Retour de la F1 au Mexique - L'ancien circuit était "trop dangereux"

partages
Retour de la F1 au Mexique - L'ancien circuit était
Par : Benjamin Vinel
11 mai 2015 à 10:58

Plan du circuit
Démonstration de conduite avec Robert Kubica, BMW Sauber F1 Team
Simon Moss, Motaworld Racing
William Buller, Eurointernational
Simon Moss, Motaworld Racing

Malgré les difficultés rencontrées à cause de l'emplacement du circuit, le Grand Prix du Mexique va bel et bien faire son retour en 2015 sur un Autódromo Hermanos Rodríguez rénové et assez différent de son itération précédente, comme l'explique le site officiel de la Formule 1.

Les infrastructures ont bien évidemment été remises au goût du jour avec de nouveaux centres médical et média. La ligne droite des stands a été décalée de quinze mètres pour permettre une meilleure vue depuis la tribune du virage 17.

Le premier virage a été rendu un peu plus serré ; sachant que les voitures y arriveront en pente à près de 330km/h grâce au DRS, ce freinage devrait être intéressant et représenter la principale opportunité de dépassement.

Une grande partie de la modernisation du circuit concerne les zones d'asphalte que l'on retrouve à côté de la piste sur les circuits modernes, indispensables à la sécurité telle qu'elle est vue de nos jours.

Peraltada était trop dangereux

Christian Epp, chef de projet

Enfin, la modification qui fera le plus parler est celle de la très rapide courbe Peraltada, transformée en un quatuor de virages lents. Certains observateurs ont affirmé que le circuit en était dénaturé, mais selon le chef de projet Christian Epp, il était impossible de faire autrement.

"Peraltada était trop dangereux", déclare Epp. "La FIA ne nous aurait pas autorisés à le garder. On aurait eu des voitures qui y arrivent à 320 km/h, ça aurait été de la folie".

"Je pense que la solution, passer au milieu d'un stade, est unique. On a 30,000 personnes dans ce secteur, la partie la plus lente et la plus technique de la piste. Cela se doit d'être quelque chose de vraiment spécial".

Selon Epp, 90% du travail devrait être effectué lors que la FIA mènera son inspection du 1er août. D'après les premières indications, les temps au tour devraient tomber jusqu'en 1'14, alors que le record établi par Nigel Mansell en 1992 est de 1'16"346.

Prochain article Formule 1
Pirelli enthousiaste après un GP d'Espagne hautement stratégique

Article précédent

Pirelli enthousiaste après un GP d'Espagne hautement stratégique

Article suivant

GP d'Espagne - Les meilleurs tours en course

GP d'Espagne - Les meilleurs tours en course

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités