Renault subit son premier score vierge de la saison

Au terme d'un Grand Prix d'Espagne très difficile, aucun des deux pilotes Renault n'est parvenu à terminer dans les points.

Renault subit son premier score vierge de la saison

Au lendemain d'une double élimination en Q2 à Barcelone, Renault F1 espérait inverser la tendance en course lors du Grand Prix d'Espagne. Pour y parvenir, l'écurie française a misé sur une stratégie audacieuse à un seul arrêt, qui lui a permis de progresser légèrement dans la hiérarchie mais pas suffisamment. Pour la première fois depuis le début de la saison, le Losange rentre bredouille, et tandis que Silverstone avait plutôt été porteur d'espoirs, la manche barcelonaise montre le besoin permanent de remise en question, même si cette fois, le résultat semble surtout lié aux caractéristiques de la piste et à celles de la R.S.20, visiblement incompatibles.

Lire aussi :

"Nous concluons notre premier week-end de l’année sans points", constate le directeur général Cyril Abiteboul. "Cela n’est pas dû à un manque d’efforts ou d’exécution de la part de l’équipe et je crois que nous avons extrait tout ce que nous pouvions de la voiture ce week-end. En termes simples, la monoplace n’est pas assez bonne sur une piste comme celle-ci. Barcelone est un bon test de l’efficacité aérodynamique, donc cela en dit long sur les aspects où nous devons progresser. Nous avons fait quelques pas en avant cet hiver, mais probablement pas suffisamment pour être à l’avant du peloton ici."

"Tout est très serré : deux dixièmes en qualifications [samedi] représentaient une énorme différence et c’était à nouveau disputé en course. Ce n’est cependant pas une excuse. Nous devrions être à un stade où nous pourrions faire mieux que cela. Nous avons un domaine d’action clair et nous nous efforcerons d’accélérer les prochaines évolutions de la voiture."

Pilote le mieux placé sur la grille de départ, d'où il s'est élancé depuis le 13e rang, Daniel Ricciardo dit avoir vécu un dimanche "compliqué" et "une course assez dure", conclue à la porte des points. L'Australien ne cache pas sa déception : "Nous sommes venus ici en espérant beaucoup plus après nos deux bonnes dernières courses. Nous ne nous attendions pas à connaître un week-end difficile, mais c’était très serré en piste. Nous étions près du top 10 en qualifications et en course, donc nous allons essayer de découvrir où nous avons perdu ces quelques dixièmes avant de nous tourner vers le prochain rendez-vous".

Parti 15e, Esteban Ocon a lui aussi grappillé deux positions jusqu'au drapeau à damier. Treizième à l'arrivée, le Français déplore un manque général de grip et d'équilibre avec la R.S.20 sur le tracé catalan.

"Nous n’aurions pas pu faire grand-chose de plus", assure-t-il. "L’équipe dans son ensemble a eu du mal à trouver le rythme ce week-end. La voiture ne se comportait pas comme nous le voulions et nous manquions d’adhérence et d’équilibre. Dès vendredi, nous avons ressenti que la monoplace ne se comportait pas comme à Silverstone, donc nous avons encore du travail à faire sur certains aspects. Nous avons une semaine de pause pour tout analyser et revenir plus forts. J’ai eu des batailles amusantes en piste et j’ai réalisé quelques dépassements, donc c’est un point positif sur lequel nous pouvons nous appuyer."

partages
commentaires
Drapeaux bleus : la FIA sanctionne désormais davantage
Article précédent

Drapeaux bleus : la FIA sanctionne désormais davantage

Article suivant

Bottas a souffert de la chaleur dans sa combinaison noire

Bottas a souffert de la chaleur dans sa combinaison noire
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021