Renault admet avoir sous-estimé le développement moteur de ses rivaux

partages
commentaires
Renault admet avoir sous-estimé le développement moteur de ses rivaux
Par : Scott Mitchell
13 août 2018 à 10:37

Le directeur de Renault en Formule 1, Cyril Abiteboul, a reconnu que le constructeur français avait sous-estimé le potentiel de développement des moteurs actuels et indique que de plus grands risques vont être pris pour rectifier cela.

La F1 en est à sa cinquième saison des V6 turbo hybrides, une ère lors de laquelle Mercedes a clairement eu l'avantage et où Ferrari a surpassé Renault avant de se battre de façon régulière pour la victoire. Abiteboul a déclaré à Motorsport.com que les progrès de Ferrari avaient incité le Losange à être plus agressif en termes de développement moteur.

"Je crois que nous avons en effet sous-estimé le potentiel de la réglementation moteur actuelle, disons-le comme ça. Cela fait quatre ans que nous avons ces règles moteur et, après quatre ans, on pourrait s'attendre à voir une courbe de développement qui s'aplanit."

Lire aussi :

"[Nous] avons vu cela du côté de Mercedes. Sans ouvrir un débat différent, nous avons été émerveillés par la progression très récente de Ferrari, qui montre que c'est possible. Nous ne savons pas comment, mais c'est possible. Ce n'est pas quelque chose que nous nous attendions à avoir dans cette période. Il faut accepter de faire de plus grands pas en avant, de prendre plus de risques, mais ces risques doivent évidemment être atténués parce que nous ne pouvons pas nous permettre d'arriver avec un produit qui compromette la fiabilité."

Renault a recruté Daniel Ricciardo dans le cadre de ses efforts pour retrouver les sommets en Formule 1.

Red Bull, équipe cliente du motoriste français, a débuté la saison avec des ambitions de titres et, même si elle a remporté trois des 12 premiers Grands Prix de la saison, elle est clairement en retrait par rapport à Ferrari et Mercedes, ceux-ci ayant bénéficié d'évolutions plus efficaces.

L'écurie d'usine Renault est quant à elle quatrième du classement constructeurs, mais la "véritable inquiétude" d'Abiteboul vient de son échec à se rapprocher du top 3, malgré le fait de s'être hissée à l'avant du milieu de peloton. Pour lui, comme Renault a été "extrêmement en retard" sur le châssis et le moteur par le passé, il s'agit juste désormais de maintenir ou de réduire légèrement l'écart.

"Le moteur s'améliore, tout comme le châssis, mais malheureusement, nous ne voyons aucun de ces deux écarts se réduire. Nous avons la capacité de progresser, [...] d'apporter de l'appui, de l'adhérence, ou quoi que ce soit, [de faire] mieux, mais nous faisons cela au même rythme que les top teams, ce qui n'est pas mal."

Si Abiteboul estime que prendre plus de risques va aider Viry-Châtillon a faire de plus grands progrès, il juge que les ressources d'Enstone sont "30%" inférieures à celles de Mercedes et Ferrari. Cela veut dire que Renault va probablement continuer d'agrandir sa base chargée du design, mais qu'un possible budget capé en vue de 2021 amène le dirigeant français à se montrer prudent.

"Il va être difficile d'aller vraiment haut s'il faut redescendre ensuite. Un budget capé mettrait l'accent sur l'efficacité de l'organisation. L'efficacité est le mot-clé pour l'accélération de ce qu'Enstone doit faire sur le plan du châssis. Côté moteur, c'est un peu différent, c'est plus simplement accélérer les choses, la vitesse à laquelle nous développons le moteur."

Prochain article Formule 1
Sauber prévoit une augmentation importante de son personnel

Article précédent

Sauber prévoit une augmentation importante de son personnel

Article suivant

La F1 n'a pas peur de prendre "des risques" avec de nouveaux GP

La F1 n'a pas peur de prendre "des risques" avec de nouveaux GP
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Scott Mitchell
Type d'article Actualités