Renault a sciemment pris un risque avec la boîte de Hülkenberg

La boîte de vitesses du pilote allemand n'a pas tenu la distance à Monaco, alors qu'il figurait dans les points grâce à un excellent départ.

Même si Renault a semblé en difficulté dès le début du week-end, Nico Hülkenberg avait réussi à donner de l'optimisme à son équipe en qualifications, s'élançant de la 12e place sur la grille de départ. L'Allemand a poursuivi son bon travail dès l'extinction des feux à Monaco, se hissant très vite au dixième rang. Si le plus dur était fait, l'espoir n'a pas perduré, s'envolant dans un panache de fumée consécutif à une défaillance de la boîte de vitesses de la R.S.17.

"Je pense qu’il était possible de marquer quelques points aujourd’hui", estime Hülkenberg. "Nous étions à l’aise en dixième position et il y avait clairement du potentiel pour gagner quelques positions. Le truc à Monaco, c’est qu’il faut absolument rester dans le coup. Finir neuvième ou huitième était à notre portée si nous avions pu continuer".

"C’était assez soudain. J’ai vu de la fumée sortir de l’arrière de la voiture et l’équipe m’a demandé de l’arrêter. Diagnostic : dysfonctionnement de la boîte. C’est frustrant pour le pilote, mais cela n’affecte absolument pas notre potentiel. Nous relèverons la barre à Montréal."

Palmer à la porte des points

De nouveau éliminé dès la Q1 samedi, Jolyon Palmer a cette fois encore dû mener bataille depuis l'arrière du peloton. Le Britannique n'a pas commis d'erreur et a su éviter les obstacles, jusqu'à flirter avec les points en fin de course. Il échoue finalement à la porte des points, satisfait de sa prestation.

"Je suis content de ma course, avec un rythme solide et aucune erreur", souligne-t-il. "J’ai véritablement apprécié. C’était formidable de pouvoir manier le volant à Monaco durant 78 tours. Les pneus tenaient, ce qui permettait vraiment d’attaquer du début à la fin. Les dépassements sont assez difficiles ici. Nous n’avons donc pu passer que de la 16e à la 11e place, à seulement une seconde de mon premier point cette saison ! Les sensations étaient nettement meilleures que celles d’une 11e position. Nous pouvons nous appuyer sur cet élan pour le Canada."

Pour Renault, ce week-end sans point est un coup d'arrêt, après la belle série réalisée grâce à Hülkenberg lors des trois derniers Grands Prix. Directeur général de Renault Sport Racing, Cyril Abiteboul se félicite toutefois du "travail important de l'équipe le vendredi" qui a "permis de redresser une situation très délicate à l’issue des séances du jeudi et d’assurer des positions honorables sur la grille de départ"

"Nos analyses nous avaient indiqué qu’il y avait un risque sur la boîte de vitesse de Nico, mais nous avions fait le choix de la garder pour éviter les pénalités appliquées en cas de changement. Pour marquer des points dans notre niveau actuel, il faut prendre des risques. C’est la course automobile, aujourd’hui cela n’a pas payé. C’est frustrant car Nico avait un bon rythme."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Monaco
Sous-évènement Course
Circuit Monte Carlo
Pilotes Nico Hülkenberg , Jolyon Palmer
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Réactions
Tags cyril abiteboul, fiabilité