Renault - Le top 5 en 2017, le podium en 2018, le titre en 2020

Alors que la mi-saison approche, la reconstruction de l’équipe d’usine de Renault en F1 se poursuit.

Renault - Le top 5 en 2017, le podium en 2018, le titre en 2020
Jérôme Stoll, Président de Renault Sport F1 avec Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16 et son équipier Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team R.S.16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team R.S.16 et Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team

Le constructeur français peine sur la piste, avec une monoplace dépassée et sous-développée, mais ne chôme dans aucun domaine afin de mettre en place une structure et une organisation solides pour l’avenir. Le recrutement de personnes clés et talentueuses est lui aussi encore à parfaire largement, et fait partie de la longue liste des cases à cocher. 

Si Renault n’occupe que la neuvième place du championnat avec une seule entrée dans les points en neuf Grands Prix, le chemin parcouru est déjà conséquent selon Jérôme Stoll, président de Renault Sport Racing. 

"Clairement, nous voulons tous de meilleures performances, et c’est quelque chose qui nous motive tous", rappelle-t-il sur le site officiel de la Formule 1. "Nous sommes au début d’un long projet, et les étapes que nous avons franchies et que nous continuons à franchir concernent le fait d’assurer des gains de performance répétés et de pouvoir être au plus haut niveau dans les années à venir. Il y a sept mois, il n’y avait pas d’équipe Renault F1, alors nous avons accompli beaucoup de choses, pas seulement en mettant la voiture de cette année en piste mais aussi en mettant tout en place pour un développement viable."

"Nous avons vu le potentiel de l’unité de puissance, et c’est le résultat d’un certain nombre d’années de travail mais aussi de changements stratégiques à Viry, décidés en début d’année. Nous conservons l’ambition de terminer dans une meilleure position en fin d’année, mais nous ne perdons pas de vue l’objectif à long terme qui est de nous battre pour des podiums dès 2018."

Les moyens d’y parvenir

Le retour de Renault en F1 avec un team d’usine s’accompagne d’objectifs clairs et d’une montée en puissance déjà précisément établie. On la connaît depuis l’annonce officielle du retour du Losange, mais elle n’a pas varié d’un iota pour le moment. 

"Nous sommes engagés pour un programme de dépenses sur les cinq prochaines années, et c’est suffisant pour préparer un top team en Formule 1", assure Jérôme Stoll. "Notre récente annonce pour la fourniture moteur de deux équipes [Red Bull Racing et Toro Rosso] est bénéfique pour tous ceux qui sont impliqués." 

"L’année prochaine, nous visons le top 5 au Championnat constructeurs ; l’année d’après nous voulons nous battre régulièrement pour le podium. En 2020 nous voulons nous battre pour le championnat avec la meilleure unité de puissance et le meilleur châssis de la discipline. C’est ce que nous voulons accomplir."

Focus sur 2017

Dans ce cheminement, la concentration désormais portée quasiment intégralement sur la saison prochaine a été confirmée dans le domaine technique, comme l’a révélé Nick Chester avant le Grand Prix de Grande-Bretagne ce week-end.

"La majorité de notre travail se concentre maintenant sur 2017", a-t-il confié. "Nous en sommes à l'étape où il faut définir le châssis, étudier le refroidissement et les configurations de suspension, mais aussi développer la carrosserie en soufflerie." 

"Nous avons fortement basculé sur 2017 pour travailler pleinement dessus en tant qu’équipe avec nos collègues œuvrant sur le groupe propulseur. Il y a beaucoup de travail sur le packaging des deux sites. C’est vraiment intéressant tant les possibilités sont nombreuses sur l’installation du groupe propulseur au sein du châssis, ou encore sur comment extraire le meilleur des deux pour obtenir une bonne voiture."

partages
commentaires
Button déçu et frustré par sa course à domicile

Article précédent

Button déçu et frustré par sa course à domicile

Article suivant

Honda pourrait travailler malgré la pause estivale obligatoire

Honda pourrait travailler malgré la pause estivale obligatoire
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021