Renault - "Une année sans victoire, c'est douloureux"

partages
commentaires
Renault -
Par : Basile Davoine
26 nov. 2015 à 18:00

Renault aborde le Grand Prix d’Abu Dhabi, dernière manche de la saison, dans un contexte particulier.

Alain Prost, avec Remi Taffin, chef des opérations piste chez Renault Sport F1
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11 bloque une roue au freinage
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11 et Pastor Maldonado, Lotus F1 E23 en lutte pour une position
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR10
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso et Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso

Le constructeur français n’a pas encore dévoilé ses plans pour 2016, avec des tractations toujours en cours pour racheter Lotus, et sa collaboration avec Red Bull et Toro Rosso cette année a été ponctuée de nombreux revers et d’une crise ouverte qui a commencé très tôt. 

En piste, les résultats n’ont pas été au rendez-vous et le tracé de Yas Marina ne devrait pas permettre au Losange de briller, même si l’espoir d’un podium est cultivé. A Interlagos, Daniel Ricciardo a testé la nouvelle évolution du V6 Renault Energy, mais les progrès sont encore largement à démontrer et l’Australien reviendra à l’ancienne spécification ce week-end. 

"Au terme d’une longue saison, nous voici à Abou Dhabi pour la dernière course de l’année. Par rapport à nos attentes, nous n’avons pas rencontré le succès espéré et finir l’année sans victoire serait un peu douloureux", admet Rémi Taffin, directeur des opérations de Renault Sport F1. "Néanmoins, nous avons beaucoup appris tout en réalisant d’énormes progrès qui nous rendront plus forts à l’avenir. Après une entame chaotique, la fiabilité a progressé et chaque élément s’avère bien plus solide que l’an passé." 

"Au niveau de la performance, nous nous sommes rapprochés de nos rivaux et nous pouvons nous avons parfois pu nous battre pour le podium. Etre en mesure de gagner représente naturellement la prochaine étape de notre redressement et les informations glanées durant l’année nous aideront à atteindre ce but."

Même si les unités de puissance vont retrouver des conditions plus favorables que les hautes altitudes auxquelles il a fallu évoluer au Mexique et au Brésil, Renault aura certainement du mal à rivaliser avec le bloc Mercedes et le bloc Ferrari sur un tracé d’Abu Dhabi à "moyenne puissance". Plus de 50% du tour est parcouru à pleine charge avec une moyenne atteignant 190 km/h, qui donne des chiffres comparables à ceux du circuit Gilles Villeneuve à Montréal. 

Les ingénieurs motoristes devront également composer avec la chaleur d’Abu Dhabi et les horaires nocturnes, puisque le Grand Prix se déroule au coucher du soleil, ce qui ne sera pas le cas de l’intégralité des séances d’essais. 

 

Prochain article Formule 1
Il y a 3 ans, le dernier GP de Michael Schumacher

Article précédent

Il y a 3 ans, le dernier GP de Michael Schumacher

Article suivant

Photos - Jeudi à Yas Marina

Photos - Jeudi à Yas Marina

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Abu Dhabi
Lieu Yas Marina Circuit
Équipes Red Bull Racing , Toro Rosso
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités