Renault Sport F1 - "Un très grand pas en avant cette saison"

Après avoir vécu une saison 2014 très compliquée, Renault Sport F1 a été contraint d’agir vite : la pause hivernale fut courte et nous voici déjà aux portes de la campagne 2015

Après avoir vécu une saison 2014 très compliquée, Renault Sport F1 a été contraint d’agir vite : la pause hivernale fut courte et nous voici déjà aux portes de la campagne 2015. Le motoriste français a toutefois eu le temps d’effectuer bon nombre de changements importants et le message est clair : les progrès sont là et Renault a faim de résultats.

Des changements organisationnels

"Nous avons tout d’abord mis en place une nouvelle structure organisationnelle", explique Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1. "Notre nouvelle structure mettra l’accent sur le besoin de renouvellement constant, de changement perpétuel. Elle devra également intégrer ces changements dans nos plans de travail."

Pour ce faire, deux nouvelles fonctions ont été mises en place : en tant que directeur technique, Rob White va définir de nouvelles stratégies. "Rob va utiliser sa connaissance approfondie de Renault Sport F1 afin de définir la feuille de route et une stratégie précise pour l’acquisition, le développement et l’utilisation des compétences techniques au sein de l’entreprise, en gardant en permanence un œil attentif sur notre projet F1", confie Abiteboul. En parallèle, Jean-Paul Gousset, auparavant à la tête de la production, sera désormais en charge de la performance des ressources humaines. "En F1, les progrès sont entraînés par la performance humaine. Jean-Paul va donc gérer toutes les questions d’organisation, les procédures et les protocoles, des petits détails aux grands changements qui créent l’esprit de compétition que nous voulons voir à Viry-Châtillon."

Un autre changement important est la création du département développement, dirigé par Naoki Tokunaga. "En plus de superviser le département d’ingénierie, toujours dirigé par Jean-Philippe Mercier, Naoki sera directement responsable des groupes de travail chargés de la performance et de la fiabilité."

Ces bouleversements visent en réalité à rationaliser l’ensemble des opérations afin de créer un lien continu entre l’usine et la piste. "Nous activons en effet davantage de leviers pour gérer les effectifs et les charges de travail", confirme Abiteboul. "Rémi Taffin supervisera non seulement les opérations en piste mais aussi le travail effectué à l’usine. Une seule personne est donc responsable de l’ensemble de nos activités et cela simplifie nos lignes de communication, ce qui nous permet à la fois de répondre plus rapidement aux besoins et aux changements mais aussi d’assurer le contrôle global de la qualité du travail et de l’efficacité des dépenses."

Être plus proche des équipes

Comme Cyril Abiteboul le confie, il est bien sûr trop pour distinguer les effets directs de cette nouvelle structure. Le directeur de Renault Sport F1 pense être en mesure de tirer un premier bilan à la mi-saison. Il affirme aussi de manière ferme que cette mise en place n’est pas seulement liée aux résultats obtenus en 2014 : {"Non, car nous n’avons pas souffert d’un manque de ressources ou de finances l’an dernier. Il n’est pas non plus question de pointer du doigt l’une ou l’autre individualité. Ces changements visent à améliorer le collectif car Viry avait besoin d’un rafraîchissement.
La F1 est un sport qui évolue sans cesse, tout comme les technologies qui y sont utilisées. La concurrence ne se repose jamais et Viry doit évoluer au même rythme."}

Les groupes de performance et de fiabilité mis en place sont chargés de responsabilités claires et vont ainsi permettre aux équipes motorisées par Renault de profiter des changements opérés, car l’organisation interne de l’entreprise se rapproche davantage du modèle des écuries de F1. "Et cela devrait créer des ponts naturels et de nouvelles synergies avec nos clients", complète Abiteboul. "Nous pouvons désormais davantage nous fondre dans la culture d’une équipe et créer un dialogue plus naturel. Moins d’obstacle à la communication amène plus de créativité et une plus grande vitesse d’exécution dans le travail."

Performance et fiabilité

Enfin, lorsqu’il s’agit d’évoquer les objectifs de Renault Sport F1 pour 2015, le directeur général de Viry-Châtillon se montre prudent mais a bien conscience du travail entrepris : "Nous savions ce que nous avions à faire pendant l'hiver et nous savons ce que nous avons accompli. Nous croyons que nous avons fait un très grand pas en avant dans les domaines de la performance et de la fiabilité. Nous n’avons sans doute pas encore gommé tout notre retard vis-à-vis de la concurrence mais nous pensons avoir effectué une grande partie du chemin."

Et Abiteboul de conclure : "Notre objectif est de combler l'écart autant que possible et d’offrir à Red Bull Racing et Toro Rosso des voitures plus compétitives sur la plupart des circuits, indépendamment de leurs caractéristiques et de leurs sensibilités."

Lire aussi :

Renault Energy 2015 - Changements fondamentaux et modestie

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , Toro Rosso
Type d'article Actualités