Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
53 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
60 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
74 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
88 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
102 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
109 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
123 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
137 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
144 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
158 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
165 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
179 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
193 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
221 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
228 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
242 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
249 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
263 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
277 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
284 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
298 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
312 jours

Renault : Les 'équipes esclaves' sont un "vrai problème" pour la F1

partages
commentaires
Renault : Les 'équipes esclaves' sont un "vrai problème" pour la F1
Par :
24 sept. 2018 à 06:58

La Formule 1 va faire face à un "vrai problème" si elle n'agit pas rapidement pour interdire les 'équipes esclaves', selon Nick Chester, directeur technique Renault.

L'adoption souhaitée de budgets plafonnés en Formule 1 à partir de 2021 est source d'inquiétude, car les grandes équipes pourraient contourner cette règle en collaborant avec les petites structures, ces dernières faisant progresser leur partenaire en endossant certaines dépenses.

Lire aussi :

La FIA a déjà promis d'agir à ce sujet, et Nick Chester se montre clair : la situation doit être prise très au sérieux si la Formule 1 veut maintenir un plateau compétitif.

"Je pense que c'est un vrai problème si ce modèle se perpétue avec les budgets plafonnés", déclare Chester, interrogé à ce sujet par Motorsport.com. "Je ne vois pas comment une écurie peut se battre à l'avant sans avoir une ou deux équipes satellites."

Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11 et Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing, et Nick Chester, Renault Sport F1 Team, sur la grille de départ

"J'estime très important que la FIA et la F1 étudient cela. Si l'on ne peut effectivement pas se débarrasser de ce modèle, ce sera un gros problème et l'on se retrouvera dans une situation où, si l'on veut gagner, il faut être un constructeur avec deux équipes satellites ; autrement, impossible d'envisager la victoire. Je pense donc que cela a beaucoup d'implications pour l'avenir."

Directeur de course de la F1, Charlie Whiting explique que la FIA a été alertée quant à ces craintes et va étudier la situation.

"C'est quelque chose dont nous devrions nous inquiéter et dont nous allons discuter", répond Whiting. "La relation Haas/Ferrari a lancé ce phénomène. Nous savions précisément dans quelle mesure c'était possible au début, et il y a eu une faille qui a permis à Haas d'effectuer beaucoup plus de travail qu'une écurie inscrite avant d'être véritablement établi comme engagé. Mais ce dont nous entendons parler maintenant, ce sont des alliances entre équipes existantes. Je pense qu'il faut étudier ça avec beaucoup d'attention."

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18, Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09
Charlie Whiting, Race Director, FIA

Selon Chester, une solution serait d'accroître le nombre de pièces qu'une écurie doit obligatoirement concevoir elle-même ; les autres, définies comme "pièces non listées", peuvent être partagées entre certaines équipes. Standardiser certains éléments pourrait également améliorer la situation, d'après lui.

"Nous devons soit faire machine arrière sur certaines pièces non listées, pour qu'il y ait moins de partage, ou s'il y a du partage, il faut que les pièces soit standardisées", poursuit le Britannique. "Sinon, le modèle d'écurie satellite aura simplement trop d'avantages, ce qui dissuadera tout le monde de suivre un autre modèle."

Lorsqu'il lui est demandé ce qui se passera si rien n'est fait, Chester répond : "Je pense que ce serait une mauvaise nouvelle, car idéalement, on veut avoir beaucoup d'équipes qui puissent gagner. On veut les grands constructeurs, on veut de très bons indépendants, et si on a ce modèle où les écuries peuvent collaborer, cela ne sert plus à rien d'être indépendant. Cela tue l'opportunité d'avoir une bonne équipe indépendante. Aucun des satellites n'atteindra jamais l'avant du peloton, donc on se retrouvera avec trois teams au sommet."

Article suivant
Ericsson : La promotion de Leclerc chez Ferrari "en dit long" sur moi

Article précédent

Ericsson : La promotion de Leclerc chez Ferrari "en dit long" sur moi

Article suivant

Les évolutions de Force India masquées par le GP de Singapour

Les évolutions de Force India masquées par le GP de Singapour
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Jonathan Noble