Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
6 jours

Renault F1 se sent "mauvais élève" en repoussant les débats 2021

partages
commentaires
Renault F1 se sent "mauvais élève" en repoussant les débats 2021
Par :
Co-auteur: Guillaume Navarro
12 juin 2019 à 19:00

Cyril Abiteboul, directeur de Renault F1, a expliqué avoir été réticent à repousser la date butoir de validation du nouveau règlement technique et sportif F1 2021 car la démarche le faisait se sentir comme un "mauvais élève".

La lutte d'influence fait rage dans les coulisses de la F1 alors que sont esquissés les grands traits de la réglementation technique et sportive 2021 et que se posent les jalons qui dicteront le succès ou non de certaines forces influentes dans les prochaines années.

Une liste de propositions de mesures devait être ratifiée par les directeurs d'équipe et Liberty Media pour soumission à la FIA et validation en ce mois de juin, comme le veut le Code Sportif International. La réunion commune de tout ce petit monde dans le paddock de Montréal devait permettre de sceller le sujet. Néanmoins, des désaccords et la complexité de nombreux détails ont poussé les protagonistes à envisager un report de la présentation d'un texte à la FIA au mois d'octobre et solliciter celle-ci pour une clémence sur le planning à mettre en place.

Lire aussi :

Il est nécessaire de disposer de l'unanimité des dix équipes pour pouvoir théoriquement contourner la date initialement prévue de juin afin d'entériner les nouvelles règles. Neuf équipes étaient d'accord pour le faire, mais Renault a dénoté en estimant qu'il fallait s'en tenir à la date prévue, intéressée qu'est par ailleurs la marque française par la manière dont sont rédigées les règles à l'heure actuelle, et avec lesquelles certains de ses grands rivaux ne sont pas totalement l'aise dans le détail.

Jean Todt et Chase Carey ont tous deux mis à l'aise les équipes en leur proposant de remettre à la fin de l'été l'écriture définitive de la proposition de nouvelles règles à soumettre au Conseil Mondial de la FIA. "Soyons clairs, il y a plus de travail à faire" a jugé Abiteboul au micro de Motorsport.com. "Il a des difficultés à atteindre tous les objectifs qui ont été établis car certains sont contradictoires : un meilleur spectacle et un ratio puissance/poids plus mauvais qu'actuellement, par exemple. Ces choses sont du domaine de la loi de la physique, et ça ne vas pas changer, que ce soit maintenant ou en octobre. Je ne suis pas totalement certain que cela puisse être réalisé d'ici octobre."

"Secundo, nous savions qu'il y avait la date butoir de fin juin depuis peut-être un an ou un an et demi. Qu'avons-nous fait ? Nous avons enfin activement travaillé car nous sommes proches de la deadline. C'est comme un mauvais élève qui fait ses révisions la veille de l'examen. Je suis juste un peu inquiet concernant le fait de finir dans la même situation et d'avoir de nouveau cette conversation mi-octobre."

Lire aussi :

Le contexte politique du moment est pesant, et les intérêts particuliers et collectifs ont beau parfois se rejoindre, ce genre de discussions de fond et de forme ne fait souvent que disperser les efforts, par ailleurs tardifs, des représentants du paddock. "Enfin, il est clair que certaines personnes recherchent vraiment à apporter des changements qui sont bons pour le sport et il est certain que nous avons besoin de nous assurer de faire les choses correctement pour la discipline, et pas uniquement pour Renault ou pour Mercedes."

"J'accepte complètement le fait que cela prenne du temps mais cela peut être réalisé avec le bon esprit. Et avec un bon leadership de la part de la FIA et de Liberty, que l'on repousse ou pas cette date butoir. Mais il est aussi vrai qu'il y a un certain nombre d'équipes qui préféreraient que ces changements ne se produisent pas et nous donnons juste plus de temps au système pour qu'il puisse trouver des raisons de ne pas procéder à des changements que nous croyons bénéfiques au sport, comme aux audiences, à la difficulté d'attirer des sponsors, etc. Voilà notre préoccupation. Je ne recherche pas de droits particuliers, j'aspire juste à ce que personne ne puisse avoir aucune capacité de bloquer les choses."

Une réunion doit se tenir ce jeudi à Paris entre les responsables d'équipes et techniques pour essayer de parvenir à un accord avant le Conseil Mondial prévu ce vendredi.

 

Article suivant
Vergne : Il y a "de la logique" derrière la pénalité de Vettel

Article précédent

Vergne : Il y a "de la logique" derrière la pénalité de Vettel

Article suivant

Mercedes révèle l'origine de la frayeur hydraulique de Hamilton

Mercedes révèle l'origine de la frayeur hydraulique de Hamilton
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Équipes Renault F1 Team
Auteur Adam Cooper