Renault ne dirait pas non à Vettel mais préfère miser sur l'avenir

Interrogé par Canal+ sur le sujet, Cyril Abiteboul n'a pas totalement exclu la possibilité de recruter Sebastian Vettel si l'occasion se présentait mais penche nettement pour une solution d'avenir, à commencer par la prolongation de Daniel Ricciardo.

Renault ne dirait pas non à Vettel mais préfère miser sur l'avenir
Charger le lecteur audio

L'avenir de Renault en Formule 1 au-delà de 2020 reste à confirmer mais l'écurie doit quoi qu'il en soit se préparer pour la révolution réglementaire de 2021 et pour l'échéance contractuelle de Daniel Ricciardo. Le pilote star du Losange dispose d'un engagement jusqu'à la fin 2020. Or, l'Australien serait une cible de choix pour une écurie de pointe, avec les fins de contrat de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas chez Mercedes et de Sebastian Vettel chez Ferrari.

Dans le cadre de l'émission "La grille" sur Canal+, à la question de savoir si retenir Ricciardo était l'un des enjeux de la campagne de Renault, son directeur général Cyril Abiteboul a répondu : "Il faut le retenir sur des bonnes bases, des bases partagées. C’est le projet qui compte. C’est une réponse sans faire de réponse mais je pense qu’il faut voir les premières courses : est-ce qu’on a fait un step ? Est-ce qu’on se remet un peu plus en confiance que l’an passé ? Est-ce que lui aussi continue de mieux s’intégrer dans l’équipe ? Et si on sent qu’on a un projet qui peut s’inscrire dans la durée, pourquoi pas."

Lire aussi :

"Il sera forcément très courtisé", explique le dirigeant français, conscient de ne pas avoir totalement le contrôle sur le timing. "Il va y avoir un sujet, qui est un sujet de calendrier : je pense que nous, on aurait plutôt envie de voir, de prendre un peu le temps pour cette analyse. J’ai peur que les choses se fassent très vite, donc il va falloir qu’on soit extrêmement alertes pour ne pas perdre ces opportunités. Mais on a bien évidemment commencé à discuter dans les grandes lignes, même si on n’a pas exprimé de souhaits affirmés."

Et si Ricciardo venait à partir vers d'autres cieux, le recrutement de Vettel, qui a remporté ses quatre titres mondiaux en étant motorisé par Renault, intéresserait-il la marque française ? "Je ne veux pas dire non car c’est un grand pilote, un grand champion ; on a bossé ensemble sur la partie moteur, on a gagné ensemble. J'aspire plutôt à travailler sur les pilotes de demain que d’hier ; c’est vraiment très dur de le résumer comme ça, s’il vous plaît ne le résumez pas comme ça sur Sebastian."

Lire aussi :

"Mais on a quand même aussi une académie de pilotes, des pilotes qui vont peut-être en sortir en 2021 ou 2022. Il faut aussi avoir ça en tête car on a créé cette académie en 2016 avec pour objectif de sortir un pilote en F1 en 2021. On va être à 2021, il faut le prendre en compte. Typiquement, il y a Christian Lundgaard mais c’est une option parmi d’autres, il a sa saison de F2 à faire, nous on a notre saison à faire avec Daniel."

"Je crois que Daniel est très attaché à ce choix avec Renault, qui a été très critiqué par une certaine presse, britannique, qui ne comprend pas. Cette idée de construire un projet, humainement, techniquement, sportivement, c’est quelque chose qui lui tient à cœur, c’est quelqu'un qui est [guidé] par ses émotions et il a envie de montrer qu’il peut être fidèle à son choix, tant qu’il est démontré qu’il s’agit d’un bon choix."

partages
commentaires
Le fiasco de Melbourne a rappelé celui d'Indianapolis 2005
Article précédent

Le fiasco de Melbourne a rappelé celui d'Indianapolis 2005

Article suivant

Le COTA ferme ses portes mais reste confiant pour le GP des USA

Le COTA ferme ses portes mais reste confiant pour le GP des USA
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021