Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
25 sept.
Événement terminé
23 oct.
Prochain événement dans
22 jours
31 oct.
Prochain événement dans
30 jours
13 nov.
Prochain événement dans
43 jours
04 déc.
Prochain événement dans
64 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
72 jours

Il y a 15 ans : Räikkönen premier vainqueur en Turquie

partages
commentaires
Il y a 15 ans : Räikkönen premier vainqueur en Turquie
Par :

Le Grand Prix de Turquie est en passe de faire son retour au calendrier de la F1 dès le mois de novembre prochain. Plus visité depuis 2011, le circuit de l'Istanbul Park était à l'époque très apprécié des pilotes. Clin d’œil de l'histoire, son premier vainqueur, Kimi Räikkönen, pourrait retrouver cette piste 15 ans plus tard.

Lire aussi :

Nous sommes le 21 août 2005. Kimi Räikkönen remporte le premier Grand Prix de Turquie de l'Histoire de la Formule 1, mais ne fait pas l'excellente opération attendue au championnat, puisque son rival Fernando Alonso parvient à terminer deuxième.

C'est dans la fournaise de l'Istanbul Park, par 30°C dans l'air, que le pilote McLaren prend le dessus sur les Renault en début de course avant de filer vers sa cinquième victoire de la saison. Une victoire qui aurait dû être un doublé pour l'écurie de Woking, si Juan Pablo Montoya n'était pas parti à la faute dans l'avant-dernier tour, offrant la deuxième place à Fernando Alonso sur un plateau. L'erreur du Colombien, consécutive à un ennui pneumatique, prive McLaren d'un doublé alors attendu depuis plus de cinq ans (Grand Prix d'Autriche 2000), mais réduit aussi la bonne opération de Kimi Räikkönen au championnat, dans lequel il chasse Alonso.

À l'extinction des feux, c'est pourtant Giancarlo Fisichella qui subtilise la tête de la course au poleman Räikkönen, mais ce dernier parvient à récupérer les commandes du Grand Prix au terme du premier tour, pour ne plus jamais les lâcher. Dans le clan Renault, Fisichella se mue en coéquipier modèle et n'oppose aucune résistance à un Alonso qu'il s'était dit prêt à aider avant le début du week-end.

Fernando Alonso, Renault R25 Giancarlo Fisichella, Renault R25

Chez Ferrari, les qualifications ont été particulièrement pénibles, avec un Michael Schumacher contraint de s'élancer depuis le 19e rang sur la grille après n'avoir pas bouclé son unique tour rapide. Au départ, l'Allemand est chanceux en parvenant à éviter les débris provenant d'une sortie de piste dans le peloton impliquant la Sauber de Felipe Massa

Après dix boucles, le septuple Champion du monde est déjà remonté au dixième rang. Mais alors qu'il va prendre un tour à un Mark Webber ayant déjà tout perdu en début de course, la Ferrari et la Williams s'accrochent au 14e tour. Schumacher rentre à son stand une première fois, puis une seconde un tour plus tard en raison d'une suspension trop endommagée sur la F2005. Les mécaniciens de la Scuderia optent pour une longue réparation, avant de relancer le Baron Rouge en piste avec 18 tours de retard ! Il abandonnera au 52e des 58 tours. Quant à Webber, sa course cauchemar durera quelques tours supplémentaires après l'incident avec Schumacher, avant une sortie de piste due à une défaillance pneumatique qui le contraindra à l'abandon.

Michael Schumacher, Ferrari F2005 Mark Webber, Williams BMW FW27

Aux avant-postes, le ballet des arrêts au stand fait le jeu de Juan Pablo Montoya, qui parvient ainsi à prendre le dessus sur les deux Renault et à s'intercaler entre son coéquipier Räikkönen et Alonso. Pourtant, le ravitaillement du Colombien est un peu chaotique, avec un problème de tuyau d'essence qui heurte un mécanicien et coûte quelques secondes. Après son arrêt, Räikkönen compte en revanche une solide avance sur ses poursuivants.

Tout le monde pense le doublé des McLaren-Mercedes assuré quand, à trois tours du drapeau à damier, Montoya part en tête-à-queue au virage 12 avec un pneu en souffrance, qui le contraint à partir de nouveau au large dans l'avant-dernier tour et à laisser le champ libre à Fernando Alonso.

Au pied du podium, Giancarlo Fisichella décroche la quatrième place sur l'autre Renault, devant un étonnant Jenson Button qui est alors le "meilleur des autres", au volant d'une BAR-Honda qui commence à entrer de manière très constante dans les points malgré un départ pris depuis la 13e position sur la grille. Jarno Trulli prend la sixième place aux commandes de sa Toyota et devance les deux Red Bull de David Coulthard et Christian Klien, qui complètent le top 8 pour les points.

Au soir de ce Grand Prix de Turquie, 14e manche de la saison 2005, Fernando Alonso conserve les rênes du championnat devant Kimi Räikkönen et Michael Schumacher. L'Espagnol ira conquérir le premier de ses deux titres mondiaux au terme de l'année, en dépit d'un nombre de victoires identique à celui du Finlandais (7).

Ferrari : Il n'y a pas à se plaindre des changements aéro pour 2021

Article précédent

Ferrari : Il n'y a pas à se plaindre des changements aéro pour 2021

Article suivant

L'écurie Williams a été vendue dans son intégralité

L'écurie Williams a été vendue dans son intégralité
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement Grand Prix de Turquie
Lieu Istanbul Park
Pilotes Kimi Räikkönen
Auteur Basile Davoine