Renault F1 recrute chez McLaren et se renforce

partages
commentaires
Renault F1 recrute chez McLaren et se renforce
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
15 déc. 2016 à 14:46

Avec le rachat de Lotus F1 Team il y a un an, Renault a repris une écurie en grande difficulté financière, grandement diminuée. Depuis, le Losange fait tout pour repeupler l'usine d'Enstone avec les meilleurs éléments sur le marché.

Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Ciaron Pilbeam, Ingénieur de course en chef de McLaren
Rob White, Renault Sport pendant la conférence de presse de la FIA
Ciaron Pilbeam, ingénieur course en chef McLaren
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16, au départ de la course

C'est dans cette optique que Ciaron Pilbeam, qui était passé par Enstone dans l'ère Lotus, va y faire son retour en tant qu'ingénieur de course en chef. L'ancien technicien de BAR et Red Bull revient dans l'Oxfordshire en provenance de McLaren et contribue à une augmentation de 20% du nombre d'employés de Renault Sport F1 Team.

Un autre changement notable est la promotion de Rob White, qui rejoint Enstone en provenance de Viry-Châtillon pour occuper le rôle de directeur des opérations.

"En nous engageant en F1 sur le long terme, 2016 devait donc poser les bases pour l’avenir", souligne Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "La R.S.16, notre voiture cette année 1, a été conçue dans des délais extrêmement courts, tout au plus quelques semaines. Notre objectif cette année s’est donc porté sur la croissance des effectifs et des infrastructures pour l’année suivante et au-delà."

"La croissance ne se réalise pas en un instant, donc nous avons recruté des gens tout au long de l’année dont nombre d’entre eux ne sont pas encore arrivés et arriveront dans le courant de la saison à venir. Il fallait surtout cibler une main-d’œuvre de qualité, mais en quantité importante notamment à Enstone car notre ambition est de lutter avec les meilleures équipes."

Un développement varié

C'est dans tous les compartiments que l'usine d'Enstone est actuellement développée, même en superficie : plus d'espace pour accueillir les nouvelles recrues et les outils dernier cri.

"Concernant les infrastructures, nous augmentons significativement notre capacité d’usinage sur site avec deux nouvelles machines dans un bâtiment dédié et une installation de peinture et de préparation en cours de construction", détaille Abiteboul. "L’extension d’environ 800 m2 de notre bâtiment principal destiné à accueillir tous les services d’Enstone qui sont en croissance, débutera dans les toutes prochaines semaines."

"À Viry-Châtillon, nous avons travaillé sur la structure en poursuivant les développements amorcés dans un passé récent. Cela signifie son adaptation pour passer d’un rôle de fournisseur de moteurs à celui d’équipe officielle tout en continuant d’équiper d’autres partenaires et en effectuant des recrutements ciblés pour mieux contrôler nos compétences et nos talents."

Article suivant
Le remplaçant de Rosberg ne sera pas connu en 2016

Article précédent

Le remplaçant de Rosberg ne sera pas connu en 2016

Article suivant

Hamilton - Une trop forte rivalité peut être "un poison" pour une écurie

Hamilton - Une trop forte rivalité peut être "un poison" pour une écurie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités