Renault Sport F1 détaille le circuit de Yeongam

Ce week-end, le Championnat du Monde de Formule 1 se rendra sur le circuit de Yeongam en Corée du Sud

Ce week-end, le Championnat du Monde de Formule 1 se rendra sur le circuit de Yeongam en Corée du Sud. Renault Sport F1, qui motorise quatre des 12 équipes du plateau, nous décrit ce tracé qui a rejoint le calendrier en 2010.

La ligne droite entre les virages 2 et 3


Parmi les trois lignes droites recensées sur le tracé coréen, celle qui passe devant les stands n’est pas la plus longue. Cet honneur revient à la portion de 1150 mètres qui relie les virages 2 et 3. Le moteur tourne alors à pleine charge pendant environ 15 secondes. Avec l’accent mis sur la vitesse de pointe et la capacité d’accélération, la sélection des rapports de boîte – particulièrement le septième – est un travail minutieux. En cas d’erreur, le pilote verra son accélération limitée en atteignant trop tôt le rupteur, et deviendra une proie facile pour ses poursuivants. Ce choix est d’autant plus complexe que les conditions météo peuvent changer rapidement en raison de la proximité de la mer et de la faible altitude. La direction du vent peut également varier d’un jour à l’autre. En ajoutant la ligne droite d’arrivée, d’une longueur d’environ 700 mètres, plus de 80% du premier secteur est parcouru à pleine charge.

Virages 6 à 9


L’enchaînement entre les virages 6 à 9 peut sembler sinueux, mais il est possible que les pilotes parviennent à le négocier avec l’accélérateur à fond, ce qui signifie que le moteur est à pleine charge sur 700 mètres. À la sortie du virage 6, le pilote monte les rapports en essayant de conserver son élan alors que la monoplace se jette d’un virage à l’autre. Les accélérations latérales sont très importantes dans cette portion et les fluides – eau, lubrifiants et carburant – remuent à plusieurs reprises dans les réservoirs. Il est donc primordial d’avoir un niveau d’essence suffisant, particulièrement en fin de course. Dans le cas contraire, les pompes pourraient déjauger et ne plus alimenter le moteur.

Virages 14 à 16


À partir du virage 9, le tracé est une combinaison de séries de courbes en deuxième, troisième ou quatrième, négociées à environ 215 km/h. Le dernier enchaînement, des virages 14 à 16, est caractéristique. Le pilote doit littéralement danser avec sa pédale d’accélérateur, en passant constamment de ‘on’ à ‘off’. Cette configuration augmente radicalement la consommation de carburant. Cette valeur est d’ailleurs une des plus élevées de la saison.

[Avec un Communiqué de Renault Sport F1]

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités