Ricciardo avait été averti d'éviter le vibreur heurté par Verstappen

Alors que Max Verstappen a vu ses qualifications interrompues par une suspension brisée à Austin, Daniel Ricciardo révèle avoir été averti par son ingénieur d'éviter le vibreur incriminé.

Ricciardo avait été averti d'éviter le vibreur heurté par Verstappen

Max Verstappen a subi une nouvelle mésaventure lors des qualifications du Grand Prix des États-Unis, quand sa suspension s'est brisée sur un vibreur en forme de boudin à la sortie du virage 15. Le Néerlandais n'a ainsi pas pu participer à la Q2 et s'est retrouvé 15e des qualifications.

Lire aussi :

Verstappen est catégorique sur le fait qu'il a toujours emprunté ce vibreur sans rencontrer le moindre problème, mais son coéquipier Daniel Ricciardo explique s'être intéressé de près à ce sujet avant les qualifications, si bien qu'il lui a été déconseillé d'y poser les roues.

"Ce matin, j'ai déjà vu quelques voitures les prendre, et je crois que Max en faisait partie", commentait-il ce samedi soir. "J'ai regardé les données avant les qualifications pour voir ce que cela infligeait à la voiture, l'impact, et dès cet instant, mon ingénieur m'a conseillé de ne pas le faire. Donc j'ai décidé de rester à l'écart."

"Je me rappelle avoir heurté le vibreur à la sortie du dernier virage dans mon dernier tour de qualifications, l'an dernier. Cela avait ébranlé ma direction et mon aspiration. Cela ne vaut vraiment pas le coup, à moins que ce soit dans le dernier virage où l'on s'en moque un peu."

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing, salue les fans

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing, salue les fans

Photo de: Zak Mauger / LAT Images

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14

Photo de: Glenn Dunbar / LAT Images

Un lourd déficit en Q3

Ricciardo s'est classé cinquième lors des trois phases des qualifications, relégué à près d'une seconde des Mercedes et des Ferrari en Q3. Selon lui, ce gouffre a pour origine le fait que Red Bull ne tire plus avantage de son fort appui aérodynamique sur le Circuit des Amériques.

"J'explique ça en partie par le fait que c'est un peu comme Silverstone désormais, le premier secteur est un secteur de puissance et non d'appui aérodynamique", analyse l'Australien. "Le virage 2 se passe à fond, tout comme le 3, le 4 et le 5, tandis que dans le 6, c'est à peine si on lève le pied, autant dire que c'est à fond. Si nous avons plus d'appui, nous ne gagnons pas de temps à cet endroit-là, nous en perdons parce qu'ils sont à fond avec davantage de puissance."

"De plus, [Mercedes et Ferrari] ont encore plus de puissance en qualifications. Ce sera plus serré en course. Mais ils sont rapides ici. Ferrari est davantage une surprise que Mercedes. Je savais que Mercedes serait rapide, mais Ferrari a également trouvé du rythme."

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Gasly s'est qualifié sans l'évolution de la Toro Rosso

Article précédent

Gasly s'est qualifié sans l'évolution de la Toro Rosso

Article suivant

Pirelli dévoile les stratégies pour le GP des États-Unis

Pirelli dévoile les stratégies pour le GP des États-Unis
Charger les commentaires
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021