Renault : Viser le podium en 2018 n'est "pas raisonnable"

Faisant son retour en Formule 1 en tant que constructeur à l'aube de la saison 2016, Renault espérait retrouver le podium en trois ans. Cyril Abiteboul craint toutefois que cet objectif s'avère difficile à atteindre.

Renault : Viser le podium en 2018 n'est "pas raisonnable"
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17
Cyril Abiteboul, directeur général Renault Sport F1 lors de la conférence de presse
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17 et Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17
Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team, Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team, lors de la parade des pilotes
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17, font la queue dans les stands

Les progrès réalisés par Renault Sport F1 Team de 2016 à 2017 sont notables. Ne marquant que huit petits points pour sa première campagne après avoir racheté une écurie Lotus fort mal en point financièrement, le Losange était en revanche un candidat régulier au top 10 la saison dernière avec Nico Hülkenberg. Ce dernier a fortement contribué à la sixième place de Renault chez les constructeurs en marquant 43 des 57 points inscrits l'an passé.

L'écart restait toutefois monumental par rapport aux trois équipes de pointe que sont Mercedes, Ferrari et Red Bull en matière de performance, et Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1, en est bien conscient.

Lorsque Motorsport.com lui demande quel est l'objectif pour 2018 dans une interview exclusive, Abiteboul répond : "Je dirais que c'est continuer la progression : on a terminé sixième, donc voir où peut se situer l'objectif. C'est également la progression vers les meilleurs, et pour ça, ça va être de la fiabilité, dès le début. L'accent va être, dès les essais hivernaux, d'être capable de tourner beaucoup et de marquer des points au premier Grand Prix."

"On aura deux écuries clientes [Red Bull et McLaren, ndlr] qui, on le sait, nous poseront des problèmes, forcément. Ce sont des gros clients. Il faudra qu'on soit capables de se mesurer à eux, de se confronter à eux, puis progressivement de se rapprocher, de courir contre eux."

"Je ne veux pas m'engager sur des podiums l'année prochaine, ça n'a pas de sens. On sait bien qu'il y a trois écuries qui seront très performantes, au moins. Trois écuries, ça fait six voitures. Sur le podium, il n'y a que trois places. On voit bien que s'engager sur des podiums n'est pas raisonnable. Maintenant, il faut essayer de s'en rapprocher le plus vite possible."

Des pilotes qui ont "du charisme" !

Tandis que les deux duos précédemment alignés, Magnussen/Palmer et Hülkenberg/Palmer, se sont avérés relativement déséquilibrés, Renault se félicite d'associer Hülkenberg à Carlos Sainz pour la saison à venir, d'autant que l'Ibère a pu commencer son intégration lors des derniers Grands Prix de 2017. Avec eux, Abiteboul a bon espoir que résultats et image de marque soient au rendez-vous.

"C'est clairement un line-up avec lequel on se sent extrêmement bien en termes de performance existante, de potentiel, d'énergie mais aussi d'image", poursuit le Français. "Je trouve qu'ils représentent quelque chose, ils ont une gueule, ils ont du charisme. Ils représentent cette écurie, ce sont eux qu'on a envie de mettre au premier plan et ce sont eux qui vont continuer de nous tirer, avec l'énergie du plus jeune, avec l'expérience du plus âgé. Je trouve que c'est une complémentarité absolument exceptionnelle, le latin, le germanique. Je suis super content de ce line-up, que je trouverais même être un des line-ups les plus intéressants de toute la grille."

Propos recueillis par William Zinck

partages
commentaires
Ferrari et McLaren, de la Terre à la Lune en F1

Article précédent

Ferrari et McLaren, de la Terre à la Lune en F1

Article suivant

Honda : 3 moteurs par an, "difficile" d'un point de vue technique

Honda : 3 moteurs par an, "difficile" d'un point de vue technique
Charger les commentaires
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021