Les revenus de la F1 en forte augmentation

La F1 poursuit son retour en forme financier avec une hausse de 49% de ses revenus lors du second trimestre 2022 par rapport à la même période l'an passé.

Les revenus de la F1 en forte augmentation
Charger le lecteur audio

La Formule 1 a enregistré une hausse nette de ses revenus sur le second trimestre 2022 par rapport à la même période en 2021. La comparaison est d'autant plus pertinente entre ces deux périodes qu'elles ont compté le même nombre de Grands Prix, à savoir sept, sur les mois d'avril à juin. Cela démontre que les effets de la pandémie de COVID-19 sont en net recul.

Ainsi, la première partie de saison 2021 a vu des courses organisées devant des publics limités en nombre et un Paddock Club qui ne tournait pas encore à plein régime. Ce dernier s'avère désormais plus populaire que jamais, et les revenus qu'il génère participent à un passage d'un total de 501 millions de dollars en 2021 à 744 millions (environ 731 millions d'euros au taux de change actuel) en 2022 sur la période avril-juin.

Dans ces 744 millions de dollars, les revenus dit "primaires", liées à la promotion des courses, à leur diffusion et au sponsoring, s'élèvent à 678 millions (contre 464 millions en 2021), alors que les autres revenus, principalement constitués du Paddock Club et du fret, s'élèvent à 116 millions (contre 37 millions l'an passé, soit plus du triple). Globalement, la Formule 1 est passée, une fois les coûts comptabilisés, d'une perte de 43 millions de dollars au second trimestre 2021 à un bénéfice de 49 millions en 2022.

Côté écuries, le cercle est évidemment vertueux avec un total de 368 millions de dollars à se partager, contre 308 millions sur avril-juin lors de l'exercice précédent.

Les fans envahissent le circuit au GP de Hongrie

Les fans envahissent le circuit au GP de Hongrie

Concernant ces bons résultats, Liberty Media souligne que les trois domaines de revenus primaires ont été stimulés en 2022 : "Les revenus de la promotion des courses ont augmenté en raison de la hausse des redevances générées par la combinaison différente d'événements organisés et des augmentations contractuelles des redevances."

"Les droits médias ont augmenté en raison de la croissance des revenus d'abonnement à F1 TV et de l'augmentation des droits dans le cadre d'accords contractuels nouveaux et renouvelés. Les revenus de sponsoring ont augmenté en raison de la comptabilisation des revenus provenant de nouveaux sponsors et de l'augmentation des revenus spécifiques aux courses générés par la combinaison différente d'épreuves organisées."

Cependant, les chiffres sont légèrement faussés par l'annulation tardive du GP du Japon 2021 : "Il y a une comptabilisation proportionnelle légèrement plus élevée des droits médias et des revenus de sponsoring basés sur la saison comptabilisés au cours du trimestre, car 7/22 des revenus ont été comptabilisés au deuxième trimestre de 2022, contre 7/23 des revenus comptabilisés au deuxième trimestre de 2021 avant que la réduction du calendrier de 2021 à 22 courses ne soit confirmée."

Liberty note également que le COVID était encore un problème important l'année dernière : "Tout au long de 2021 et en particulier dans la première moitié de la saison, la fréquentation des courses a été limitée en raison de la pandémie, et le Paddock Club n'a pas fonctionné au cours du premier semestre."

"La F1 ne s'attend pas à ce que ses résultats en 2022 soient affectés par de telles limitations de capacité, bien que la présence des supporters continue d'être évaluée par les autorités gouvernementales compétentes, course par course. Tout au long de la première moitié de la saison 2022, la F1 a connu une affluence record, tant dans les tribunes que dans le Paddock Club."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Comment une approche "peu conventionnelle" a mis Mercedes en pole
Article précédent

Comment une approche "peu conventionnelle" a mis Mercedes en pole

Article suivant

Horner ne veut pas d'une lutte plus serrée contre Ferrari

Horner ne veut pas d'une lutte plus serrée contre Ferrari