Ricciardo confirme avoir négocié avec Ferrari pour 2021

Si c'est Carlos Sainz qui a hérité du baquet de Sebastian Vettel chez Ferrari pour la saison 2021 de Formule 1, Daniel Ricciardo confirme avoir été un candidat sérieux à ce volant.

Ricciardo confirme avoir négocié avec Ferrari pour 2021

Sebastian Vettel et Ferrari vont se séparer à l'issue de leur sixième saison de collaboration, un partenariat qui a déjà abouti sur 14 victoires en Grand Prix mais aucun titre mondial. Charles Leclerc va endosser le rôle de leader de la Scuderia, et c'est Carlos Sainz, auteur d'une impressionnante campagne 2019 avec McLaren, qui l'épaulera à partir de l'an prochain.

Pour Daniel Ricciardo, qui court chez Renault depuis la saison dernière, c'est une opportunité manquée de faire son retour dans un top team, lui qui a remporté sept victoires en Grand Prix avec Red Bull de 2014 à 2018. Pourtant, rejoindre Ferrari était loin d'être une utopie.

"Il y avait des discussions depuis quelques années, qui ont continué jusqu'à maintenant", révèle Ricciardo dans une interview accordée à CNN. "Je ne vais donc pas le nier. Mais cela ne s'est manifestement jamais concrétisé."

Lire aussi :

Quant à savoir pourquoi il n'est jamais parvenu à trouver un accord avec la Scuderia, l'Australien d'origine italienne préfère ne pas se prononcer : "Je ne sais pas, en fait, et je n'ai jamais vraiment voulu trop y réfléchir. Tout le monde dit que je conviendrais bien à Ferrari, avec mon nom, mon milieu et tout ça, mais j'essaie de ne pas me laisser prendre au piège des émotions, quelle que soit la situation."

"Je vois bien pourquoi Carlos convient à l'équipe. Je ne me dis donc pas vraiment 'pourquoi pas moi ?'. Je me dis juste que Carlos a réalisé une très bonne saison 2019. Il a la cote en ce moment, et j'imagine qu'il convient bien à la situation actuelle de Ferrari."

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL34, devant Charles Leclerc, Ferrari SF90, et Daniel Ricciardo, Renault R.S.19

Faute de baquet Ferrari, Ricciardo profite néanmoins du jeu de chaises musicales pour s'emparer du baquet de Sainz chez McLaren, écurie qui s'est propulsée devant Renault au championnat des constructeurs 2019. Il déclare avoir beaucoup réfléchi avant de faire ce choix et se refuse à critiquer le Losange.

"J'imagine qu'aucune décision n'est jamais noire ou blanche", insiste Ricciardo. "Et je ne peux vous donner une réponse noire ou blanche, en fait. Il n'y a pas eu un moment eurêka où je me suis dit qu'il fallait que je fasse ça. Il n'y a pas non plus eu quelque chose que j'ai vu en McLaren qui a créé ça, il n'y a pas eu quelque chose chez Renault qui m'a soudain poussé à partir. Les discussions avec McLaren remontent encore plus loin, à 2018 je crois [lorsqu'il a quitté Red Bull pour rejoindre Renault, ndlr], et elles ont continué avec le temps. Ce n'est évidemment pas une décision prise du jour au lendemain. Je ne pense pas qu'il soit juste de comparer les deux écuries."

Lire aussi :

Le pilote Renault a néanmoins la ferme intention de conclure sa collaboration avec l'écurie d'Enstone en beauté. "Cela fait deux ans depuis mon dernier podium", souligne celui qui a fini 29 Grands Prix dans le top 3. "Personnellement, cette sensation me manque terriblement. Quand j'ai signé avec Renault, l'objectif d'ici la deuxième année était de monter sur le podium, et c'est quelque chose que j'ai encore très envie de faire. Et je pense vraiment que c'est possible. Ce serait une belle manière de faire mes adieux à tout le monde."

"Je sais que je dois beaucoup à Renault, et je veux le faire non seulement pour moi-même mais aussi pour eux. Et quand la nouvelle a été annoncée, c'était très sympa, en fait : j'ai reçu un retour très positif de la part des personnes de l'équipe. Et je sais qu'ils sont enthousiastes pour le reste de l'année avec moi, nous allons obtenir les meilleurs résultats possibles et espérons gagner autant de courses que possible."

partages
commentaires
Pourquoi les F1 pourraient perdre 0,5 seconde au tour en 2021

Article précédent

Pourquoi les F1 pourraient perdre 0,5 seconde au tour en 2021

Article suivant

Les revenus de McLaren chutent en raison de la crise du COVID-19

Les revenus de McLaren chutent en raison de la crise du COVID-19
Charger les commentaires
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021