Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Renault : "Ça doit s'arrêter dès que possible"

partages
commentaires
Renault : "Ça doit s'arrêter dès que possible"
Par :
15 avr. 2019 à 07:41

Le manque de fiabilité au niveau de l'unité de puissance vient plomber le bilan comptable de Renault F1 en ce début de saison. Pas au niveau sur ce point depuis trois Grands Prix, le constructeur français doit réagir et mettre fin à une situation qui ne peut pas durer.

Avec quatre abandons en trois Grands Prix, dont trois sont liés à la fiabilité sur les deux derniers rendez-vous, Renault est dans le dur. À Shanghai dimanche, c'est de nouveau le MGU-K de l'unité de puissance qui a posé problème sur la monoplace de Nico Hülkenberg, bien que l'explication ne soit pas matérielle mais logicielle. Si l'on ajoute les ennuis rencontrés par Carlos Sainz avec cette même pièce sur le bloc Renault de sa McLaren à Melbourne, et qui avait déjà provoqué la recherche d'un correctif rapide à Viry-Châtillon, le constat est plus que fâcheux pour le Losange.

Lire aussi :

Déjà passablement agacé par le double abandon de Bahreïn pour Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg, à quelques encablures de l'arrivée, Cyril Abiteboul admet que le constructeur français n'est pas au niveau attendu dans ce domaine et qu'il faut rapidement se ressaisir. Le directeur général de Renault F1 explique ces ennuis répétés par la nécessité de réagir en urgence, tout en refusant de se cacher derrière la moindre excuse.

"Il est trop tôt pour dire exactement ce qu'il s'est passé", explique-t-il à Motorsport.com. "Mais nous avons eu le problème à Melbourne, et une réaction très rapide à Bahreïn avec une pièce uniquement pour Carlos [Sainz]. Nous avons dû redoubler d'efforts côté production afin d'avoir plus de pièces, ce qui signifie que nous avons dû accélérer certains processus et certaines validations. En gros, nous avons déclenché quelque chose que nous n'avions pas eu le temps de valider correctement. Ce n'est pas une excuse, c'est un fait. Toutes les autres voitures ont fonctionné sans aucun problème et en utilisant la même pièce. Nous avons parcouru 5000 kilomètres au banc d'essai avec cette pièce. Il n'y en a qu'une, pour une raison particulière, qui est passée dans un mode déclenchant quelque chose sur la partie logicielle."

Impossible de travailler dans l'urgence en F1

Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19, retournant à son garage

Si le MGU-K est encore à l'origine des ennuis rencontrés par Hülkenberg, Renault ne pense pas avoir à introduire une nouvelle version de cet élément à court terme. C'est dans l'exploitation logicielle de l'unité de puissance que réside vraisemblablement la solution à mettre en place avant le prochain Grand Prix en Azerbaïdjan.

"Nous pensons que c'est quelque chose d'externe à la pièce en elle-même, nous ne pensons pas que la pièce que Nico utilisait soit endommagée", précise Cyril Abiteboul. "Nous pensons que c'est un problème logiciel, que nous devons changer quelque chose au niveau logiciel pour gérer ce qui a changé sur le plan matériel. C'est pourquoi nous espérions le régler pendant la course. Peut-être que ça n'a pas été diffusé, mais Nico a essayé de faire un certain nombre de choses. Il ne pouvait pas aller jusqu'à faire une réinitialisation complète de la voiture. C'est presque ce qu'il fallait faire. Si l'on veut piloter la voiture tout de suite, on peut, elle fonctionne absolument bien ! C'est typiquement un problème logiciel, il y a un 'plantage' et il faut réinitialiser. C'est ce que l'on essayait de faire en piste, mais ça n'a pas fonctionné."

Toujours est-il que Renault, bien qu'ayant inscrit des points lui permettant de pointer désormais au quatrième rang du championnat constructeurs après Shanghai, paie déjà trop cher le manque de fiabilité à répétition en ce début d'exercice. "Nous devons enquêter, et arrêter de nous mettre dans des situations aussi complexes, de devoir réagir dans l'urgence, car en F1 on ne peut pas travailler dans l'urgence", prévient Abiteboul. "Nous avons du retard à rattraper sur ce point, et ça doit s'arrêter dès que possible."

Propos recueillis par Adam Cooper  

Article suivant
Räikkönen engrange malgré une petite déception

Article précédent

Räikkönen engrange malgré une petite déception

Article suivant

Grosjean : "Dès que les pneus ont deux tours, on n'y est plus"

Grosjean : "Dès que les pneus ont deux tours, on n'y est plus"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Tags cyril abiteboul
Auteur Basile Davoine