Renault veut oublier "l'aberration" de 2015 dans son parcours en F1

Les responsables de Renault Sport F1 sont revenus sur la saison 2015 de la firme française dans la discipline reine, en espérant qu’elle ne soit qu’un incident de parcours pour la marque au Losange.

Pour la première fois depuis 2007, aucune monoplace équipée d’un moteur Renault n’a remporté de Grand Prix. La meilleure performance d’un bloc V6 turbo hybride français cette saison fut la seconde place avec Daniil Kvyat en Hongrie et Daniel Ricciardo à Singapour.

Les deux structures fournies par le Losange, Red Bull et Toro Rosso, ont respectivement terminé quatrième et septième du classement constructeurs.

C’est le plus mauvais classement de l’écurie Red Bull Racing depuis 2008, année qui correspond aussi à la dernière fois qu’une écurie équipée d’un moteur Renault – en l’occurrence, l’équipe officielle Renault – n’a pas terminé sur le podium des constructeurs.

Pour Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport F1, les torts sont partagés quand à la situation sportive de l’écurie-mère : "Quatrième du Championnat avec Red Bull est sans aucun doute dur à accepter et nous partageons cette responsabilité."

"Chez Toro Rosso, la position au Championnat n’était peut-être pas celle espérée, mais avec plus du double de points de 2014, ça a été une année solide globalement pour eux et nous sommes fiers d’avoir travaillé ensemble pour réaliser cela." L'équipe de Faenza devrait selon toute vraisemblance basculer vers une unité de puissance Ferrari 2015 la saison prochaine.

Abiteboul espère que la saison qui vient de s'achever sera une exception à la règle et que dès 2016 les performances seront revues à la hausse : "Nous n’avons pas atteint les objectifs que nous nous étions fixés, mais j’espère que cette année sera vue comme une aberration par rapport à notre forme habituelle."

Une année difficile à Viry-Châtillon

Il tient aussi à saluer ses équipes qui ont travaillé dans un climat délétère, notamment en raison des difficultés avec Red Bull mais aussi sous une menace potentielle d’un retrait de la discipline qui semble aujourd'hui écartée.

"A la fin d’une année très difficile, à la fois sur et en dehors de la piste, j’aimerais remercier tout le monde à Viry-Châtillon pour leur dur travail. Au début de la saison, quand nous étions sous le feu des accusations, il aurait été facile de perdre la motivation, mais tout le monde a gardé la tête haute et continué le développement en piste."

Du côté de Rémi Taffin, directeur des opérations de RSF1, la dernière course de la saison, à Abu Dhabi, n’a pas vraiment été un motif de satisfaction : "Nous pouvons trouver un peu de réconfort avec quatre voitures qui voient l’arrivée, mais c’est tout de même une manière décevante de terminer une saison difficile."

"Les résultats finaux ne rendent pas justice à l’effort phénoménal dans les coulisses pour retrouver de la performance et à l’esprit qui anime l’équipe."

Si les discussions paraissent bien avancées, les annonces officielles concernant le rachat de Lotus par Renault et la fourniture de moteurs rebadgés à Red Bull ne sont pas encore intervenues même si la situation devrait s’éclaircir dans les jours qui viennent.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , Toro Rosso
Type d'article Actualités
Tags cyril abiteboul, remi taffin, renault