Le retour de Ford en F1 se fera sans Cosworth

Ford a annoncé son retour en Formule 1 en tant que motoriste en collaboration avec Red Bull. Comme on pouvait s'y attendre au vu des informations communiquées, Cosworth ne sera pas de la partie.

Logo Cosworth sur la Williams FW28

L'association Ford Cosworth est l'une des plus belles histoires qu'ait connues la Formule 1, avec 176 victoires en Grand Prix dont les 155 succès du célèbre moteur DFV de 1967 à 1983, mais une nouvelle collaboration n'est manifestement pas à l'ordre du jour.

Pierre angulaire du projet, Cosworth avait poursuivi seul les activités de motorisation lorsque Ford avait quitté la Formule 1 fin 2004, cédant son écurie Jaguar à Red Bull. L'entreprise du Northamptonshire était restée impliquée dans la catégorie reine du sport automobile jusqu'en 2013, n'ayant pas les moyens de se lancer dans un projet V6 turbo hybride par la suite.

Ford vient finalement d'annoncer son retour pour 2026, où le géant américain collaborera avec Red Bull sur le projet moteur lancé par la marque autrichienne. Le nom de Cosworth est forcément venu à l'esprit, mais la Formule 1 n'est toujours pas d'actualité du côté de Northampton.

"Nous ne nous sommes pas penchés là-dessus en détail", déclare Hal Reisinger, PDG de Cosworth, à Motorsport.com. "Nous sommes très reconnaissants de pouvoir faire affaire avec un grand nombre de constructeurs automobiles. Il faut y dédier toutes nos ressources si nous voulons faire ça bien, et j'estime qu'il faut faire les choses de manière excellente."

Le moteur Cosworth DFV V8 sur la Lotus 49 de Jim Clark

Le moteur Cosworth DFV V8 sur la Lotus 49 de Jim Clark

"Nous dédier acceptablement à la Formule 1 requerrait la création d'une nouvelle section de notre organisation. Jusqu'à ce jour, cette conversation ne s'est pas présentée de manière suffisamment convaincante du point de vue commercial pour que j'y réfléchisse."

Reisinger se montre clair sur le fait que Cosworth fait les choses "purement pour générer des revenus et de l'argent que nous pouvons investir dans le personnel et l'entreprise". Il ajoute : "Si cela nourrissait la passion des employés et pouvait être une partie viable de la compagnie en permettant un investissement continu, alors nous l'envisagerions."

Cosworth est toutefois consulté par la F1 au même titre que d'autres motoristes afin d'établir la réglementation technique de la nouvelle ère en 2026. "Je pense que seules les opinions de ceux qui sont directement impliqués vont vraiment être prises en compte et avoir le moindre impact réel", nuance Reisinger. "Et je ne dis pas que c'est mal. C'est leur programme en sport auto, pas le nôtre. Mais c'est la réalité. Ils nous consultent, j'espère que c'est parce qu'ils respectent notre opinion et veulent prendre en compte des options diverses. Mais les décisions finales seront prises par ceux qui ont un intérêt direct là-dedans. Et ça, ce n'est pas nous."

Propos recueillis par James Newbold

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent La F1 assure ne vouloir "bâillonner" personne
Article suivant Ben Sulayem prend du recul vis-à-vis de la Formule 1

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France