Renault veut effacer les "inacceptables" problèmes de Mexico

Alors que l'objectif initial de l'écurie au Losange était la cinquième place du classement constructeurs, la contre-performance du Grand Prix du Mexique a porté un coup aux ambitions d'Enstone et Viry-Châtillon avant le Brésil.

Renault veut effacer les "inacceptables" problèmes de Mexico
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Pascal Wehrlein, Sauber C36, Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Un personnage du JOur des Morts regarde Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso, Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team
Charger le lecteur audio

Avec zéro point au compteur à Mexico, Renault Sport F1 n'a pas brillé et, pire, montré des signes de faiblesse sur le plan de l'unité de puissance, que la structure associe à une trop grande prise de risque.

Quoi qu'il en soit, ce résultat, couplé à la sixième place de Lance Stroll pour Williams, éloigne un peu plus l'écurie dirigée par Cyril Abiteboul de la cinquième place du classement constructeurs, son objectif assumé. 

"Le Grand Prix du Mexique a [...] été particulièrement difficile avec un nombre inacceptable de problèmes mécaniques mais nous avons la ferme intention de réagir, et vite", déclare Abiteboul. "Les spécificités de Mexico ont accentué nos faiblesses mais clairement nous n’avons pas réussi à équilibrer performance et fiabilité."

"La performance de notre moteur a beaucoup progressé cette année et les résultats en qualifications comme en course en attestent, il nous faut maintenant retrouver de la fiabilité, pour nous comme pour nos clients, même si Max [Verstappen, sur Red Bull à moteur Renault] a magnifiquement remporté cette course."

"L’équipe reste confiante et solidaire, c’est essentiel pour progresser pour la fin de la saison mais aussi pour préparer la saison à venir. Nous en avons les moyens, notre organisation est stable, robuste et compétente."

De quoi remiser l'objectif initial de top 5 au placard, alors que Renault a inscrit une moyenne de 2,7 points par course et compte 28 unités de retard sur Williams à deux GP de la fin de saison, et se rabattre plutôt sur la sixième place face à Toro Rosso et Haas. Et pour cela, il faudra composer en premier lieu avec Interlagos.

"Le Grand Prix du Mexique a mis en avant notre performance. Malheureusement les deux voitures ont dû abandonner, mais elles étaient en Q3, placées septième et huitième sur la grille, et en quatrième et cinquième positions à la fin du premier tour. Les points étaient donc largement à notre portée."

"Interlagos est un circuit mythique et passionnant avec des courses souvent incertaines. La météo joue fréquemment un rôle important mais nous restons confiants dans les qualités de la RS17. La ferveur des supporters est toujours aussi agréable à voir et à entendre, c’est un très beau Grand Prix."

partages
commentaires
Pour Stewart, Hamilton peut égaler Fangio et Schumacher
Article précédent

Pour Stewart, Hamilton peut égaler Fangio et Schumacher

Article suivant

Diaporama - Les 33 Champions du monde de Formule 1

Diaporama - Les 33 Champions du monde de Formule 1
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021