Retour sur le Grand Prix de Chine 2009

L’édition 2009 du GP de Chine a sa place dans les livres d’histoire comme étant la première victoire enregistrée par le partenariat Red Bull-Renault

L’édition 2009 du GP de Chine a sa place dans les livres d’histoire comme étant la première victoire enregistrée par le partenariat Red Bull-Renault. Une course qui a marqua le début d’une extraordinaire série de succès à la fois pour Sebastian Vettel comme pour son écurie autrichienne.

Vettel avait déjà marqué les esprits avec Toro Rosso en 2008, en remportant une superbe victoire lors d’un GP d’Italie particulièrement humide. A la fin de la saison, il a enfilé la tenue de l’écurie mère Red Bull comme coéquipier de Mark Webber. Son arrivée a représenté la touche finale - il était clair que RBR-Renault était maintenant prêt à gagner des courses.

Néanmoins, la saison 2009 de Vettel commença par une certaine frustration. En Australie, il se « frottait » à Robert Kubica, perdant au moins une troisième place. Il se rendit ensuite en Malaisie avec une pénalité de 10 places sur la grille – alors qu’il avait une très bonne chance de faire un podium, avec ou sans la pluie qui raccourcit la course.

En Chine, une passionnante séance de qualifications sur le sec a vu les cinq premières voitures franchir la ligne presque en même temps dans les dernières secondes de la session. Webber a placé sa RB5 en pôle grâce à son extraordinaire dernier tour, avant d’en être délogé par Vettel quelques instants plus tard. Les voitures bleues ont ensuite vu s’intercaler entre elles la Renault de Fernando Alonso, en deuxième position, aidé par une charge de carburant très faible.

Les Red Bull avaient un talon d’Achille cependant, car les deux pilotes avaient connu des soucis liés à leur arbre de transmission. Cela avait altéré leurs performances de la journée, et causé quelques préoccupations à l’équipe pour le dimanche.

Après deux jours secs, la pluie a commencé à tomber le dimanche midi, et la course a du partir derrière la voiture de sécurité. Cela a clairement éradiqué l’avantage des pilotes ayant pris le départ avec une charge en carburant minimale, et comme les tours s’accumulaient derrière la safety car, Alonso a mis le clignotant en premier pour ravitailler au pire moment. L’écurie ne savait pas que la FIA allait rappeler la voiture de sécurité juste quelques secondes après que Fernando ait pris la voie des stands.

Lorsque la course a finalement pu reprendre, Vettel ne disposait que de sept tours pour voler littéralement et optimiser sa stratégie avant d’avoir besoin de carburant. Il a conservé 3 secondes d’avance sur Webber, qui a ravitaillé au 14ème tour, et quand Seb est rentré un tour plus tard, il avait augmenté son avantage de 13 secondes sur la Brawn de Jenson Button. En sept tours magiques exactement...

Il n’a rétrogradé qu’à la troisième place seulement, derrière Button et son coéquipier Rubens Barrichello. Quelques tours plus tard, la voiture de sécurité était de nouveau de sortie après que Robert Kubica ait heurté Jarno Trulli en laissant des débris sur la piste. Button et Barrichello ont tous les deux été capables de plonger dans les stands et ravitailler sans problème, tandis que Vettel reprenait le commandement. Le pilote RBR réalisa ensuite une course parfaite, enchaînant régulièrement les tours les plus rapides sans commettre aucune faute, avant de remporter la première victoire de RBR lors de la 74ème tentative de l’écurie.

L’ensemble RB5 a fonctionné à la perfection sur le mouillé, mais ce n’était pas seulement une question de pilotage parfait. Ce fut l’une de ces rares courses où les voitures ont toujours roulé avec les pneus pluie extrêmes (tout le monde sauf Nico Rosberg, qui chaussa des slicks vers la fin), et à chaque tour, il y avait de multiples raisons pour que les choses tournent mal. "Ce fut une course très difficile, une course très longue," a déclaré Vettel après coup. "Ce fut extrêmement difficile, parce qu’il y avait beaucoup d’eau, quelques flaques, quelques rivières et même quelques lacs. Les voitures décrochaient et l’équipe me disait par radio « sois prudent, fais attention ». J’ai donc eu des avertissements en permanence."

"J’ai eu beaucoup de moments en aquaplaning, où la voiture commençait à glisser et j’espérais que les pneus réussissent à retrouver de l’adhérence. Heureusement, j’ai pu à chaque fois reprendre le contrôle de la voiture un peu plus tard, donc je suis très heureux."

Webber a également réalisé de gros efforts. Ses chances de rester au contact de son coéquipier ont été gâchées lorsque Button l’a devancé lors de la période sous voiture de sécurité, car Mark a été coincé derrière lui à la relance. Lorsqu’il a enfin réussi à doubler, Vettel avait déjà 10 secondes d’avance. Sous le drapeau à damier, 24 tours plus tard, l’écart était toujours de 10 secondes.

Au fil de la course Button ne pouvait pas suivre le rythme des voitures RBR, mais était heureux de conserver la tête du championnat en finissant troisième, devant Barrichello. Mais tous les yeux étaient rivés sur Vettel - c’était clairement le début de quelque chose de spécial.

Par Renault Sport

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jarno Trulli , Jenson Button , Rubens Barrichello , Mark Webber , Fernando Alonso , Nico Rosberg , Robert Kubica , Sebastian Vettel
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités