Souvenez-vous !
Dossier

Souvenez-vous !

Rétro 1989 - Première victoire d’une boîte semi-automatique en F1

partages
commentaires
Rétro 1989 - Première victoire d’une boîte semi-automatique en F1
Par :
31 janv. 2019 à 18:05

Lors du premier Grand Prix de la saison 1989, Nigel Mansell a réalisé une grande première en Formule 1 : celle de gagner une course sans jamais retirer les mains du volant de sa Ferrari.

Aujourd’hui, les transmissions semi-automatiques, ou robotisées, se retrouvent dans presque toutes les voitures de compétition et ce, dès les premières formules de promotion. Changer les rapports à l’aide de palettes situées derrière le volant est devenu banal et commun. Ce dispositif, entièrement piloté par une centrale de gestion électronique, coupe l’allumage du moteur, désengage l’embrayage, change les pignons de la boîte, relâche l’embrayage et remet l’allumage ; le tout effectué entre 30 et 50 millièmes de seconde (sans mentionner les récents dispositifs à double embrayage).

À la fin des années 80, le pilote de F1 devait changer manuellement les vitesses à l’aide d’un levier qu'il déplaçait selon une grille en ‘H’. En 1986, l’ingénieur britannique John Barnard quitte McLaren pour passer chez Ferrari. En faisant l’état des lieux, il découvre une vieille transmission sous une bâche. C’est le vestige des recherches effectuées par Mauro Forghieri presque 10 ans auparavant.

Lire aussi :

Premiers essais

En 1978, Forghieri estime que ses pilotes perdraient moins de temps à changer les rapports, seraient moins enclins à commettre des erreurs de pilotage et ne généreraient pas de sur-régimes destructeurs si les voitures étaient munies d’une transmission où tout s’effectuerait automatiquement.

Forghieri ne dispose pas d’un budget important pour produire une boîte de vitesses automatisée, mais il parvient à greffer une première version de cette boîte magique sur une Ferrari 312 T3 qui roule sur le circuit de Fiorano en janvier 1979, aux mains de Giorgio Enrico, le pilote d’essais Ferrari. L’arrière du volant est muni d’un long balancier en acier fixé en son milieu. Le pilote tire à droite avec ses doigts pour monter un rapport et tire à gauche pour rétrograder.

En dépit d’évidents défauts de jeunesse, la boîte fonctionne relativement bien. Les changements de rapports s’effectuent en un clin d’œil et le pilote conserve en permanence ses deux mains sur le volant. En revanche, la transmission complète est trop lourde d'une vingtaine de kilos ! Forghieri parvient à rogner quelques kilos à droite et à gauche, puis confie son développement aux pilotes titulaires, Jody Scheckter et Gilles Villeneuve.

Après des essais au début de la saison 1980, Forghieri apporte deux modifications à sa transmission. Il ajoute un sixième rapport et remplace le balancier par deux boutons fixés aux branches horizontales du volant. Cette boîte est installée à l’arrière d’une 312 T5 et Villeneuve effectue quelques essais.

Toutefois, la Scuderia doit effectuer des choix cruciaux, et la production de la première F1 Ferrari à moteur turbo est jugée prioritaire, ce qui force Forghieri à stopper le développement de sa transmission semi-automatique.

Une idée remise au goût du jour

C’est cette pièce de fonderie que Barnard découvre à Maranello. L’ingénieur est convaincu qu’avec les importants développements effectués sur les électrovannes, les circuits hydrauliques à très haute pression et l’électronique, il peut adapter cette boîte à sa prochaine F1.

Barnard et son équipe (qui sont basés en Grande-Bretagne) conçoivent la Ferrari 640 (aussi parfois appelée Ferrari F1-89) : une magnifique monoplace propulsée par le nouveau moteur V12 atmosphérique Tipo 035/5 de 3,5 litres et qui produit une puissance de 660 chevaux.

Le gros du travail de développement de la nouvelle transmission à sept rapports est confié au pilote d’essais de Ferrari, Roberto Moreno. Et les ennuis techniques sont à répétition. Cette boîte tombe sans cesse en panne. Avant le premier Grand Prix de la saison 1989, au Brésil, la Ferrari 640 n’avait jamais parcouru plus de 15 tours consécutifs sans connaître d’ennuis.

Sur le circuit de Jacarepagua, à Rio de Janeiro, les pilotes Ferrari, Gerhard Berger et Nigel Mansell, se qualifient respectivement en troisième et sixième position. Lors de l’épreuve, organisée sur 61 tours et par une chaleur étouffante, la Ferrari 640 de Mansell fonctionne à la perfection ! C’est un véritable miracle ! Pas le moindre petit pépin n’est venu perturber la marche triomphale de Mansell, qui disputait son premier Grand Prix au sein de la prestigieuse Scuderia.

Le Britannique termine premier avec une avance de presque huit secondes sur la McLaren-Honda d’Alain Prost et l’étonnante March-Judd de Mauricio Gugelmin ; un bolide conçu par un jeune ingénieur de talent, Adrian Newey.

La suite de la saison fut passablement plus compliquée pour les pilotes Ferrari, aux prises avec des ennuis de transmission causés essentiellement par des bris de la courroie de l’alternateur. Ainsi, la batterie de la voiture se déchargeait jusqu’au point où la gestion électronique de la boîte de vitesses cessait de fonctionner. Une fois ce problème résolu, la Ferrari 640 recommença à marquer des points et même à gagner des courses. Peu de temps après, toutes les voitures de F1 furent munies de transmissions semi-automatiques.

Diapo
Liste

Nigel Mansell, Ferrari 640

Nigel Mansell, Ferrari 640
1/12

Photo de: LAT Images

Nigel Mansell aux commandes de la Ferrari 640 à transmission semi-automatique

Boîte de vitesses de la Ferrari F1-89 (640)

Boîte de vitesses de la Ferrari F1-89 (640)
2/12

Photo de: Giorgio Piola

Le volant muni de palettes et la boîte de vitesses de la Ferrari 640.

Nigel Mansell, Ferrari 640

Nigel Mansell, Ferrari 640
3/12

Photo de: LAT Images

Podium : le vainqueur Nigel Mansell, Ferrari

Podium : le vainqueur Nigel Mansell, Ferrari
4/12

Photo de: LAT Images

Nigel Mansell disputait son premier Grand Prix au sein de la prestigieuse Scuderia.

Nigel Mansell, Ferrari 640

Nigel Mansell, Ferrari 640
5/12

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

La Ferrari 640 possédait des pontons étroits, mais très hauts.

Ferrari 640

Ferrari 640
6/12

Photo de: LAT Images

Vue de haut de la Ferrari 640 sans sa carrosserie.

Le vainqueur, Nigel Mansell, en compagnie de son épouse, Roseanne

Le vainqueur, Nigel Mansell, en compagnie de son épouse, Roseanne
7/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Nigel Mansell, Ferrari 640

Nigel Mansell, Ferrari 640
8/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Notez la simplicité du volant et du tableau de bord de la Ferrari 640.

Ferrari 640

Ferrari 640
9/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Châssis de la Ferrari 640.

Ferrari 640

Ferrari 640
10/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Pré-chauffage de la Ferrari 640 dans son box.

Volant de la Ferrari 640

Volant de la Ferrari 640
11/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Dos du volant de la Ferrari 640 et de ses deux palettes, très courtes. Notez qu'il n'y avait pas de palettes pour l'embrayage, car la 640 disposait encore d'une pédale.

Nigel Mansell, Ferrari 640

Nigel Mansell, Ferrari 640
12/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Article suivant
Vidéo - La McLaren MCL34 a démarré pour la première fois

Article précédent

Vidéo - La McLaren MCL34 a démarré pour la première fois

Article suivant

Le moteur de la Ferrari a été démarré

Le moteur de la Ferrari a été démarré
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Nigel Mansell
Équipes Ferrari Boutique
Auteur René Fagnan