Il y a 15 ans : Räikkönen premier vainqueur en Turquie

Le Grand Prix de Turquie est en passe de faire son retour au calendrier de la F1 dès le mois de novembre prochain. Plus visité depuis 2011, le circuit de l'Istanbul Park était à l'époque très apprécié des pilotes. Clin d’œil de l'histoire, son premier vainqueur, Kimi Räikkönen, pourrait retrouver cette piste 15 ans plus tard.

Il y a 15 ans : Räikkönen premier vainqueur en Turquie

Lire aussi :

Nous sommes le 21 août 2005. Kimi Räikkönen remporte le premier Grand Prix de Turquie de l'Histoire de la Formule 1, mais ne fait pas l'excellente opération attendue au championnat, puisque son rival Fernando Alonso parvient à terminer deuxième.

C'est dans la fournaise de l'Istanbul Park, par 30°C dans l'air, que le pilote McLaren prend le dessus sur les Renault en début de course avant de filer vers sa cinquième victoire de la saison. Une victoire qui aurait dû être un doublé pour l'écurie de Woking, si Juan Pablo Montoya n'était pas parti à la faute dans l'avant-dernier tour, offrant la deuxième place à Fernando Alonso sur un plateau. L'erreur du Colombien, consécutive à un ennui pneumatique, prive McLaren d'un doublé alors attendu depuis plus de cinq ans (Grand Prix d'Autriche 2000), mais réduit aussi la bonne opération de Kimi Räikkönen au championnat, dans lequel il chasse Alonso.

À l'extinction des feux, c'est pourtant Giancarlo Fisichella qui subtilise la tête de la course au poleman Räikkönen, mais ce dernier parvient à récupérer les commandes du Grand Prix au terme du premier tour, pour ne plus jamais les lâcher. Dans le clan Renault, Fisichella se mue en coéquipier modèle et n'oppose aucune résistance à un Alonso qu'il s'était dit prêt à aider avant le début du week-end.

Fernando Alonso, Renault R25 Giancarlo Fisichella, Renault R25

Chez Ferrari, les qualifications ont été particulièrement pénibles, avec un Michael Schumacher contraint de s'élancer depuis le 19e rang sur la grille après n'avoir pas bouclé son unique tour rapide. Au départ, l'Allemand est chanceux en parvenant à éviter les débris provenant d'une sortie de piste dans le peloton impliquant la Sauber de Felipe Massa

Après dix boucles, le septuple Champion du monde est déjà remonté au dixième rang. Mais alors qu'il va prendre un tour à un Mark Webber ayant déjà tout perdu en début de course, la Ferrari et la Williams s'accrochent au 14e tour. Schumacher rentre à son stand une première fois, puis une seconde un tour plus tard en raison d'une suspension trop endommagée sur la F2005. Les mécaniciens de la Scuderia optent pour une longue réparation, avant de relancer le Baron Rouge en piste avec 18 tours de retard ! Il abandonnera au 52e des 58 tours. Quant à Webber, sa course cauchemar durera quelques tours supplémentaires après l'incident avec Schumacher, avant une sortie de piste due à une défaillance pneumatique qui le contraindra à l'abandon.

Michael Schumacher, Ferrari F2005 Mark Webber, Williams BMW FW27

Aux avant-postes, le ballet des arrêts au stand fait le jeu de Juan Pablo Montoya, qui parvient ainsi à prendre le dessus sur les deux Renault et à s'intercaler entre son coéquipier Räikkönen et Alonso. Pourtant, le ravitaillement du Colombien est un peu chaotique, avec un problème de tuyau d'essence qui heurte un mécanicien et coûte quelques secondes. Après son arrêt, Räikkönen compte en revanche une solide avance sur ses poursuivants.

Tout le monde pense le doublé des McLaren-Mercedes assuré quand, à trois tours du drapeau à damier, Montoya part en tête-à-queue au virage 12 avec un pneu en souffrance, qui le contraint à partir de nouveau au large dans l'avant-dernier tour et à laisser le champ libre à Fernando Alonso.

Au pied du podium, Giancarlo Fisichella décroche la quatrième place sur l'autre Renault, devant un étonnant Jenson Button qui est alors le "meilleur des autres", au volant d'une BAR-Honda qui commence à entrer de manière très constante dans les points malgré un départ pris depuis la 13e position sur la grille. Jarno Trulli prend la sixième place aux commandes de sa Toyota et devance les deux Red Bull de David Coulthard et Christian Klien, qui complètent le top 8 pour les points.

Au soir de ce Grand Prix de Turquie, 14e manche de la saison 2005, Fernando Alonso conserve les rênes du championnat devant Kimi Räikkönen et Michael Schumacher. L'Espagnol ira conquérir le premier de ses deux titres mondiaux au terme de l'année, en dépit d'un nombre de victoires identique à celui du Finlandais (7).

partages
commentaires
Ferrari : Il n'y a pas à se plaindre des changements aéro pour 2021

Article précédent

Ferrari : Il n'y a pas à se plaindre des changements aéro pour 2021

Article suivant

L'écurie Williams a été vendue dans son intégralité

L'écurie Williams a été vendue dans son intégralité
Charger les commentaires
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021