Reportage - Au cœur de la future usine Aston Martin F1

Motorsport.com est l'un des médias qui a pu visiter l'avancement du chantier de la future usine Aston Martin, à Silverstone. Reportage sur le site qui devrait "changer la donne" pour l'écurie.

1/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

2/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

3/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

4/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

5/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

6/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

7/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

8/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

9/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

10/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

11/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

12/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

13/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

14/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

15/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

16/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

17/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

18/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

19/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

20/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

21/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

22/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

23/27

Photo de: Dom Romney / Motorsport Images

24/27

Photo de: Aston Martin Racing

25/27

Photo de: Aston Martin Racing

26/27

Photo de: Aston Martin Racing

27/27

Photo de: Aston Martin Racing

Charger le lecteur audio

Depuis que Lawrence Stroll a lancé son projet d'engager pleinement le nom Aston Martin en Formule 1, les ambitions de l'écurie anglaise sont tout sauf modestes. Pour sa première année sous cette appellation après le changement de nom de Racing Point, l'écurie s'est attaché les services du quadruple Champion du monde Sebastian Vettel. En 2023, c'est le double Champion du monde Fernando Alonso qui lui succédera. Des ingénieurs talentueux ont été recrutés pour renforcer une équipe qui, après des années passées à se serrer la ceinture, a maintenant les moyens de progresser vers les avant-postes.

En mars 2021, Lawrence Stroll a présenté un projet sur cinq ans pour permettre à Aston Martin de jouer le titre mondial. Pièce maîtresse de ce plan, une toute nouvelle usine ultramoderne. Puis les premiers coups de pelle ont été donnés, il y a un an, pour bâtir ce complexe de 37 000 m² autour de l'usine déjà existante à Silverstone et qui abritait Jordan il y a bien longtemps. L'objectif est que l'ensemble commence à être opérationnel l'an prochain.

La semaine dernière, Motorsport.com a eu la chance de visiter le chantier pour découvrir son avancement. On se souvient que lors de la pose de la première pierre, à l'automne 2021, Lawrence Stroll avait précisé que cette usine serait "l'inverse de ce que Ron Dennis a fait" pour le McLaren Technology Centre de Woking. Autrement dit, Aston Martin veut privilégier la fonctionnalité sur l'esthétique.

Connecter plutôt qu'isoler

L'usine est construite en trois parties et la première devrait être achevée en mai 2023. Il s'agira du bâtiment principal de l'écurie, où la monoplace sera conçue et où toutes les opérations majeures seront menées. Le deuxième bâtiment accueillera la nouvelle soufflerie, dont l'ouverture est prévue pour le troisième trimestre 2024, avant qu'un troisième lieu ne soit dédié à des événements et à l'accueil des employés sur le site de l'actuelle usine. Les trois bâtiments seront reliés par des passerelles.

Tous les bâtiments seront reliés entre eux par des passerelles.

Tous les bâtiments seront reliés entre eux par des passerelles.

Il y a encore beaucoup à faire avant l'ouverture, mais le bâtiment principal prend forme. L'équipe de course s'installera au rez-de-chaussée et a été fortement impliquée pour s'assurer que la conception des lieux répondrait à ses besoins et maintiendrait le lien entre tous les départements. Des petits détails tels que l'emplacement d'une armoire ou d'un tiroir peuvent avoir une incidence importante sur les processus de travail, d'où l'importance de les prendre en compte.

À l'étage de l'usine se trouvera un bureau technique en open space. Le directeur technique Dan Fallows, recruté chez Red Bull, est convaincu que cela peut encourager la créativité. "J'ai déjà travaillé dans un grand bureau ouvert avec la possibilité de me déplacer et de parler très facilement aux gens", explique-t-il. "Ça fait une énorme différence au niveau des interactions, surtout les interactions fortuites, on peut discuter avec quelqu'un et passer d'une chose à l'autre. Ça finit souvent par aboutir sur les discussions les plus créatives. C'est vraiment ce que l'on essaie de construire."

Au cœur de l'usine principale se trouve une allée centrale de 160 mètres de long qui permettra à l'ensemble du bâtiment d'être connecté, évitant ainsi tout agencement en labyrinthe que l'on peut trouver dans d'autres usines F1. Des éléments tels que l'emplacement des fenêtres, orientées vers le nord pour ménager les écrans d'ordinateur et limiter les reflets, ont également été pris en considération. Le niveau supérieur est entouré de fenêtres qui offrent une vue sur la campagne du Northamptonshire et le balcon situé à l'extérieur du bureau de Lawrence Stroll donne directement sur le circuit de Silverstone.

Est-ce que cette usine sera la meilleure d'une écurie de Formule 1 ? C'est une question à laquelle il est "facile de répondre" selon le directeur Mike Krack : "Oui". Mais aussi impressionnante qu'elle soit, la véritable mesure de son succès viendra de ce qu'elle produira.

L'AMR23 sera la dernière monoplace conçue et produite dans l'usine actuelle. Le changement de site au printemps prochain implique que le modèle 2024 sortira des nouvelles installations. En 2025, la monoplace aura bénéficié de la soufflerie la plus moderne possible. McLaren est également en train de construire une soufflerie, et les deux entités disposeront d'une installation récente.

Les plans de la future usine expliqués lors de la visite.

Les plans de la future usine expliqués lors de la visite.

"Il ne fait aucun doute qu'il s'agira d'une infrastructure de classe mondiale, et il est évidemment important d'y avoir accès 24h/24, 7j/7 si nécessaire", souligne Dan Fallows. "Au fur et à mesure que l'on progresse, le temps disponible en soufflerie diminue réglementairement, et on n'y passera moins de temps. Mais avoir notre propre installation permet de réaliser d'autres expérimentations, ce qui est inestimable, et on n'a pas forcément le luxe de pouvoir le faire actuellement en partageant la soufflerie avec une autre équipe."

Le fait de tout regrouper sous le même toit est une avancée importante pour Aston Martin. L'écurie ne cherche pas à abandonner à court terme son approche qui est de travailler avec Mercedes pour l'unité de puissance et certaines pièces partagées, ne voyant pas cela comme un gros inconvénient, mais les éléments sous son contrôle feront l'objet d'une attention maximale.

"On a la capacité, lorsque l'on est sur place, d'être beaucoup plus dans le détail des analyses et des processus de production, en étudiant ça d'une manière qui nous permet d'améliorer bien plus les choses que si l'on fait appel à des personnes extérieures", précise Dan Fallows. "C'est probablement la différence principale."

Cela devrait doter Aston Martin de ce qui lui manque pour franchir un cap. Son redressement après un début de saison 2022 difficile a généré de la confiance en vue de l'an prochain, même si son directeur technique s'attend à quelques "différences significatives" sur l'AMR23. La motivation que le nouveau site procure au personnel profite également à l'écurie, qui organise régulièrement des visites pour montrer à son personnel comment le chantier avance. "On une grande dynamique", se félicite Mike Krack. "On sent cet esprit lorsque l'on vient ici. Je pense franchement qu'il y a des raisons de croire que l'on peut continuer sur cette voie."

Une efficacité décuplée

Dépenser plus de 230 millions d'euros pour une nouvelle usine démontre l'engagement personnel de Lawrence Stroll à faire du projet Aston Martin F1 une réussite, avec le long terme en tête. Ce sera la première usine construite dans le contexte du plafond budgétaire, ce qui signifie que tous les gains d'efficacité générés par ce regroupement sous un même toit seront encore plus précieux. Si les développements sont moins coûteux et plus rapides, cela laissera plus de temps et d'argent pour produire plus de pièces ou pour rechercher d'autres axes d'amélioration.

Aston Martin cherche à gagner en efficacité.

Aston Martin cherche à gagner en efficacité.

"On a la possibilité de tout fabriquer nous-mêmes, mais on peut aussi décider d'acheter, et on peut produire plus rapidement", explique Mike Krack. "Donc si on peut fabriquer moins cher, on peut en faire plus. On peut avoir une ou deux évolutions de plus qu'auparavant en raison du temps et des raisons financières qui empêchaient de le faire. De ce point de vue, je pense que c'est un bon cap franchi."

Mais le directeur de l'écurie estime que les gains les plus significatifs se feront du côté humain. "Ce sera énormément différent et immensément plus facile", avance-t-il. "De ce point de vue, je suis tout à fait d'accord pour dire que ça change la donne au niveau de la dynamique de l'équipe et de la logistique."

Lawrence Stroll, dans le façonnage de son projet, a clairement indiqué qu'il voulait que tout "ressemble à Aston Martin" : il doit y avoir un engagement envers la qualité et la quête du succès. Alors que le site est bientôt terminé et que l'équipe va préparer son déménagement pour le milieu de saison prochaine, la dynamique enclenchée ne peut que faire boule de neige. Aston Martin s'apprête à franchir une nouvelle marche dans son ascension, et cette nouvelle usine en sera un élément majeur. Une véritable déclaration d'intention envoyée à ses concurrents.

La nouvelle usine pourrait être la clé du succès futur d'Aston Martin.

La nouvelle usine pourrait être la clé du succès futur d'Aston Martin.

Lire aussi :
partages
commentaires

Mattia Binotto quitte officiellement Ferrari

Hill : Mick Schumacher a été rattrapé par la pression de la F1