Renault menace de retirer l'offre moteur faite à Red Bull

partages
commentaires
Renault menace de retirer l'offre moteur faite à Red Bull
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
11 juin 2018 à 09:02

Renault a indiqué ne pas pouvoir attendre le Grand Prix d'Autriche pour connaître la décision de Red Bull concernant la fourniture moteur pour 2019 et pourrait retirer sa dernière offre d'ici là.

La date butoir originelle de mai a été repoussée par Renault et le directeur de RBR, Christian Horner, a précédemment indiqué que l'équipe pourrait choisir entre Renault et Honda lors de la trêve estivale, avant d'avancer cela au GP d'Autriche le mois prochain.

Red Bull veut se servir du Canada et de la France pour récolter des données afin d'effectuer une véritable comparaison entre les toutes dernières spécifications de Renault et de Honda, lesquelles ont été introduites à Montréal. "Nous allons évidemment tirer des informations de ce week-end", a déclaré Horner pour Motorsport.com. "Et probablement du GP de France, et parvenir ensuite à une conclusion."

Cependant, le directeur général de Renault Sport, Cyril Abiteboul, met désormais l'accent sur le fait que l'Autriche est une date trop lointaine pour Renault, souhaitant donc une décision ferme et définitive avant le Grand Prix de France, dans moins de deux semaines.

"J'imagine qu'ils ont toutes les informations dont ils ont besoin désormais", a lancé Cyril Abiteboul à Motorsport.com. "Je ne vois pas pourquoi ils retarderaient encore plus la décision. Dans le règlement, [la date butoir] était le 15 mai, et ensuite nous avons accepté de la repousser un petit peu en vertu de nos 12 années de bonne collaboration."

"Mais passé un certain point, l'offre que nous avons faite, et qu'ils ont demandé, ne tiendra plus. Ils voulaient attendre Montréal, notre nouvelle spécification, la nouvelle spécification de Honda. Ils ont toutes les informations, je ne vois absolument aucune raison de retarder cela encore plus."

Quand il lui est demandé si Renault pourrait attendre jusqu'à la semaine séparant la France et l'Autriche, le dirigeant français de répondre : "Je ne pense pas. C'est simplement parce que nous devons nous approvisionner au niveau des composants. Nous sommes déjà en retard, et c'est Renault qui décide du timing, pas Red Bull."

"Habituellement, nous discutons après le week-end [de Grand Prix], nous ne faisons pas ça le dimanche soir, avec toutes les émotions, nous laissons toute la testostérone redescendre un petit peu, et nous allons discuter. Mais nous n'allons pas pouvoir attendre le genre de timing qu'ils ont évoqué ce week-end."

Abiteboul a clairement indiqué qu'il souhaitait travailler avec Red Bull, suggérant même que l'équipe pourrait remporter le Championnat du monde dans les deux ans s'il restait avec le constructeur au Losange.

"Nous travaillons d'arrache-pied, mais ça doit se faire dans des conditions qui sont acceptables pour nous, à commencer par le timing. Je ne veux pas commencer à mentionner une date, sinon vous allez commencer à m'appeler ce jour-là. J'ai une date, ils connaissent le jour, mais nous ne parlons pas de l'Autriche. L'Autriche, nous ne serons pas là, et ils parleront directement à Honda. Ils voulaient une offre, nous avons fait une offre, cette offre doit être acceptée dans les prochains jours."

Quand Motorsport.com a questionné à Helmut Marko sur le désir d'Abiteboul d'obtenir une réponse avant le GP de France, il a répondu : "Il ne l'aura pas. Je ne peux rien vous dire avant l'Autriche. Nous aurons des faits, que nous attendons, et nous voulons être préparés pour prendre la bonne décision."

Prochain article Formule 1
Drapeau à damier agité trop tôt : les explications de Whiting

Article précédent

Drapeau à damier agité trop tôt : les explications de Whiting

Article suivant

Stroll revient sur l'impressionnant accrochage avec Hartley

Stroll revient sur l'impressionnant accrochage avec Hartley
Load comments

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing Boutique , Renault F1 Team
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités