Renault soulève le "sujet tabou" des souffleries partagées

partages
commentaires
Renault soulève le "sujet tabou" des souffleries partagées
Par :

Cyril Abiteboul estime que l'indépendance totale de chaque écurie ne pourra être garantie que le jour où l'utilisation des souffleries ne sera plus autorisée en Formule 1.

Conséquence de l'affaire Racing Point, la FIA travaille pour modifier la réglementation et empêcher les écuries de copier intégralement la monoplace d'un concurrent. L'instance internationale a clarifié le fait qu'elle voulait toujours voir chaque équipe concevoir sa propre auto, estimant qu'il s'agissait d'un point clé pour la viabilité de la F1 à long terme.

Des mesures vont être prises pour interdire la rétro-ingénierie par exemple, et cette orientation a rassuré les écuries qui se montraient les plus inquiètes dans le dossier de la "Mercedes rose". Si la réaction de la FIA a permis de clore l'affaire, quelques inquiétudes demeurent toutefois. Pour Cyril Abiteboul, il reste un "sujet tabou" : le partage des souffleries entre écuries. Actuellement, Mercedes et Racing Point partagent la même soufflerie, tandis que Red Bull Racing prévoit de faire de même avec AlphaTauri à compter de l'année prochaine.

Lire aussi :

"Je pense qu'il y a des éléments [partagés] pour lesquels nous ne reviendrons pas en arrière, comme le moteur, la boîte de vitesses et d'autres éléments mécaniques très coûteux", explique le directeur de Renault F1 dans une interview accordée à Motorsport.com. "Mais il y a un sujet tabou et coûteux, celui de la soufflerie, et ça restera le cas tant que nous continuerons à faire du développement aérodynamique en soufflerie."

"Peut-être qu'une vision d'avenir est que nous puissions avoir dix équipes totalement indépendantes, et qu'elles n'utilisent que la CFD. Ce devrait être la vision à adopter, et je crois qu'elle est partagée par presque tout le monde. Oui, c'est un doublement des efforts pour y parvenir, il faut encore que ce soit mis au point, mais au moins nous savons qu'il n'y aurait pas de risque de voir se répéter ce qui s'est produit cette année."

Si le sujet des souffleries interroge donc Renault, le Losange – dont l'écurie deviendra Alpine en 2021 – demeure satisfait de la manière dont la FIA s'est emparée du dossier après la controverse autour de Racing Point.

"C'est intéressant, parce que tout s'est passé en quelque sorte en même temps, entre les Accords Concorde et ce précédent [la copie de monoplace]", fait remarquer Abiteboul. "C'est bien d'avoir connu ce précédent cette année, à un moment où nous pouvions encore décider si nous voulions toujours être engagés en F1 ou non. Cette situation a probablement déclenché une dynamique et encouragé la FIA et la F1 à apporter des réponses à nos préoccupations."

"Nous avons eu la confirmation qu'ils partageaient la même vision que la nôtre. Maintenant, cela se traduit progressivement dans la réglementation. Ce n'est pas tout, il y aura une directive technique très bientôt, qui résulte du travail acharné de notre équipe avec la FIA et avec Nikolas [Tombazis, responsable monoplace à la FIA]. Nous lui avons donné un peu de notre temps, mais franchement, je dois lui accorder un énorme crédit pour la réponse qu'il a donnée dans un laps de temps très limité."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Vettel : La F1 devrait pousser pour des technologies vertes

Article précédent

Vettel : La F1 devrait pousser pour des technologies vertes

Article suivant

Renault : Alonso va apporter son aide "sur certains week-ends"

Renault : Alonso va apporter son aide "sur certains week-ends"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Basile Davoine