La Renault R.S.20 fera l'objet d'un "développement agressif"

Pas de révolution mais une évolution assortie d'un changement de concept aérodynamique : c'est en substance ce qu'il faut retenir des grandes lignes de la monoplace au Losange pour la saison 2020.

La Renault R.S.20 fera l'objet d'un "développement agressif"

L'absence de présentation d'une monoplace à proprement parler n'a pas empêché les dirigeants de l'écurie Renault d'évoquer la R.S.20. Celle-ci est "en pièces et fait route vers Barcelone" comme l'a précisé Cyril Abiteboul, et il faudra donc se contenter de quelques visuels partiels avant de la découvrir véritablement. Dans une semaine tout juste, Daniel Ricciardo et Esteban Ocon débuteront le programme d'essais hivernaux en Catalogne, au volant d'une monoplace qui se veut "une évolution de la R.S.19", comme l'a détaillé Marcin Budkowski.

Lire aussi :

Ce dernier, directeur exécutif de l'équipe à Enstone, s'est employé à justifier ce choix qui, il l'admet, peut surprendre au vu des performances en dents de scie réalisées par Renault en 2019. Reconnaissant un "développement un peu décevant" lors de la précédente campagne, il assure que de nombreuses leçons ont été tirées.

"On s'est remis en question, on a analysé toutes les forces et les faiblesses, de la voiture comme de l'organisation", promet Budkowski. "Pour la R.S.20, on a pris le parti assez tôt de faire une évolution de la R.S.19 de l'année dernière. Ca peut sembler un peu contradictoire en raison de nos performances, mais c'était surtout pour deux raisons. La première était de pouvoir se focaliser sur le fait de résoudre les faiblesses de la R.S.19 et d'aller vraiment chercher la performance en travaillant sur les domaines les plus faciles sans devoir tout reprendre de zéro. C'est aussi en raison de la stabilité réglementaire. En 2021 on a une révolution technique, probablement la plus grande de la F1 moderne, et ça nous a donc permis de nous protéger."

"Ceci étant dit, la voiture de 2020 est quand même fondamentalement un changement de concept aérodynamique et il y a aussi énormément de travail sur la partie mécanique et suspensions. L'objectif est de permettre aux pilotes d'en tirer tout le potentiel plus facilement, car c'est une problématique que l'on avait en 2019. Il fallait aussi éviter le plafonnement du développement comme l'an dernier. On n'aura pas tout dès Barcelone, il y aura certaines choses qui arriveront en deuxième semaine, puis au premier Grand Prix. Ce sera un développement agressif."

La fiabilité moteur "dans le collimateur"

Renault R.S.20

La remise en cause a également eu lieu à Viry-Châtillon pour faire évoluer dans le bon sens l'unité de puissance RE20. Celle-ci a donné entière satisfaction sur le plan de la performance, mais "au prix d'une fiabilité plus que précaire" selon les mots de Cyril Abiteboul. Il était donc essentiel de corriger ces défauts, notamment pour éviter de vivre un début de saison identique à celui de l'année passée.

"Les plans sont assez simples, ils ont été dressés comme d'habitude en avance car il faut à peu près 18 mois pour développer un moteur", rappelle Rémi Taffin, directeur technique moteur. "Il est vrai que le RE20 devait être le petit frère du RE19. Le bon côté, c'est que le palier en performance qu'on imaginait faire a été fait, et bien sûr ce que l'on aurait aimé faire, c'est maintenir la fiabilité. On a travaillé cet hiver pour atteindre cet objectif en 2020 et ça a nécessité beaucoup d'efforts à Viry-Châtillon. Le niveau de fiabilité a été dans le collimateur, c'était notre cible."

"Il faut aussi rappeler que la puissance n'est pas tout, c'est bien sûr important pour faire des résultats sur des circuits comme ceux que l'on a cités. Mais c'est aussi important d'avoir un moteur qui permet d'avoir la meilleure voiture. C'est également quelque chose sur quoi on s'est concentré car c'est important de faire en sorte d'avoir le meilleur moteur, et on a déjà démontré par le passé que le meilleur moteur n'était pas forcément le plus puissant. Et puis, dernière chose, on a eu aussi l'an dernier des pénalités et c'est là aussi quelque chose qu'on a beaucoup travaillé, la longévité des moteurs. J'espère qu'on pourra donner à nos deux pilotes le temps d'être fatigués pendant tous ces Grands Prix !"

Propos recueillis par Léna Buffa  

partages
commentaires
Guanyu Zhou devient pilote d'essais de Renault F1

Article précédent

Guanyu Zhou devient pilote d'essais de Renault F1

Article suivant

Prost : L'ambition de Renault passe par un "calendrier plus réaliste"

Prost : L'ambition de Renault passe par un "calendrier plus réaliste"
Charger les commentaires
Les notes du Grand Prix de France 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de France 2021

Après le Grand Prix de France, septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021