d’essais la semaine précédant ce Grand Prix du Canada, comment s’est-elle alors préparée ?
En termes de travail en piste, notre réglage de base et les essais pneus ont été réalisés au Paul Ricard avant le Grand Prix de Monaco, sur un circuit simulant les principales exigences du tracé canadien. Nous avons bouclé nos préparations aérodynamiques lors d’un essai aéro une semaine avant l’épreuve en Principauté vérifiant ainsi les ailerons à faible appui et leur paramétrage. A l’usine, nous avons balayé un certain nombre de simulations de réglage, nous avons préparé les voitures pour la campagne américaine et nous nous sommes assurés qu’elles respectaient les règles de flexibilité publiées après Monaco concernant notamment l’aileron arrière. Nous n’avions aucune inquiétude mais il vaut mieux éviter toute mauvaise surprise, surtout lorsque vous participez à une course si loin de l’usine !

Source : ING Renault F1 Team

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , McLaren , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités